Créer un recueil de JDR – interview des créateurs de Knock!

/
27 mins read

A une époque où les coûts d’impressions explosent, ils sont nombreux les auteurs de JDR amateurs, semi-pro ou indépendants à se poser des questions sur l’avenir de leurs créations. La question est venue sur le Discord C’est Pas du JDR : est-ce que le format de recueil de contenus pourraient être une solution pour mutualiser les coûts de communication, de production et d’édition?

J’ai donc contacté Eric Nieudan et Olivier Revenu qui ont publié l’extraordinaire série de recueils Knock! qui est un beau succès pour leur poser quelques questions et recueillir leur précieuse expérience.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Olivier : 53 ans, graphiste free lance, je vis au pays basque. Parapentiste et cavalier.
J’ai commencé le jdr en 81 (avec le Homes, édition Games Workshop qui avait une couvertures dessinée par John blanche…)*. J’ai ensuite enquillé avec ADD, Runequest, Cthulhu, Mega… Joué beaucoup, à pleins de jeux, jusqu’à la fin des années 90.
A l’été 81, j’ai 12 ans, je suis en vacances pour deux mois chez des amis de mes parents. Le père était américain, et l’ainé des trois frères, bien plus vieux que nous, jouait déjà à ADD. On assistait à ses parties en spectateur, puis il nous a fait jouer une fois ou deux.
L’année qui suit, je suis en famille d’accueil (rien de grave, juste une galère temporaire pour mes parents). A Noël, je demande «lepléyeurendbouque ». A l’époque c’est complètement inconnu et quasi introuvable en France pour quelqu’un qui ne connait pas. Donc, à la place, croyant bien faire, les parents d’accueil m’offrent un coffret de cassettes d’allemand (!). Le drame.
Mon père que j’ai au téléphone quelques jours plus tard, se débrouille pour trouver (je ne sais pas comment il a fait…) le Basic Set D&D, version Games Workshop. C’était un truc d’occase, il y avait déjà un début de traduction tapé à la machine à écrire, ce qui m’a sauvé la mise.
Dans les mois qui suivent je fais jouer quelques potes (au niveau règles, c’était à peu près n’importe quoi, mais on s’amuse bien), puis je retourne à l’été chez mes copains amerloques. Le grand frère se moque de mon « dédié pour bébé », mais finalement, finit par jouer avec nous et me montre comment ça marche en vrai. Un très bon souvenir.

Eric : 50 ans tous ronds, auteur de jeux freelance, je vis en Irlande. Skateboarder et sataniste.
Moi, j’ai commencé en 83 avec la boîte rouge de D&D (Moldvay/Cook ou B/X pour les intimes) dans sa version française. Puis un peu tout ce qui se trouvait dans la langue de Marcela-Froideval : L’oeil noir, Empire galactique, L’appel de Cthulhu… J’ai commencé en tant que meneur pour mes petits amis, puis pour des copains de collège avant qu’un club se monte dans la ville d’à-côté (Tarbes) où l’offre s’est multipliée : Stormbringer, Runequest, Rêve de dragon… Je ne suis revenu à D&D qu’avec les études universitaires, où j’ai rencontré des donjonneurs fous qui sont encore de très bons amis. C’était juste à la transition entre AD&D 1 et 2. Comme les bouquins sortaient au compte-goutte, on intégrait les règles de la deuxième édition au fur et à mesure. De mémoire, on a jamais arrêté d’utiliser l’Unearthed Arcana et Oriental Adventures.

Comment vous êtes-vous retrouvé à créer Knock?

Olivier : J’ai complètement arrêté de m’intéresser aux jdr au début des années 2000. C’était complètement sorti de ma tête. Pas un bouquin, pas une news, rien (libéré!). En 2016, un pote me propose de faire jouer nos enfants, avec Tranchons & Traquons de l’excellent Kobayashi. Très chouette. Je me remets à m’intéresser au truc, commence à fouiller internet, et je tombe sur la boite de Pandore: les blogs OSR. Je les trouve passionnants, hyper créatifs, bon esprit (dès que tu sors un peu des blogs OSR-Nostalgie ou Grumpy-Grognard). Ca part dans tous les sens, ça partage, ça expérimente, ça se répond les uns les autres, il y en a pour tout le monde… ca me met une bonne claque. En plus ça correspondait à mes toutes dernières parties de jdr 16 ans plus tôt où on avait commencé à rejouer en utilisant les règles de la boite rouge by the book (ça avait été une chouette expérience, rafraichissante).
Pour contribuer au mouvement, j’ai l’idée de faire un zine regroupant certains des meilleurs articles trouvés dans ces blogs. Je contacte un « gars sûr »: Eric. Il m’avait fait un peu bosser sur Archipels à l’époque et je voyais qu’il était bien impliqué dans le mouvement OSR. On s’était perdu de vue. On connait ses talents d’écriture et sa créativité, c’était l’homme de la situation pour occuper le poste de rédac’ chef.

Eric : Et le reste est dans les livres d’histoire…Comment ça, pas encore ? Alors bon, j’ai reçu avec plaisir et surprise l’email d’Olivier, il m’a expliqué son idée et puis on a commencé à bosser. Contact des auteurs, premiers essais de couvertures et de maquettes, premiers textes reçus et corrigés… Ca nous a pris deux ans.

Knock c’est plus de 200 pages par numéro. Des dizaines de contributeurs pour les textes et les illustrations. D’où est-venue selon toi l’idée et l’envie de publier un recueil aussi riche?

Olivier : Si on voulait refléter la richesse et la diversité du contenu proposé par la communauté il fallait créer un genre d’auberge espagnole bourrée à craquer, une collection chaotique, un bric a brac gargantuesque, un truc que tu mettras du temps à lire et à épuiser. Ca s’est imposé tout seul, naturellement, pendant la création. Un Knock pourrait faire le double en nombre de pages qu’on serait encore très loin d’avoir tari les sources.

Eric : Il est modeste, l’animal ! Le concept exact était exposé dans le mail initial. La taille, le bric-à-brac, l’idée de sauver des articles de la blogosphère de l’oubli. Après, au fil de la séléction des contenus, on s’est rendu compte qu’on pouvait publier des avis qui se contredisent sans que ce soit un problème : après tout, l’OSR c’est aussi des disputes sur des points de règles mineurs et des prises de bec sur la marque de caleçons de Dave Arneson.

Comment sont repartis les revenus entre différents les contributeurs?

Olivier : Tout le monde est payé en regard des bénéfices. En gros, c’est 50% pour les auteurs, au prorata de ce qu’ils ont publié, 50% pour Eric et moi (notre boulot à nous c’est: collection des articles, editing, mise en page, fabrication, envois et suivis etc….). On peut se permettre ça parce que The Merry Mushmen est une très petite structure avec des frais de fonctionnement minimaux. En moyenne et jusqu’à maintenant, une page publiée dans Knock est payée environ 200 euros, une illustration pleine page (A5) 300 euros (en plusieurs fois, après la campagne KS et plus tard selon les ventes sur notre site). C’est très loin des tarifs qui se pratiquent dans le jdr en général, on est assez contents de ça.

Eric : Une formule qui n’est possible que grâce à l’outil de promo qu’est le financement participatif. Ca nous a permis de nous construire un public étendu à travers le monde en un an, ce qui est assez chouette.

Recommanderiez-vous le modèle de recueil publié via un financement participatif à des créateurs et créatrices?

Olivier : Je crois que oui, absolument. Une plateforme de crowdfunding est un très bon moyen d’assurer la communication et la promotion de ton ouvrage à venir, de faire savoir qu’il existe. Tu permets à ton futur lecteur de venir feuilleter ton bouquin, voir son contenu, tu peux lui en vanter ses mérites etc… Mieux que si tu le faisais sur ton site d’éditeur, puisque l’audience est bien plus importante. Kickstarter par exemple, c’est une espèce de grande convention ou foire aux projets virtuelle, où éditeurs, auteurs et futurs lecteurs et joueurs peuvent se rencontrer. C’est plutôt facile à utiliser et efficace. Ca ne demande pas de te transformer en vendeur de cravates ni de vendre ton âme au Grand Capital, c’est juste l’occasion de faire savoir ce que tu fais.
En tout cas c’est ce qu’est devenu le crowdfunding par les grandes plateformes, alors qu’à la base il s’agissait surtout de mettre en relation des porteurs de projets et des mécènes. Ce qui était une très bonne idée, mais ne fonctionne plus vraiment en regard du nombre ahurissant de projets proposés.
Pour éviter les risques de prise de tête avec les crowdfundings, je conseille de faire très simple et de ne se lancer que quand le projet est très (très) avancé. Pour Knock! par exemple, on appuie sur le bouton que quand on est prêt, ou presque, à imprimer.

Eric : Après, être dépendant d’une plateforme n’est pas complètement idéal, sans parler du fait qu’on exclue les boutiques du circuit. Regarde les multiples problèmes auxquels les youtubers sont confrontés. Je conseillerais de garder une liste de diffusion toute simple et, si le succès est au rendez-vous, de réfléchir à comment impliquer les boutiques.

Pensez-vous que Knock aurait eu un si beau succès s’il avait été publié en français?

Olivier : Non bien sûr. Déjà, 90% de nos auteurs ne sont pas français. Il aurait donc fallu traduire leurs textes, ce qui aurait rajouté énormément de boulot, et pas forcément énormément de fun (et il se trouve que « fabriquer » Knock!, pour Eric comme pour moi, c’est 90% de fun. Et ça ne se peut se faire qu’avec cette condition).

Ensuite, le public potentiel est évidemment mois nombreux en France que sur la planète entière. On est dans une niche de niche (JDR> OSR). Et sur cette part déjà réduite du public, on s’adresse à ceux qui ont l’esprit ouvert, sont enthousiastes, curieux et créatifs (ce qui réduit encore largement le public potentiel…). Si on devait en plus rajouter l’entonnoir « francophone », il ne nous resterait, je crois, pas beaucoup.
Ceci dit, il existe déjà une version italienne qui marche bien a priori, une version française est en cours de finalisation (je crois) chez un éditeur français, une version polonaise et peut-être une autre brésilienne devraient aussi voir le jour. Comme quoi, certains éditeurs y croient plus.
Mais même si publier Knock! en français s’avérait super rentable, je préférerais toujours publier en anglais. La comunauté OSR dont la production nous intéresse est complètement internationale. Et Knock! s’inscrit dans ce mouvement. C’est quand même assez fun de pouvoir s’adresser à un suédois, un malaisien, un texan, un brésilien ou un bourguignon, partager avec eux sa passion, ses idées, sa production… C’est sans doute le meilleur truc que nous a apporté internet.
Et à dire vrai, j’ai peut-être aussi un peu de mal avec le public franco-français. C’est une grosse généralisation, mais je le trouve peut-être moins curieux et un peu trop conscient de « l’exception culturelle Française! (TM) » pour être la plus fun des communauté (en super général, donc).
Bref, je conseille à ceux qui le peuvent de publier en anglais. Je n’y vois que des avantages.
Eric : Et il y a aussi une question de taille du marché. On touche de toute façon plus de monde, y-compris chez nous, avec un magazine en anglais. Le calcul est vite fait.  Cinq colonnes à la Une : « Les Champihommes Joyeux crachent sur la mère Patrie ! »

Olivier : Haha. Alors non pas du tout. Mais quand je publiais mon magazine wargame en anglais (Battles Magazine),  je me rappelle  m’être fait traité sur un forum français de « mauvais français », texto, par les ronchons plutôt de droite, et de « collabo à l’hégémonie américaine », sic, par les ronchons plutôt de gauche. Ca calme. Mais apparement ce n’est pas une exception française: je discutais avec un auteur brésilien OSR qui publie aussi exclusivement en anglais, il y a quelques jours par messenger, il me racontait qu’une bonne partie du public brésilien boycotte par principe toute sa production parce qu’il s’est « vendu à l’anglais », et qu’il recevait régulièrement des messages haineux de la part de certains de ses concitoyens…  Bref. Sincèrement, de notre côté en tout cas, ce n’est pas du tout du mépris pour la communauté jdr française (mais alors pas du tout), c’est vraiment juste un problème de faisabilité et de viabilité. Et personnellement, j’ai appris l’anglais en lisant AD&D et White Dwarf, c’est donc aussi un réflexe de penser RPG plutôt que JDR.

Quelles ont été les principales difficultés que vous avez rencontré lors de votre premier numéro ?

Olivier : La mise en route. Entre les premiers mails échangés avec Eric et la finalisation, il s’est passé deux ans. Quand tu commences un projet comme ça en partant de nulle part (et c’est un projet qui prend quand même pas mal de temps et de « bande passante »), il y a toujours des moments où tu te demandes « à quoi bon? », « c’est vraiment une bonne idée? », « je ferais pas mieux de m’occuper du potager? » etc. Si en plus les deux gusses aux commandes sont champions olympiques de procrastination, ça peut être compliqué 🙂 . Mais si tu t’amuses en le faisant, et si l’un motive l’autre en cas de coup de mou, ça se règle assez vite.
Pour le reste on n’a pas eu vraiment de difficulté. On s’est bien amusé et le bouche à oreille a fonctionné assez vite (et c’est peut-être un des points les plus importants)

Eric : On savait qu’on avait un concept vendable, et que Kickstarter nous permettrait de jauger la demande. Il suffisait de se le rappeler mutuellement pendant les péridodes creuses. De mon côté, la motivation revenait vite en recevant des pages maquettées.  On a bien profité de la notoriété de nos auteurs et de la promotion gratuite qu’ils ont faite sur leurs réseaux. Je tire mon casque à cornes à Olivier pour ça une fois de plus.

Ses difficultés se sont-elles gommées avec le numéro 2 et le numéro 3 ?

Olivier : A priori oui. Le problème qui se pose pour la suite c’est de garder l’enthousiasme, et le fun. Je connais ma façon de fonctionner: j’aime bien concrétiser une idée, mais une fois que « ça marche », j’ai un peu de mal à ne pas m’en désintéresser un peu. C’est moins fun. La solution donc (en ce qui me concerne, mais je crois que ça fonctionne pour pas mal de gens) c’est de ne pas simplement reproduire une formule qui marche, mais de se dire à chaque fois que c’est un numéro 1. On va d’ailleurs mettre un coup de boost sur le prochain numéro.
Après, plus ton « succès » (notez les guillemets) est important et plus tu as de choses à gérer hors création/production. Communication avec tes clients, SAV, standardisation des procédures etc… Il faut un peu se professionnaliser en fait. Je ne suis pas super au point avec ça, mais heureusement Eric veille pas mal au grain.

Eric : Et il y a plein de trucs à tester dans le format magazine. C’est pas comme si on était coincés dans une formule, mais quand on a le nez dans le guidon c’est facile d’oublier. Pour moi en tout cas, Olivier m’envoie régulièrement des idées déjantées, pour KNOCK! ou non. Je sais pas comment il fait. Je te fais juste suivre les messages, c’est pas très compliqué. Tôt ou tard il faudra qu’on décharge ces tâches ‘pro’ sur une troisième champipersonne pour qu’on aie plus de temps pour tester des conneries. Désolé si ça vire à la réunion de prod’. D’ailleurs que faites-vous dans nos bureaux, monsieur Bé ?

Quels conseils donneriez-vous à des auteurs voulant se lancer dans un projet de recueil ?

Olivier : Houla… En vrac:
– fais le livre ou le jeu que tu as envie de lire ou de jouer (c’est le plus important).
– Aie une idée très claire du projet et réaliste en ce qui concerne les possibilités d’aller au bout.
– Pars sur un petit projet que tu enrichies et augmentes au fil du temps, plutôt que le contraire.
– Ne pars pas seul (on n’est pas tous LG…)
– Range au placard, pour un temps, ton syndrome de l’imposteur.
– Procrastine utile (profite des coups de mou pour aller te ressourcer ailleurs, loin, à fond)

Eric:

– Prends des contacts tôt. Avoir du monde intéressé sera une excellent motivation.
– Si tu as un graphiste dans l’équipe, fais des essais que tu pourras montrer en prenant contact.
– Evite l’OSR, okay ? Ca serait dommage que ton disque dur soit malencontreusement piétiné par une bande de gobelours…
——————————

Merci à vous deux d’avoir joué le jeu de cette interview! Je suis persuadé qu’elle donnera du grain à moudre aux créatrices et créateurs francophones qui cherchent une autre manière de publier leurs contenus.

Je profite pour signaler que Knock! est actuellement en précommande en français chez l’éditeur Black Book Editions : https://black-book-editions.fr/produit.php?id=27451

Passionné d'informatique et de jeux de rôle, aime beaucoup trop parler de lui à la 3ème personne. Publie sur C'est Pas du JDR, créateur de forthedrama.com, anime un collectif en ligne dédié au partage, l'entraide, la transmission et l'accessibilité des jeux de l'imaginaire.

1 Comment

Laisser un commentaire

Préc.

Réflexions autour du JDR – théorie, articles universitaires, archives, etc..

Suiv.

Appel à témoignage : créateurs et créatrices de 30 ans ou moins

Les derniers de Actualités

18/18/18/18

18 auteurs (17 mais on va pas chipoter) ont réunit un joli lots de jeux de

Les Cernes du temps

Objet ludique hautement étrange en approche: ça te dit de vivre et d’imaginer la vie d’un

Aller au contenu principal
%d blogueurs aiment cette page :