Dossiers

Les Jams de jeux de rôle 2020 (avril)

///

Cette page recense le plus de Jams de jeux de rôle organisées au cours de l’année 2020.

Qu’est-ce qu’une Jam ? c’est un concours de création de jeux de rôle, avec des contraintes variées ( thème, concept, format, ingrédients,..) et une limite de temps. Il peut y avoir un jury et un classement au terme du concours, mais ce n’est pas obligatoire. On y participe pour le plaisir de créer un jeu pour un thème qui t’inspire. Ou de créer un premier jeu.

Une Jam, c’est aussi un moment pour échanger, s’entre aider, demander des conseils, etc.. les participants sont là avant tout pour s’amuser.

Allez lire l’article sur le blog de Nicolas Ronvel, aka Gulix, qui participe régulièrement à ce genre de concours : https://www.gulix.fr/blog/2019/12/07/avent-2019-7-jamming/

La majorité des Jams listées ici sont publiées via le site itch.io. Elles sont donc souvent proposées en anglais. Mais rien ne vous empêche d’en lancer de nouvelles en français également : c’est gratuit et ça n’engage qu’à en parler autour de vous pour que d’autres participent !

Les Jams seront classées de la + récente à la + ancienne date de lancement.

6e Game Jam

02/05/2020 – 31/05/2020 https://itch.io/jam/6e

Une Jam pour détourner la forme et le fond du plus célèbre des jeux de rôles.

La Sainte-Jam Baptiste

01/06/2020 – 24/06/2020 https://itch.io/jam/sainte-jam-baptiste

La Sainte-Jam Baptiste est une jam afin de célébrer la culture québécoise de manière créative.
Cette jam est ouverte à tous! Que vous soyez Québécois.es ou non et peu importe votre niveau de familiarité avec le sujet.

Beyond The Super Jam

07/03/2020 – 24/05/2020 https://itch.io/jam/beyond-the-super-jam

Les fictions de super-héros sont très cool. Des pouvoirs débridés, des méchants surhumains, des lignes de temps folles… il y a beaucoup de choses à jouer.

Mais… souvent, les bandes dessinées de superhéros, les émissions de télévision et les films ont tendance à s’en tenir à l’essentiel : de grands combats spectaculaires, des one-liners qui font rire, des problèmes résolus par une simple violence. Et c’est… bien. Mais vous savez ce que je veux ? Je veux des histoires qui sont complexes sans être sombres. Je veux des comédies romantiques où le monde des super-héros n’est qu’accessoire. Je veux un documentaire sur ce que c’est que d’être un enfant qui grandit avec des pouvoirs.

Mapemounde Jam 2020

08/05/2020 – 18/05/2020 https://itch.io/jam/mapemounde2020

Mapemounde est une Jam de cartes analogique (non informatique). Les participants se voient attribuer un thème, un objectif de conception et 10 jours pour créer une ébauche jouable d’un jeu original. Habituellement, les jeux utilisent des cartes pour renforcer la participation des joueurs et pour s’assurer que chacun sait où se trouve son personnage ou sa partie. Mapemounde entend encourager la création de jeux dans lesquels la carte n’est pas un simple outil, mais une partie essentielle du jeu qui est au centre de l’histoire et de son récit.

Il était une fois un petit jeu de rôle


11/04/2020 – 26/04/2020 https://www.facebook.com/iletaitunefoisunpetitjeuderole/

Cette année ce concours vous propose de créer des jeux de rôle qui se jouent à distance. Le nombre de mots double pour passer à 500 maximum. Enfin comme chaque année nous essayons d’améliorer l’organisation du concours.

Amor Ex Machina Jam

15/02/2020 – 30/04/2020 https://itch.io/jam/amor-ex-machina

Cette jam a pour but d’écrire des jeux qui explorent les sentiments que nous, en tant qu’humains, éprouvons envers nos homologues artificiels. Qu’il s’agisse de simples robots ou d’intelligences numériques. Ces sentiments comprennent l’affection, la dépendance et même l’amour.

Que ces jeux parlent de la dépendance d’une personne envers son IA ou qu’ils racontent l’histoire d’un humain qui tombe amoureux d’un androïde vivant, cette Jam célébrera et explorera les sentiments très réels et les liens forts que les humains peuvent avoir pour les créations artificielles.

Burn your Cosmo

01/05/2020 – 01/06/2020 https://itch.io/jam/cosmos

Célébrez la franchise bien connue de Saint Seiya / Les chevaliers du zodiaque lors de cette jam de création. On vous invite à participer en créant des jeux, des dessins, de la fiction ou autre construit autour du mythe et des clichés de la série. 

Donjons & Cacanalisations

01/04/2020 – 30/04/2020 https://itch.io/jam/donjons-cacanalisation

Où vont les cacas des monstres dans les Donjons ? Quelles faunes et quelles flores peuplent des conduits d’évacuation des excréments et des eaux usées ? Toutes ces questions et bien d’autres encore trouvent des réponses au travers de cette Jam reconnue d’utilité publique.

Jam de la Cyber Convention 1.0

25/03/2020 – 10/04/2020 https://itch.io/jam/jam-cyber-convention-1

Une Jam que j’ai organisé dans le cadre de première convention de jeu de rôle francophone et internationale en ligne. Le thème choisit fut « le mur » et 20 contributions furent partagées.

COVID CO-OP Analogue Game Jam

14/03/2020 – 26/03/2020 https://itch.io/jam/covid-analogue-jam

Covid Co-Op est une Jam pour les jeux analogiques – principalement les jeux de plateau et de cartes. Tout le monde est invité à participer à la conception de quelque chose – prenez des cartes, des stylos, des dés, des jetons et voyez ce que vous pouvez trouver !

En ce moment, les communautés se rassemblent pour endiguer le flux du coronavirus, et pour célébrer cette camaraderie, la jam Covid Co-Op sera consacrée à la coopération et aux jeux coopératifs.

Asian Martial Arts by Asian Creators Game Jam

29/02/2020 – 29/04/2020 https://itch.io/jam/asian-martial-arts-by-asian-creators-game-jam

De nombreux auteurs de jeux occidentaux se sont appropriés les arts martiaux asiatiques. Cette jam est destinée aux créateurs asiatiques qui veulent créer leurs propres jeux d’arts martiaux.

Decameron Jam

25/02/2020 – 05/03/2020 https://itch.io/jam/decameron-jam

Cette Jam italienne a été créée pour exorciser la paranoïa et la panique générées par la pandémie et sa couverture médiatique. Il ne s’agit pas de ridiculiser ou de banaliser un événement réel, mais de notre façon de faire face à ces journées particulièrement frénétiques.

Poetry Jam

01/02/2020 – 01/03/2020 https://itch.io/jam/poetry-jam-february-2020

Une Jam très intéressante qui se veut inclusive pour proposer un concours de création de poésie. La page de la Jam est très documentée et très intéressante à lire. Il ne s’agit pas uniquement que créer des jeux ( même si ceux-ci sont les bienvenus)

Chicken Jam

08/02/2020 – 01/04/2020 https://itch.io/jam/chicken-jam

Une Jam pour célébrer tous les poulets dans le monde. Vivants ou non.

One Hour Game Jam

21/01/2020 – 11/02/2020 https://itch.io/jam/one-hour-game-jam

Une Jam pour créer des jeux qui se jouent en moins d’une heure ! Mais pourquoi ?

  • Dans notre vie trépidante, nous n’avons parfois qu’une heure pour jouer à un jeu.
  • Ou peut-être voulez-vous organiser une fête de 4 heures et jouer à 4 jeux.
  • Et il serait bon d’avoir plus de jeux d' »échauffement » et de « débriefing » à jouer avant ou après les jeux plus longs.

What do i even use these dice for jam

19/01/2020 – 29/02/2020 https://itch.io/jam/what-do-i-even-use-these-dice-for-jam

Il s’agit d’un jam où le point principal est de faire un jeu qui utilise toutes les formes de dés existant. C’est l’une des deux règles !

L’autre règle est de ne pas soumettre de jeux centrés sur une vision du monde raciste/sexiste/transphobe/antisémite/able/classiste. Votre jeu peut comporter du contenu sensible ou déclencheur, mais veuillez inclure une liste d’avertissements sur le contenu, le cas échéant.

Troika Tarot Jam

01/03/2020 – 31/03/2020 https://itch.io/jam/troika-tarot-jam

Une Jam de création de contextes pour le jeu de rôle Troika! au format carte à jouer, dans la veine de cette jam.

Fridge Jam

24/01/2020 – 03/02/2020 https://itch.io/jam/fridge-rpgs

Les jeux de rôle créé pour la Fridge Jam sont destinés à être joués pendant le petit-déjeuner ou pendant que vous cuisinez. Ils sont faciles et fiables, ils vous attendent, collés sur la porte de votre frigo. Quelques règles à suivre :

  • Ils doivent tenir en moins de 2 pages (pour que les joueurs puissent les épingler sur leur frigo).
  • Sans meneur de jeu (pas besoin de travailler pour mettre en place une partie).
  • Conviennent pour 1 ou 2 joueurs.
  • permettent de raconter une histoire plus longue à travers plusieurs petites sessions.

Faction Jam

16/01/2020 – 31/01/2020 https://itch.io/jam/faction-jam

La Faction Jam propose de créer des jeux, des aides de jeux, des campagnes … tout type de matériel de jeu pour jouer avec non pas des individus, mais des groupes, des communautés entières.

Goblin week

19/01/2020 – 25/01/2020 https://itch.io/jam/goblinweek

La Goblin Week est un événement annuel organisé depuis 2013. Un concours de création de jeux, de scénarios, etc.. autour du monde fabuleux de nos amis les gobelins.

Record Collection 2k20

01/01/2020 – 31/01/2020 https://itch.io/jam/record-collection-2k20

La Record Collection propose de créer des jeux en s’inspirant d’un album, d’un artiste ou d’une chanson.

L’édition précédente avait rassemblé 60 contributions : https://itch.io/jam/recordcollection2k19

Tabletop Collaboration Jam

01/02/2020 – 01/03/2020 https://itch.io/jam/tabletop-collaboration-jam

Cette jam vous encourage à étendre vos connexions au sein du milieu professionnel du JDR. C’est l’occasion pour vous de rencontrer de nouveaux membres dans la communauté, de construire votre premier jeu avec des conseils, ou d’avoir un regard neuf sur un travail de longue date. Il y a beaucoup de gens qui ont de bonnes idées, c’est votre chance de travailler avec des gens qui partagent vos idées pour les concrétiser ! Nous espérons que cette Jam élargira vos connaissances et votre expérience au sein de la communauté des JDR, et démystifiera le processus de conception de jeu. Pour vous les vétérans, nous vous encourageons à trouver quelqu’un de nouveau dans le loisir et à le prendre sous votre aile. Aidez-les, partagez vos connaissances et encouragez leur créativité !

The D2020 Game Jam!

01/01/2020 – 19/02/2019 https://itch.io/jam/d2020

Plongeons ensemble dans l’année 2020 ! Les règles sont simples !

Le jeu doit être un jeu de rôle analogique uniquement (JDR, GN, etc)
LA RÈGLE LA PLUS IMPORTANTE : Le jeu doit utiliser deux dés à vingt faces (2D20) comme mécanisme central du jeu
Le jeu doit être un jeu autonome ! Mais les hacks (jeux dérivés d’autres jeux) et autres sont plus que bienvenus. Le jeu peut être en une page, ou autant de pages que vous le souhaitez.
Vous pouvez faire du brainstorming et autres avant le début du jam, mais veuillez ne soumettre que les jeux sur lesquels vous avez travaillé pendant la période du jam
Le jeu peut être un prototype, une ébauche, etc. Il s’agit d’un jeu d’improvisation, amusez-vous avec ! Pas de pression !
AMUSEZ-VOUS !
(Totalement) Défis de conception optionnels :

Les deux dés sont en désaccord l’un avec l’autre
La mécanique n’utilise pas de résultat binaire fail/pass du D20
Le jeu se concentre sur les thèmes suivants de la nouvelle année : bonnes résolutions, nouveaux départs, fixer des objectifs, tourner une nouvelle page, etc.
Le jeu est fait pour initier de nouvelles personnes à notre super passe-temps.

Gaming Like It’s 1924

01/01/2020 – 01/02/2020 https://itch.io/jam/gaming-like-its-1924

En 2019, de nouveaux contenus ont commencé à entrer dans le domaine public pour la première fois et nous avons fêté cela avec le jam Gaming Like It’s 1923. Cette année, nous poursuivons la tradition et célébrons les œuvres de 1924. Faites des jeux inspirés par ces œuvres !

Just the Two of Us Jam

01/01/2020 – 02/02/2020 https://itch.io/jam/just-the-two-of-us-jam

Voici une jam pour les jeux de rôle à deux joueurs, bien que les fictions interactives et les jeux vidéos soient également les bienvenus, à condition qu’ils soient conçus pour deux !

Les jeux à deux joueurs se situent dans une niche entre les jeux solo plus introspectifs et les jeux à 3+ joueurs demandant plus de temps. Ils peuvent mettre en jeux la distance, la symétrie ou l’asymétrie, et permettent aux gens de créer des expériences plus intimes ou plus intenses en réduisant au minimum le nombre de joueurs nécessaires.

Ce jam est l’occasion de mettre en avant les jeux à 2 joueurs, alors ressortez vos anciens jeux ou concevez de nouveaux jeux, ou les deux !

Impossible Future

01/01/2020 – 01/01/2021 https://itch.io/jam/impossible-future

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait une société sans monnaie ? Et une planète avec un gouvernement mondial unifié ?
Ou la technologie qui remplacera les téléphones portables ?
Si vous faites des jeux de rôle, je vous invite à considérer ces questions en créant un nouveau jeu ! Votre jeu pourrait être dans le genre de la science-fiction, mais ce n’est pas nécessaire. Je veux surtout que vous commenciez par la question « Et si… ? » et que vous partiez de là !

Reclaim Monopoly Jam

23/12/2019 – 23/01/2019 https://itch.io/jam/reclaim-monopoly-jam

Le Monopoly en tant que jeu est souvent un punching-ball. C’est mauvais, c’est vieux, c’est juste ennuyeux. Mais nous savons que vous pouvez créer quelque chose de merveilleux en utilisant ses outils. Détournez le Monopoly et faites-en un grand jeu !

Fraudulent Gays Game Jam

19/12/0219 – 15/02/2020 https://itch.io/jam/fraudulent-gays-game-jam

Le Fraudulent Gays Game Jam consiste à créer des jeux qui incitent à mal se comporter. On vous encourage à franchir les limites et à dépasser les limites que les gens vous ont imposées dans le passé. Faites des jeux où vous pouvez être gai et commettre des crimes, des jeux qui visent à subvertir les attentes des autres, ou des jeux où vous pouvez rester et vous blottir contre autant de personnes différentes que vous le souhaitez ! Personne ne peut vous arrêter.

Stories of Storyplay Jam

05/12/2019 – 05/01/2020 https://itch.io/jam/stories-of-storyplay

Une Jam pour écrivez l’expérience fictive d’une partie de jeu de rôleou d’un storygame que vous ne penseriez pas pouvoir jouer autrement. En d’autre terme : raconter une partie de JDR qui n’a jamais eu lieu.

Pleasant Dream Jam

30/11/2019 – 31/01/2019 https://itch.io/jam/pleasant-dream-jam

Il existe de nombreuses façons de jouer à un jeu et toutes demandent d’y investir une certaine énergie. Parfois, vous n’avez pas assez d’énergie pour improviser, ou avoir à gérer vos propres sentiments est trop épuisant. De même qu’être immergé dans une histoire peut être trop intense. Être attiré par une histoire peut être trop intense.

Nous pensons qu’il y a de la place dans cette communauté de concepteurs dynamiques et inventifs pour des rêves agréables, des rituels doux et des jeux à faible enjeu.

Que ces jeux soient destinés à ceux qui n’ont plus de cuillères, qui ne sont pas dans un espace où ils peuvent être taxés émotionnellement, qui ont eu une journée stressante et qui veulent surtout se détendre ou se livrer à des fantaisies.

Cette Jam est faite pour ces jeux-là.

Hamlet Jam

17/11/2019 – 31/01/2020 https://itch.io/jam/hamlet-jam

Hamlet Jam est une Jam sur la pièce la plus objectivement cool de Shakespeare, et nous aimerions que tout le monde s’y joigne ! Vous pouvez soumettre n’importe quel type de travail pour cette jam : des jeux numériques ou physiques/analogiques sont tous les bienvenus, tout comme les bandes dessinées, les fictions, la poésie, etc. Si vous pouvez le mettre sur Itch, vous pouvez le mettre ici – à condition qu’il soit clairement lié à Hamlet d’une manière ou d’une autre.

2019 – On fait le bilan !

///

Voilà, on y est ! C’est le dernier article de mon « calendrier de l’avent 2019« . J’espère que vous avez pris plaisir à découvrir chaque jour de nouveaux jeux. En tout cas moi je me suis bien amusé. Cela a représenté environ deux heures d’écriture chaque jour – car bien entendu je n’avais rien préparé, je n’avais aucun article en réserve et je me suis lancé sur un coup de tête le 1er décembre 😀

Et je me rends compte que je suis loin d’avoir parlé de tous les jeux que j’avais listé le 1er décembre. Du coup aujourd’hui, je triche ! Je vais te tasser un maximum de références en un article – et en profiter pour faire un bilan de mon année 2019 de rôliste.

Le calendrier de l’avent de Gulix

Je n’ai pas été le seul à faire ce défi de fin d’année. L’ami Nicolas « Gulix » Ronvel a fait le même sur son blog gulix.fr. Je te recommande d’y jeter un œil.

Notamment : son coup de projo aux jeux Trophy Gold et Trophy Dark, un générateur de donjon en 1 clic, sa feuille de route 2020 avec des créations et des traductions alléchantes ( dont la traduction de Mausritter ! ) et sa présentation de Sunset Kills – le jeu pour jouer à Buffy The Vampire Slayer sur le pouce.

Trophy Dark / Trophée Sombre

Gulix en parle, moi j’ai zappé 🙂 Pourtant c’est un jeu que j’ai traduit cette année car il m’a vraiment tapé dans l’œil. Le pitch ? Donjon & Dragon et l’Appel de Cthulhu ont un enfant maudit : il s’appelle Trophy Dark.

En français, ça donne Trophée Sombre. Un jeu de rôle qui ne serait jamais paru sans l’aide de Angela Quidam et Guy Blavin grâce à leurs précieuses relectures. Et surtout Nicolas Folliot qui m’a parlé le premier de ce jeu et qui a assuré grave à l’édition et à la maquette – il a un vrai talent et cherche d’autres projets du même type, contacte-le!

Trophy Dark à la base est un jeu de Jesse Ross. On trouve désormais la VF ici, elle est gratuite avec la possibilité de laisser quelques € à Nicolas Folliot pour son taff sur le jeu : https://nicolasfolliot.itch.io/trophee-sombre

Pourquoi c’est bien ? C’est un jeu d’horreur pour un meneur et 3-5 joueurs qui incarnent des aventuriers partis chercher gloire et fortune dans les ruines d’une très ancienne forêt. Forêt qui est en fait une entité qui a décidé de se rebiffer contre ces hordes de pilleurs qui viennent la déranger et de contre attaquer !

En gros le jeu est une spirale de l’horreur dans laquelle les personnages vont sauter à pied joins au point de ne plus savoir distinguer le réel du surnaturel. Le jeu a un mécanisme très simple pour réussir un jet : pour améliorer ton résultat, pourquoi ne pas signer un pacte avec le Diable? En gros plus tu t’abandonnes à la forêt, plus tu vas dans son sens, plus tu acceptes de devenir elle et plus tu réussiras.

Le jeu vaut aussi pour ses conseils au meneur qui expliquent parfaitement bien comment retranscrire cette forme d’horreur très dans le style de Sam Raimi et de son premier Evil Dead.

L’écriture d’un nouveau scénario est très bien présentée par un didacticiel qui tronçonne une partie de Trophy Dark en 5 cercles, avec plein d’exemples pour te donner des idées.

D’ailleurs si tu veux aller plus loin que le scénario de base proposé par le jeu, Jesse Ross a lancé un appel à création de scénarios. Le résultat, c’est plus de 60 scénarios, dans tout type de genre : dans l’espace, dans l’univers froid d’une corporation, dans des sous terrains, etc. Il y a de quoi faire !

For the Drama

Je t’en ai déjà beaucoup parlé cette année, mais comment faire un bilan de 2019 sans revenir sur l’aventure For the Drama ? Ce qui n’était au début qu’un outil qui créé pour pouvoir jouer à For The Queen facilement en ligne est devenu un projet communautaire ouvert et passionnant.

Il y a un an, je commençais la lecture d’un bouquin qui m’a vraiment marqué. C’est Rise of the Videogame Zinesters de Anna Anthropy. Ce livre est un manifeste pour le Do It Yourself dans le monde des jeux vidéo. L’auteure y fait la critique de ce milieu tout en poussant un cri d’amour qui pourrait se résumer ainsi : tout le monde devrait créer des jeux vidéo!

Et ça n’a rien d’utopique ou de farfelu. Depuis les années 90, nous n’avons cessé de créer des outils de plus en plus abordables pour permettre à monsieur et madame tout le monde de le faire. Les jeux vidéo sont une forme d’art à part entière et en créer te poser tout un tas de questions sur plein de sujets. Tout ce qu’il manque pour se lancer c’est 1/ d’avoir la possibilité de prendre du temps pour ça (et c’est malheureusement un luxe, un privilège) 2/ s’autoriser à le faire, se dire que toi aussi tu peux le faire.

C’est l’idée que j’ai voulu reprendre à un très modeste niveau – pour les jeux de rôle dérivés de For the Queen : ce jeu s’explique en 2 minutes, se joue avec des débutants et surtout donne instantanément envie de se l’approprier. J’ai donc commencé à créer d’autres jeux comme For The Queen, et des amis ont eu la même idée.

Mon outil est devenu en juin 2019 le site For The Drama. Il compte aujourd’hui plus de 30 jeux publiés – et de nombreux jeux encore « à l’essai ». Il est disponible en 5 langues – bientôt 6 avec le Portugais. 5 600 visiteurs pour un peu plus de 1 000 parties jouées.

Et surtout il a permis à des personnes qui n’avaient créé de jeu de rôle de se lancer.

Il y a également toute une communauté très accueillante et ouverte qui s’est créée autour de ce projet via le serveur Discord de ce blog. On y parle découverte de nouveaux jeux, on se donne des conseils de traduction, on lance de nouveaux projets, on y crée un recueil d’illustrations, etc..

Il y a eu de nombreuses parties jouées en convention avec les jeux créés sur la plateforme. Notamment grâce à Michael Croitoriu et Nicolas Ronvel.

Et la FM2J, une association de formation professionnelle au métier de ludothécaire s’en sert également dans ses ateliers en interne comme chez ses clients – comme le Club Med où des ateliers à destination d’encadrants familles et enfants ont eu lieu avec Sur le canapé et For the Cake.

Mon année 2019 n’aurait pas été la même sans For The Queen et les personnes qui m’ont rejoint sur For The Drama. Tous ces jeux, ce foisonnement d’idées pour améliorer la plateforme et surtout le bon état d’esprit des participants m’ont collé le sourire tous les matins et tous les soirs quand je bossais tard. Je leur suis à toutes et tous très sincèrement reconnaissant pour tout ça.

illustration par vampirekingdom

De quoi je n’ai pas parlé

Allez ! donc en vrac, en mode vas-y comme j’te pousse, je n’ai pas eu le temps de te parler cette année de :

  • Svart av Kval, Vit av Lust de Simon Pettersson, un rôliste et auteur de jeu Suédois qui a eu la gentillesse de répondre à mon invitation cette année sur le salon Octogône. Simon m’y a fait découvrir et jouer à son jeu dont le pitch est : Vampire la Mascarade pour jouer en one shot comme en campagne, sans préparation et sans meneur, avec une grosse grosse ambiance à la table. Belle claque ! 3 semaines après j’avais traduit le jeu avec l’aide de nombreux relecteurs. On en reparle en 2020 🙂
  • Le recueil de jeux du site Trop Long ; Pas Lu : Traverser l’Hiver qui est la compilation d’un concours de création de jeux lancé par la communauté du site autour du thème : « des jeux qui ont du cœur ».
  • Les Contes de Morte Plaine, un jeu de rôle qui se veut pour débutant et que j’ai créé cette année. Il a été testé avec succès dans des clubs JDR de collégiens.
  • Here, There Be Dragons! un jeu pour jouer à Monster Hunter avec des enfants
  • Pour la Corpo, un jeu de Ken Davidson qui m’a autorisé à le traduire et le publier sur For the Drama. On y joue dans un univers à la Neuromancer, Bladerunner ou Shadowrun. Mais au lieu de jouer les Runners, ces anti-héros avec des idéaux et de grands besoins financiers, on joue les employés d’une grosse Corporation sur le point de se faire braquer.
  • j’adore le jeu Fiasco, j’adore l’univers de Ambre. Il se trouve qu’ils ont été réunis cette année pour mon plus grand bonheur ! J’espère pouvoir y jouer très vite https://actionyann.itch.io/fiasco-amber-diceless
  • Variation on you own Body est un recueil de 5 jeux d’Avery Alder que je n’ai toujours pas eu le temps de lire et qui s’annoncent excellents
  • Super transition avec The Excellents dont on me dit le plus grand bien https://www.drivethrurpg.com/product/294795/The-Excellents
  • Dungeon Janitor’s Apprentice est un jeu léger et fun. Prend n’importe quelle carte de donjon. Un joueur joue le Maître du Donjon, acariâtre, vieux, qui a plein de choses à faire pour faire fonctionner son petit enfer sur Terre. L’autre son jeune apprenti, qui n’a aucune envie d’être là et qui compte bien ne pas foutre une. Un jeu de tchatche vraiment cool.
  • Voyage en pays fantastiques – oh comme je regrette de ne pas l’avoir présenté ! j’y reviendrai sans doute. Un jeu extraordinaire créé cette année par LeMat pour jouer des aventures rocambolesques à la manière de celles du Baron de Münchhausen ou des BD De Cape et de Crocs. Une vidéo pour voir le résultat en live.
  • A la dérive – Adrift, un jeu solo traduit par le prolifique Jeepee. D’ailleurs je n’ai pas assez parlé des jeux de rôles qui se jouent en solitaire. Tellement de choses à dire et de jeux à montrer dans ce genre ! Samuel Ziterman en a fait une superbe partie en live.
  • Fiasco 2 qui va rendre Fiasco encore plus accessible, sans trop bouger l’existant en remplaçant les dés par des cartes. Gulix en parle déjà super bien sur son blog et a déjà créé ses propres cartes pour y jouer.
  • et malheureusement j’ai fait l’impasse sur tous les jeux créés sur For The Drama – chacun mériterait un article à part entière – mais j’ai préféré montrer un jeu d’autres jeux, histoire de me sortir aussi le nez du guidon et parler d’autres types d’histoires à jouer.

Itch.io et moi

Cette année a vu la disparition du réseau social des rôlistes, Google+. Derrière ce grand vide, de nombreuses communautés se sont lancées (notamment sur des serveurs Discord) et d’autres se sont transformées – comme l’Auberge Virtuelle qui a pris une ampleur vraiment réjouissante en termes de projets. Twitter, Mastodonte et MeWe ont recueilli quelques rescapés de G+ et il y a désormais des communautés très cool dessus – loin des frasques de Facebook qui ressemble parfois – de mon expérience des groupes francophones de JDR – plus à un défouloir toxique d’ego fâchés.

Mais à la différence de Google+ qui était un réseau social très ouvert et indexé par Google – ce qui permettait donc de découvrir des posts lors de recherches spécifiques – toutes ces communautés ont pour défaut d’être en mode semi-privé ou complètement privé.

Mais il s’est passé un truc assez inattendu dans notre milieu de rôlistes sur internet. Un « petit truc » insignifiant qui a vraiment changé de manière durable une partie des univers du jeux de rôles en matière de publication et d’expérimentation. Je vais te parler de la plateforme itch et sa page consacrée aux JDR : https://itch.io/physical-games/newest

Itch est un joyeux foutoir. Un foutoir mal fichu avec une interface de navigation à la ramasse par rapport à la quantité de contenus. Un foutoir incompréhensible, car on passe très facilement à côté des informations intéressantes. Mais un foutoir excellentissime pour qui a besoin de sa dose régulière de défis créatifs (les Jam ! jette un œil sur l’article de Gulix) et d’expérimentations barrées.

Bien sûr c’est un foutoir. Mais c’est un foutoir qui a publié 1 838 jeux de rôle en 2019 (source : http://therpgpipeline.com). Certains de ces jeux sont des « fond de catalogue » publiés par des éditeurs ou des auteurs auto-publiés. Mais beaucoup – beaucoup ! – sont de nouvelles créations. Des créations sorties de nulle part, car on ne peut jamais les remonter à des communautés – la page « forum » de itchio consacrée aux jeux de rôle est en état de stase silencieuse permanent.

Pour bien se rendre compte du phénomène, voici un graphe pour comparer le nombre de jeux de rôle publiés cette année sur Itch et sur DrivethruRPG – la grosse plateforme de vente en ligne :

source : http://therpgpipeline.com

Au niveau des prix de vente – selon une approximation à base de listes croisées de novembre 2018 à octobre 2019 :

Prix en $DriveThruItch.io
0126980
1 – 5431348
6 – 1015578
11 – 158716
16 – 204312
21+252

(source : http://therpgpipeline.com)

Tu me diras : quantité n’est pas qualité. Et tous ces jeux gratuits, ce n’est pas sérieux. Et tous ces jeux à 5 ou 10$ qui ne tiennent que sur 30 pages et qui ont à peine été testés, ce n’est pas sérieux – c’est de l’argent jeté par les fenêtres, un pousse à la consommation et un nivellement de la qualité par le bas.

A ça je te répondrais que bien entendu non, ce n’est pas « sérieux » car c’est un phénomène nouveau, que c’est un vrai changement dans la façon dont les rôlistes partagent leurs créations, s’inspirent de celles des autres, s’approprient des formats originaux (le fameux « mode brochure ») et développent de petits modèles de vente. Ça n’a pas besoin de faire sens, de faire sérieux ni de remplacer le rôle d’un éditeur et de ses gammes de produits. Ça n’a pas besoin de correspondre à tous les idéaux anarchistes et non consumériste. Merci bien.

Non c’est clairement une explosion foutraque et jubilatoire de créativité. Le genre de phénomène qu’on aurait tort de bouder tellement il est divers et varié. Il n’y a pas un style de jeux, une communauté avec une ligne et des valeurs – mais une multitude de tout cela.

De nombreux nouveaux auteurs sont apparus et ont développé des pages Patreon qui complètent leur offre itch. De nouveaux styles de jeu restés confidentiels et éparpillés sur des blogs ou G+ sont désormais rassemblés dans un même site web. Les Jams sont organisées en permanence et proposent des thèmes et des formes qui viennent compléter les concours bien connus comme la Game Jam, le Défi 3 Fois Forgés, le 200 words RPG challenge, etc..

Je me suis pris itch.io en pleine face, vers le mois de mars 2019. Et pendant 6 mois j’ai fait de la page des dernières parutions mon journal quotidien du jeu de rôle. A la pause de midi ou au petit déj’. Si tu cherches à passer un bon moment, je t’invite à te perdre sur ce site – et tu verras, se perdre, ça arrive vite.

RPG Zine Quest

La Zine Quest est un autre évènement qui a marqué l’année 2019. Lancée par la plateforme de financement participatif Kickstarter, cette opération avait pour but de proposer en temps limité le lancement de fanzines sur les jeux de rôles – sur le monde du fanzine de ton club JDR de quartier ou de ceux créés à l’époque du lycée.

Un Zine c’est donc un format court, tout au plus 20-30 pages, en A5 et deux couleurs. Il peut être un jeu, un recueil de jeu, de scénarios, une campagne ou des articles parlant de jeux de rôles.

Cette année, la Zine Quest a permis de financer 94% des 106 projets de Zine lancés.

Tu trouveras toutes les informations concernant ce superbe événement dans ce document d’analyse archi complet.

Et Kickstarter remet le couvert pour 2020 entre les 2 et 29 février, et ça se passe ici : https://creators.kickstarter.com/zine-quest/

Pour finir

Je te souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d’année – ou si tu ne peux pas ou ne veux pas, je te souhaite de trouver de belles occasions pour jouer avec ceux qui comptent pour toi.

L’année 2019 a été une année qui a très mal commencé avec la crainte suscitée par la disparition de Google+ pour celles et ceux qui y avaient trouvé un refuge depuis des années pour partager leurs passions.

Mais même si Google+ n’a pas été remplacé, les communautés d’auteurs et de joueurs ont très largement dépassé toutes mes attentes. Enormément de partages, de résilience. Des contacts toujours aussi faciles. Tout ça prouve que le loisir JDR sous sa forme auto-publié / indé est plus que jamais bien vivant.

J’ai hâte de voir ce que 2020 va nous réserver – et de venir t’en parler sur ce blog. Merci de me suivre ou de m’avoir découvert et lu !

(l’illustration de cet article est l’oeuvre de Vablo)

Une méthode pour écrire un jeu comme For the Queen

/

Lorsque For the Drama a été créé, celles et ceux qui ont participé à sa création ont vite compris combien cela allait être amusant de créer de nouveaux jeux via cet outil. Et amusant, ça l’est !

Aussi après quelques semaines passées à créer de nouveaux jeux, la question suivante s’est posée : comment aider les autres à créer de nouveaux jeux ? Il y a t’il une sorte de méthode qui pourrait nous servir de guide ?

Cette méthode, c’est Nitz qui le premier en a eu l’idée. J’ai donc le plaisir de te la présenter.

Proposer une méthode

Voici une première réflexion sur comment créer un dérivé du jeu de rôle For the Queen (également appelé un jeu Descended From the Queen)

L’objectif de ce premier essai est de lancer la réflexion et de pouvoir échanger. J’espère qu’elle évoluera grâce à toi et à celles et ceux qui la testeront.

La méthode a donc été créée par Nitz qui a déjà créé 2 jeux : l’un inspiré par la série TV Sense8 et un autre inspiré par la Commune de Paris. C’est suite aux phases de playtest de ses jeux qu’il a eu l’idée de formaliser son travail.

J’expose ici sa méthode en espérant qu’elle pourra te servir de guide, car tu verras qu’elle est très inspirante et aide à structurer un nouveau jeu.

1/ Fichier > Nouveau

Quand j’ai eu l’idée de créer forthedrama.com, j’ai demandé aux auteurs et auteures motivés de m’envoyer leurs créations au format tableur. Et ça fonctionne plutôt bien pour ce type de jeux. Ouvre donc ton logiciel Excel, Libre Office, Google Doc, etc.. préféré et commence par créer un nouveau document de type tableur/classeur.

Nomme les 4 premières colonnes de ton document :

  • Type
  • Thème
  • Cible
  • Texte

Le Type correspond aux types de cartes. Dans un jeu Descended from the Queen, on en compte 3 : les cartes instructions, les cartes questions et la carte finale. Ta colonne type pourra donc avoir 3 valeurs : instruction, question ou finale.

Le Thème correspond à un thème que tu auras choisi pour ton jeu. On y revient par la suite.

La Cible correspond au sujet au centre d’une carte Question.

Exemple de Cibles :

  • Moi : le personnage du joueur actif (celui qui lit la Question)
  • Lui / Elle : le personnage central de l’histoire non joué
  • Eux : les autres personnages
  • Quoi : un objet, un lieu, un événement, ..

Dans l’exemple cela signifie que mes cartes Questions vont parler soit de Moi, Lui, Eux ou de Quoi. Prends en note, on verra ça par la suite. Garde en tête que ce ne sont que des exemples et que tu pourras proposer des valeurs différentes pour adapter la méthode à ton jeu.

Et enfin Texte correspond au texte de tes cartes.

2/ Le concept

Le Concept c’est ce qui correspond à ton envie de départ. Si tu as envie de créer un jeu, c’est que tu as sans doute une idée derrière la tête. Tu vas affiner cette idée par la suite, peut être même la jeter à la poubelle ou la modifier. Ça n’a aucune importance !

Tu sèches ? Alors pense à un univers de fiction (livre, film, série, jeu vidéo,..) ou une situation dramatique qui te plaît.

Puis ajoute une Accroche : un enjeux immédiat qui sera l’objectif de la partie ou un motif en toile de fond. C’est ce qui va ajouter du sel à ton Concept.

Concept et Accroche doivent être facile à comprendre, simple et rapide à exprimer : la conception du jeu fait que tu ne disposes que de quelques cartes pour les exprimer et faire en sorte que les joueurs comprennent bien de quoi il s’agit.

Quelques exemples de Concept et Accroche :

Le monde professionnel du catch >> comment gérer ce tournoi de prestige où tu n’es pas sensé gagner ?

Une discussion entre colocataires >> doit on se séparer de ce vieux canapé plein de souvenirs ?

Sa majesté se meurt >> vas tu réussir à tirer ton épingle du jeu et lui succéder ?

Un groupe de vieux amis se reforme pour un dernier boulot >> notre amitié est t’elle plus forte que notre rancœur.

3/ Protagonistes

Tu vas maintenant devoir te faire une idée de qui sont les avatars, les personnages des joueurs. Sont-ils les héros de l’histoire ? Sont-ils des personnages secondaires dépendant d’un personnage principal ?

Mathieu qui a créé le jeu Pour la Terre Promise propose cette analyse : soit on choisit un personnage principal important et les personnages des joueurs se définissent à travers lui, soit ce sont eux les protagonistes principaux. Dans le premier cas, les questions crées par la suite seront de nature différente :

  • Personnage principal <> Personnages joueurs
  • ou Personnages joueurs <> Personnages joueurs

Si tu ne sais pas encore qui seront les personnages des joueurs, tu peux te poser les questions suivantes :

  • qu’est ce qui les implique dans l’histoire ?
  • quel est leur point commun ? leur principale différence ?
  • ont-ils un lien personnel ? professionnel ? avec un autre personnage
  • ..

4/ Les Thèmes

C’est ce dont ton jeu va essayer de parler. En tout cas ce que tu aimerais voir débarquer dans la conversation qui va se créer entres les joueurs.

Ça peut être des thèmes évidents qui découlent directement de ton Concept, comme des thèmes plus surprenant, empruntés à d’autres styles d’histoires.

Exemple : Pouvoir, Haine, Famille, Norme, Sacrifice, Amour, Dépendance, Mystère, Sexe, Violence, Souvenirs, Amitié, Camaraderie, Peur, Envie, Admiration, Loyauté, Servitude, Respect, etc ..

Notes autant de thème que tu aimerai voir au cours d’une partie. Tu pourras par la suite opérer un tri ou en ajouter/retrancher à volonté.

5/ Carte finale

La carte finale marque la fin d’une partie lorsqu’elle est tirée. Ce peut être une Question à laquelle tout le monde doit répondre. Ce peut être un texte d’ambiance auquel chacun chacune doit réagir. Ou tout autre idée pour mettre un terme à la partie tout en laissant aux joueurs une occasion de s’exprimer une dernière fois.

Il ne faut pas hésiter à écrire une première version de cette carte finale et à y revenir ensuite. J’ai remarqué qu’au fur et à mesure que j’écris des cartes Questions, ma vision du jeu créé change. Et je reviens alors sur cette carte finale pour la modifier.

6/ Cartes Questions

Les cartes Questions sont le cœur du jeu. La méthode que propose Nitz est la suivante : décliner pour chaque thème 4 questions, soit 1 question par Cible.

Lorsque tu rédiges une Question, essaie de la formuler pour que celle-ci soit une question ouverte. C’est à dire qu’on ne puisse pas y répondre par « oui » ou par « non » : tu verras que cela fonctionne beaucoup mieux.

Exemple tiré d’un jeu de cultistes dans lequel les joueurs participent à l’arrivée d’un Dieu nommé Soth :

Thème : Pouvoir

  • Cible Moi : Tu as désespérément besoin des pouvoirs de Soth. Pourquoi ?
  • Cible Eux : Un cultiste croit détenir le pouvoir, mais c’est toi qui tire les ficelles. De qui s’agit-il ?
  • Cible Lui : Tout pouvoir vient de Soth. De quel pouvoir t’a-t-il doté ?  

7/ Les Instructions

Enfin n’oublie pas de créer également les cartes instructions qui figureront dans ton jeu.

Pour cela, tu peux t’inspirer des jeux disponibles sur For the Drama. Place dans ces cartes 3 à 5 cartes pour présenter le Concept et les Protagonistes de ton jeu.

Exemple

Un exemple de jeu créé à partir de cette méthode est disponible en suivant ce lien. La méthode est explicitée dans le second onglet du document.

Girl Underground : une jeune fille curieuse dans un monde merveilleux

//

A l’occasion de l’arrivée dans nos boîtes aux lettres de Girl Underground, j’ai le plaisir de vous présenter ce jeu de rôle très intrigant.

Girl Underground  propose de jouer les aventures d’une jeune fille perdue dans un monde fantastique à la manière d’Alice au Pays des merveilles, du Magicien d’Oz, de Labyrinth ou du Voyage de Chihiro ! De sacrées références qui m’ont mis des étoiles plein les yeux.

De quoi retourner en enfance, explorer des mondes merveilleux peuplés de fée, de fantômes et de monstres étonnants tout en explorant en creux le monde des adultes et vivre un voyage initiatique. Tout un programme ! Reste à voir si le jeu tient toutes ces promesses.

D’où vient ce jeu ?

Girl Undeground est un jeu de Lauren McManamon (@thestraykiwi) et Jesse Ross ( @jesseross ) disponible en version papier A5 (vraiment agréable à manipuler, la qualité du papier est à saluer). Le jeu existe également en version électronique au format PDF. Il n’existe actuellement qu’en langue anglaise.
Ce jeu a été proposé lors de séquence Zine Quest sur le site Kickstarter. Une belle initiative proposant de publier un maximum de jeux et suppléments au format court.

[edit du 26/09/2019] : Le jeu est disponible à la commande sur : https://www.hedgemazepress.com/product/girlunderground
Pour 12$, tu obtiens le PDF, mais également la version papier !
Le livre et le PDF ne sont pour l’instant disponibles que pour les souscripteurs. Tu peux néanmoins lire les livrets de jeu et te tenir informé via le site des auteurs https://girlunderground.org/

« One pill makes you larger, and one pill makes you small « 

J’ai découvert mon exemplaire du jeu le 4 août dans ma boîte aux lettres. Mais je n’ai toujours eu la chance d’y jouer. Aussi lorsque j’apprends que mes amis JC et Côme viennent tout juste de terminer une partie, je bondis sur l’occasion pour leur poser quelques questions !

JC, qu’est-ce qui t’a le plus plu pendant ta partie de Girl Underground ?
JC :
Difficile comme première question, parce que tout était vraiment fantastique ! Je dirai donc : j’ai adoré la facilité avec laquelle nous nous sommes glissés dans l’esthétique bien particulière du conte étrange.

Etais tu le meneur de jeu ou jouais-tu un personnage joueur ?
JC : Je jouais environ 1,3 personnage, arrondi au dixième inférieur, mais nous allons y revenir.

Girl Underground est designé avec la méthode PBTA (Powered By the Apocalypse), mais il a une approche assez différente de ce qu’on entend par ça. Il ressemble beaucoup à Bluebeard’s Bride. Expliques-nous en quoi il est différent.
JC : Par certains côtés, Girl Underground reste un PbtA relativement classique. Pour accomplir une action significative, on lance 2D6, on y ajoute un éventuel bonus, et l’on regarde les instructions : pour un résultat de 6 ou moins, les choses se compliquent, pour un résultat de 7 ou plus, on obtient (plus ou moins) ce que l’on désire. Mais il faut admettre qu’il se permet quelques excentricités (très bienvenues). 


Comme tu l’as dit, les joueurs et joueuses de Bluebeard’s Bride (BBB) seront assez peu dépaysées côté système de jeu : Girl Underground s’en inspire directement. Comme dans BBB, le personnage central sera interprété par l’ensemble des joueuses à tour de rôle ; à la différence de BBB, en revanche, chaque joueuse incarne également un Compagnon qui guidera la protagoniste dans ses aventures.
Et comme dans BBB, le MJ va devoir s’inspirer de la personnalité de la protagoniste pour tisser son décor. La création du personnage central (la Jeune Fille) va donc avec un impact très important sur la fiction qui va suivre.


Girl Underground exige donc une certaine gymnastique intellectuelle (changer de personnage à la volée, côté PJ ; gérer un canevas émergent et donc en grande partie improvisé, côté MJ), une forme de lâcher-prise, une dégringolade sans filet ; heureusement, l’imagination des autres participant·e·s (et l’excellent design du jeu) nous permettent de rebondir sans heurts.

On joue donc un personnage + un personnage qui est commun à tous : la Jeune Fille. Comment fait-on pour créer ce personnage ?  Qu’est-ce qui la différencie des autres ? Qu’est-ce qui t’a marqué quand tu jouais la Fille ?
JC : Le livret de la Jeune Fille pose une seule constante : la jeune fille a douze ans, elle cherche la sortie du monde fantastique dans lequel elle a été plongée ; elle a une famille, problématique mais aimante, qui serait très inquiète si elle ne rentrait pas à temps pour le dîner. On remplit ensuite un questionnaire à choix multiples : à quoi ressemblent les cheveux de la jeune fille ? Qu’est-ce qu’elle veut faire plus tard ? Quelle est sa plus grande peur ? Ces questions permettront au MJ d’étoffer le décor et les PNJ.


On élaborera ensuite une liste de huit Bonnes Manières (exemple : “Une jeune fille ne pose pas de question”), qu’il faudra subvertir au fil de la partie en utilisant les actions spéciales du livret (moves). Petit à petit, les Bonnes Manières se transformeront en Valeurs : ainsi, la jeune fille cessera de croire en l’injonction “Une jeune fille ne pose pas de question”, et pourra la transformer en une autre affirmation (exemple : “Les bonnes questions méritent de bonnes réponses”). 


C’est cette mécanique des Bonnes Manières qui m’a le plus marqué, parce qu’elle permet de suivre le voyage intérieur de l’héroïne – et de se faire plaisir en imaginant des phrases tout droit sorties d’un conte moral.

Et au fait, on peut également jouer un petit garçon ?
JC : Au début de la partie, la Jeune Fille est considérée comme une petite fille, sur qui pèse des injonctions sociales réservées aux petites filles. Au fil de ses aventures, il se peut qu’on découvre qu’elle est en fait un garçon. Le jeu propose aux participant·e·s d’évoquer cette possibilité (et la question du genre en général) au début de la partie.

Que peux-tu nous dire des acolytes de la Jeune Fille ? Lequel as-tu joué ? Qu’est-ce qui t’a marqué avec ce personnage ? 
JC : J’ai joué The Beastie (la Bébête), un animal parlant qui pense tout savoir sur tout et qui n’a pas peur d’étaler sa science – surtout au moment le plus inopportun. Il veut servir de professeur à la jeune fille, mais il est souvent dépassé par son ego et sa nature excessive, ce qui en fait une sorte de loser magnifique, à la fois ridicule et plein de panache. Ce qui m’a marqué, outre ses aventures très touchantes, c’est la finesse d’écriture du playbook : qu’il soit tigre ou moineau, The Beastie ne peut pas agir dans le monde physique ; ses actions (moves) ne lui permettent que d’utiliser ses sens (dont le sens de la répartie) pour sortir la Jeune Fille des mauvais pas.

Est-ce qu’il y a une sorte de “condition de fin de partie” qui va à coup sûr indiquer à tous les joueurs que la partie va prendre fin ?
JC : Pendant l’aventure de la Jeune Fille, une “quête” va vite se dessiner ; la conclusion de cette quête lui permettra de retrouver la porte vers son monde d’origine.  La liste des Bonnes Manières de départ (que l’on raye pour transformer en Valeurs) peut constituer une forme d’indicateur : si l’on approche de la fin de la liste, c’est peut-être que la Jeune Fille est prête à rentrer.

Ce qui a vraiment retenu mon attention dans le concept du jeu, c’est le thème du voyage initiatique. D’un personnage central qui va “grandir” en vivant des aventures. On retrouve bien ça dans ta partie de Girl Underground ? Comment le jeu y parvient selon toi ?
JC : En réutilisant l’apparence, la personnalité et les Bonnes Manières de la Jeune Fille pour créer le décor et la quête, le MJ pose en effet les bases d’un conte initiatique. La disparition progressive des Bonnes Manières, qui seront rayées pour devenir des Valeurs, constitue les jalons de ce voyage intérieur. Enfin, le fait que les actions/moves des Compagnons soient souvent entièrement tournées vers la jeune fille (pour l’aider, la soutenir, la guider) achève de renforcer le thème. J’ai vraiment retrouvé ça dans la partie !

Est-ce un jeu pour jouer exclusivement en One Shot ? en campagne ?Combien de temps à duré ta partie ? 
JC : Une partie dure quatre heures environ ; le jeu évoque la possibilité de campagnes courtes, ou d’un “one-shot en plusieurs fois”, mais si j’en crois mon expérience (très limitée), il est préférable d’opter pour une aventure unique jouée en une seule séance.

Est-ce qu’il y a des points qui t’ont moins séduit pendant ta partie ?
JC : Le fait d’incarner la jeune fille tour à tour est très plaisant, mais le partage est un peu trop raide en l’état. Jouer une scène dans la peau de la Jeune Fille, en laissant de côté son livret de Compagnon, avant de la confier à quelqu’un d’autre, n’est pas aussi fluide qu’on pourrait l’espérer.

Est-ce que les autres joueuses étaient d’accord avec cette critique ?
JC : Je pense, oui ! A notre table, une joueuse a même imaginé une méthode alternative pour gérer la Jeune Fille : laisser le livret au milieu de la table au lieu de le garder devant soi, afin de rendre le partage plus fluide. Il suffirait ainsi de se saisir du livret pour jouer un move, puis de le reposer ; chaque joueuse serait libre d’interpréter la Jeune Fille le reste du temps, en changeant éventuellement de posture ou de façon de parler pour que chaque participant·e soit bien conscient·e de qui incarne qui.

Et le meneur, qu’en a-t’il pensé  ?
JC : Il me semble qu’il était d’accord (et qu’il a aimé le jeu autant que nous). Nous étions tous enthousiastes après la partie. Mais il faudra poser la question à l’intéressé (le fantastique Monsieur Martin) pour plus de détail.

Et pour finir, est-ce que tu recommandes Girl Underground ? Est-ce que ça va plaire au plus grand nombre ?
JC : Les débutants sont souvent les plus réceptifs aux jeux (jugés) excentriques, donc il y a de grandes chances pour qu’il séduise tout le monde, des jeunes adolescents aux vieux amoureux des contes fantastiques en passant par les rôlistes amateurs de très bon game design. Autrement dit, je recommande chaudement. Une des meilleures surprises (et des meilleures parties) de l’année.

« Mais alors, dit Alice, si le monde n’a absolument aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un ? »

J’enchaîne les questions avec Côme qui tenait le rôle de meneur de jeu à la table de JC

Côme, même première question qu’à JC : qu’est-ce qui t’a le plus plu pendant ta partie de Girl Underground ?
Côme : Vers la fin du livret de règles se trouve une sorte de « chemin de fer » qui propose un déroulé d’une partie standard du jeu, avec la durée de chaque étape. Il y est indiqué que la partie « création de personnages » prend environ une heure. Nous avons totalement dépassé cette limite, mais cela n’avait aucune importance, car comme l’a dit une des joueuses, rien que cette étape était déjà formidable vu ce qu’elle a créé comme personnages ! Un jeu qui parvient à vous émerveiller alors qu’il n’a pas encore tout à fait commencé, ce n’est pas rien…

JC me disait qu’il n’y avait pas de scénario et qu’à la manière de Bluebeard’s Bride, le meneur adaptait l’histoire au personnage central de la Fille. Comment est-ce que le jeu guide le meneur pour y arriver ? Il y a t’il des outils ? Une recette à suivre ?
Côme : Le cœur de Girl Underground pour ce qui est du récit, ce sont les Lieux, qui sont décrits plus thématiquement et symboliquement que narrativement. Ainsi le livret en comporte une douzaine que l’on peut assembler comme on le souhaite pour créer la quête du soir : il est conseillé d’en utiliser 3 ou 4 pour une partie, le dernier servant de climax de la partie. 


Concrètement, cela veut dire qu’on fait une pause après la création des personnages, pendant laquelle le MJ sélectionne les lieux qui sont les plus adaptés à la personnalité des Compagnons et de la Jeune Fille, avant de les arranger en une trame narrative très lâche. Ça demande un peu de bricolage mais pour ma part j’ai trouvé que le jeu me tenait pas mal par la main !

Ce qui a vraiment retenu mon attention dans le concept du jeu, c’est le thème du voyage initiatique. D’un personnage central qui va “grandir” en vivant des aventures. On dirait bien que ce thème était bien présent dans ta partie avec JC. Comment le jeu y parvient selon toi ?
Côme : Ce thème est en effet central de par la structure du jeu : on nous dit dès le départ qu’aucun personnage ne peut mourir et que la Jeune Fille finira par rentrer chez elle, ce qui importe c’est donc le voyage et non la destination. Mécaniquement, la remise en cause des Bonnes Manières qu’évoquait JC forme le cœur du playbook de la Jeune Fille : sur ses 4 moves, deux concernent la remise en cause des Bonnes Manières et l’affirmation des Valeurs, il est donc impossible de passer à côté. Le rôle du MJ est ensuite de trouver l’occasion pour les PJ de se confronter à ces Bonnes Manières, ce qui est assez simple via les descriptions des Lieux et les PNJ qui les peuplent.

Comment est censé se terminer la partie ? JC nous a présenté le cheminement d’une partie, mais est-ce qu’il y a comme une sorte d’horloge ou de compteur ? Ou est-ce que cela est laissé à la discrétion du meneur ?
Côme : C’est laissé à la discrétion du meneur : quand on commence la partie, je sais où elle va se finir mais je ne sais pas comment, ni dans combien de temps. Là encore le livret propose une durée-type (30 minutes par Lieu) mais c’est indicatif et on peut faire ce qu’on veut. 

J’ai vu en survolant le sommaire qu’il y a des Lieux proposés au meneur. Est-ce qu’on va se déplacer de Lieu en Lieu pour découvrir ce qu’il s’y trame et résoudre un problème / accomplir une action ?
Côme : C’est un peu l’idée, oui, même si je dirais que les scènes sont plus de l’ordre de l’interaction. Par exemple, dans notre partie les PJ sont allés voir dans la caverne d’un dragon ce qu’il s’y passait. On leur avait dépeint ce dragon comme un monstre féroce et sanguinaire, mais une fois sur place, ils se sont rendu compte que c’était une dragonne bienveillante, retirée d’un monde qui ne l’accepte pas, qui leur a conseillé d’affirmer leurs excentricités… Tout cela était précisé dans la description du Lieu, bien sûr.
Sur la fiche de chaque Lieu, il est également donné des pistes pour le lier à 2 ou 3 autres, il est donc assez simple de tisser une trame globale.

Dirais-tu que Girl Underground est un jeu facile à faire jouer en tant que meneur ? Pour avoir adoré jouer à Bluebeard’s Bride, j’avoue que passer au rôle de meneur m’a toujours paru compliqué sur ce jeu.
Côme : Cela demande peut-être un peu de bouteille mais je me suis vraiment trouvé pris par la main côté MJ : je n’avais pas grand chose à faire à part insuffler un peu de vie dans les Lieux visités et assister avec bonheur aux pérégrinations des PJ. Bon, il faut dire que j’ai eu des joueuses merveilleuses à ma table ! 
Je me demande même à quel point le jeu pourrait se passer de MJ, mais cela demanderait sans doute encore plus de gymnastique mentale aux joueuses…

Est-ce qu’il y a des points qui t’ont moins séduit pendant ta partie ?
Côme : Girl Underground est un jeu à message, qui parle de la remise en question des injonctions imposées aux femmes et aux jeunes filles en particulier. Ce qui m’a un peu gêné, ce n’est pas ce message mais le peu de subtilité avec lequel il est parfois mis en avant. Dans 90% du livret, on le délivre par petites touches symboliques, mais certains Lieux le présentent un peu trop sommairement et l’épilogue s’y attarde un peu trop à mon goût. 
Enfin, je chipote parce que globalement le reste est impeccable !

Est-ce que les autres joueuses étaient d’accord avec cette critique ?
Côme : Il me semble, oui. D’ailleurs c’est l’un des aspects dont on a discuté avant la partie, aucun de nous ne souhaitant de partie explicitement militante ; je suis content de voir qu’on peut faire passer ce message par le biais d’une histoire merveilleuse.

Est-ce que tu vois un sujet que j’aurai oublié d’aborder et dont tu voudrais nous parler à propos du jeu ?
Côme : Girl Underground a une tonne de qualités, mais il y en a deux qui retiennent particulièrement mon attention : la beauté de sa maquette et de ses dessins, d’une part, et la simplicité de son système d’autre part. Quand je joue à un PbtA je suis souvent noyé par la liste des moves : ici il n’y en a que 4 ou 5 par personnage et ils sont très faciles à mettre en jeu, ce qui est plutôt reposant pour moi !

Et pour finir, est-ce que tu recommandes Girl Underground ? Est-ce que ça va plaire au plus grand nombre ? 
Côme : Est-ce que je recommande le jeu : mille fois oui ! C’est l’une de mes plus chouettes découvertes de cette année, sans hésiter. Est-ce que ça va plaire au plus grand nombre : le jeu peut être déroutant côté joueuses par sa logique de partage du personnage principal et côté MJ par un découpage plus thématique que narratif, mais je conseille à tous et toutes d’y jouer au moins une fois, pour se replonger dans les histoires qui nous faisaient rêver enfants !

C’est impossible ! – Seulement si tu crois que ça l’est !

J’espère que ces échanges à vous auront donné envie de découvrir ce jeu de rôle original par son thème et par ses règles.

JC et Côme m’ont confirmé que Girl Underground me réserve de bons moments de jeu en perspective. Merci les copains d’avoir participé !

Guide pour un jeu de rôle pas sexiste

//

L’excellent site Electro-GN publie ce mois-ci un guide de 6 pages au format PDF intitulé Histo mais pas sexiste.


https://www.electro-gn.com/12546-histo-mais-pas-sexiste

C’est un guide pratique et très bien fait qui devrait être très largement diffusé et lu. Quelque soit ton genre. Que tu sois auteurs de jeux de rôle, de GN, de fictions par forum. Que tu sois joueuse ou joueur ou simplement lecteur de jeux de rôle.

Il présente en 6 pages un ensemble de conseils pratiques et de lignes directrices pour sortir de l’écueil du sexisme dans les fictions interactives. Dans les fictions interactives, ok ! que pour les fictions historiques ? Et bien pas que. Car clairement ces conseils pratiques valent pour n’importe quel contexte, historique contemporain, futuriste ou fantastique.

Les 4 auteures du guide partent d’un constat concret, une « remontée de terrain » : les joueuses en ont leur claque de se voir assigner des personnages féminins faire-valoir de personnages masculins. Devant subir des trames scénaristiques follement originales comme le rape & revenge ou devant se plier à des comportements misogynes dans des univers de Fantasy.

Morceaux choisis :


.. un jeu de rôle, qu’il soit grandeur nature (GN) ou sur table (JDR) n’est pas une reconstitution


Ce n’est pas parce qu’une époque était sexiste que les BG* doivent l’être!


( * background des personnages : leur histoire personnelle )

Le guide débute dans un premier temps par un constat qui est assez classique et qui pose bien les choses. Puis après un rappel de la différence JDR/reconstitution et sur la transmission de l’histoire des personnages féminins, il attaque de front la question des Backgrounds des personnages ( le background d’un personnage étant en gros sa fiche de personnage sur laquelle on retrouve un historique, l’explication de ses objectifs et/ou motivations, ses capacités pour interagir avec la fiction jouée, etc..).

Un chapitre est consacré ensuite à ses femmes qui ont fait l’exception dans leur époque. Des références sont indiquées pour creuser et en apprendre plus.

Le guide se conclue par des listes de propositions et de conseils pour sortir de l’écueil sexiste et remodeler des jeux dans cette optique.

Autant te dire que j’ai été vraiment très agréablement surpris par la découverte de ce guide. Le fond est excellent et devrait être diffusé à tout joueur et toute joueuse. En prime il est clair, synthétique et superbement illustré.

Je t’en recommande donc chaudement la lecture et la diffusion dans tes cercles de jeu. D’autant le texte a une portée universelle et peut s’appliquer à tout type de jeux avec une histoire interactive.

For The Drama, l’application web pour jouer aux jeux dérivés de For the Queen

/

Bonjour !

J’ai été assez silencieux sur le blog ces derniers jours, mais j’ai une excellente excuse : j’étais trop occupé à vous préparer ce qui suit !

Début mai, j’ai créé une plateforme web pour jouer aux jeux dérivés du jeu de rôle d’Alex Roberts For The Queen. L’application fonctionne déjà parfaitement bien et permet l’accès à 5 jeux en français. Je suis à la recherche de curieuses et de curieux qui voudront bien l’essayer et me faire des retours à son sujet.

L’adresse temporaire du projet : https://www.forthedrama.com

L’explication de ce qu’est For the Queen : 

La liste des jeux déjà disponibles :  https://www.forthedrama.com/listejeux
Comment utiliser l’application :  https://www.forthedrama.com/aide

Voici ses principales caractéristiques :

  • Une application permettant de jouer à plusieurs en ligne aux jeux « Descended from the Queen » ou en présentiel via un smartphone
  • Gratuite et à terme libre avec un code source publié sur une plateforme style Github
  • L’ajout d’un nouveau jeu se fait en 3 minutes via un import au format Excel
  • Ses objectifs :
    + Remplacer Roll20 pour ces jeux : jusqu’à présent, seul Roll20 permettait d’y jouer en ligne, mais je trouvais son utilisation bien trop lourde pour un simple tirage de carte et peut adapter aux smartphones
    + Donner envie d’y jouer et de créer de nouveaux jeux
  • Les prochaines améliorations :
    + traduction en anglais et publication des premiers jeux anglais
    + changement du look, du nom de domaine et ajout d’un logo en cours de création
    + possibilité de personnaliser l’image de fond
    + à l’étude : représenter le tour de parole des joueurs à l’écran
    + à l’étude : pouvoir générer une sortie PDF des jeux pour du « prêt à imprimer »

J’espère que ces jeux vous amuseront autant que nous !  🙂

Créer et tester son propre jeu

Si tu as envie de créer ton propre jeu Descended from the Queen, n’hésite pas à nous envoyer tes créations, même des prototypes, pour les tester en ligne.

Pour cela, il suffit de nous faire parvenir un fichier type tableau Excel (.xls, .csv, .xlsx, .ods) avec le format suivant : 
en colonne 1 : le type de carte parmis « instruction », « question » ou « finale »
en colonne 2 : le texte de la carte 

et de nous contacter via :

Radio Roliste parle de For the Queen !

Et comme « on n’est jamais mieux servi que par soi-même », c’est bibi qui s’y colle pour faire la chronique de ce jeu que j’aime d’un amour fou 🙂

Je profite de ce bref post pour quelques nouvelles sur les prochaines parutions sur ce blog.

J’ai dans mes cartons :

  • un article façon gros pavé pour présenter ce que sont les jeux de rôle sans meneur : leur intérêt, leurs limites, des exemples, .. et les réponses aux contributions de celles et ceux qui ont voulu participer sur internet à mon « appel à questions »
  • beaucoup de contenus autour des jeux sans meneur Powered By The Apocalypse (le game desin crée par D. Vincent Baker) . Il y a eu une production folle autour de ce concept depuis un an, et il va être temps pour moi de poser quelques articles sur le sujet
  • la publication de jeux dérivés de For the Queen grâce à la publication récente du System Reference Document
  • et la mise en ligne d’une plateforme permettant de jouer gratuitement à ces jeux « descended from the queen »

Bref, je m’occupe les soirées en ce moment 🙂

See you, space cowboy !

S’échauffer avant de jouer

/

Lors de parties de jeux de rôle, je me suis aperçu que parfois on n’est juste pas dans le bain tout de suite.

Qu’il nous faut parfois une heure ou deux pour que le fun s’enclenche vraiment, qu’on soit tous sur la même longueur d’onde.

Comme si avant cela, on n’était pas « chauds ».

D’où l’idée de regarder ce qu’on pourrait faire avant la partie pour s’échauffer : littéralement, devenir chauds plus vite.

Qu’est ce qu’on a comme échauffements à notre disposition en jeu de rôle ?

Pas mal de routines lues à droite et à gauche. Je propose de les partager pour les tester, les commenter, les critiquer. Et aussi d’en inventer.

Avertissements :
Je n’ai bien entendu aucune idée de où le sujet peut mener, et c’est bien pour cela que je le poste ici, pour avoir votre avis, vos idées, vos critiques.


Générique !

Une fois le jeu expliqué et les personnages créés, demander à chaque joueus1e de cadrer une scène en deux phrases qui mettent​ en valeur un aspect de son personnage. La scène peut être punchie, contemplative ou dramatique en fonction du ton du jeu.

Variante comédie musicale : le groupe chante le générique

Source : l’intro de l’animé Assault on Arkham https://goo.gl/bemWkK, Danger Patrol by 2d6plusCool

Quand : en début de jeu

Nombre de participants : tout le groupe

Principes liés : N’anticipe pas, avance


Previously on ..

Débuter la fiction par un rapide résumé de ce qui est arrivé chronologiquement avant. L’histoire où elle en est au début du jeu.

Une phrase par joueuse, sans ordre de parole particulier.En temps limité ou jusqu’à épuisement du sujet

Variante : c’est encore mieux à la première session de jeu ou lors d’un one shot 🙂

Source : échauffement largement connu et partagé

Quand : début de jeu

Nombre de participants : tout le groupe

Principes liés : enregistre, reste simple


L’interview
Les joueuses se posent à tour de rôle des questions sur leurs personnages.
Le but est de se faire une meilleure idée de son personnage et de la partager avec les autres.
Aide aussi à se délier la langue et à entrer dans le jeu.

Il ne faut pas hésiter à poser des questions orientées dans un sens précis, mais également sur le ressenti du personnage, ses sentiments, ses contradictions, …

Les questions peuvent avoir été préparées à l’avance, être inscrite sur la fiche de personnage (exemple avec les jeux pbta / pbtk).

variante d’organisation : 1 joueuse pose toutes ses questions, et on tourne. Ou 1 joueuse est la cible des questions de toutes les autres, puis on tourne.

Source: tous les jeux de Kalysto de la vacuité, Peter Munthe Kass dans la traduction trouvée sur https://goo.gl/4psh6P
Quand : début de jeu
Nombre de participants : tout le groupe
Principe lié : acceptes, écoutes, n’anticipe pas


Je suis un ..
La joueuse a une minute pour nous faire partager la vie d’un objet, d’un lieu ou d’un archétype de l’univers joué.

L’intérêt est d’exprimer toute sorte de chose, des sentiments, du burlesque, du factuel, etc ..

Source : Christophe Tournier
Quand : début du jeu
Participants: une joueuse
Principes liés : n’anticipe pas, construis


Highlander
Choisir un thème, chaque joueuse à tour de rôle dit un mot en rapport avec ce thème, le plus vite possible.
Si on répète un mot déjà prononcé ou qu’on hésite plus d’une seconde, on est éliminé : à la fin il ne doit en rester qu’un !

L’important est d’aller vite pour déconnecter le cerveau tout en s’écoutant.

Source : Guillaume Jentey
Quand : avant le jeu
Participants : tout le groupe
Principes liés : écoute, sois agile


Oui et
Après la première, chaque réplique doit impérativement commencer par Oui et.
La joueuse est obligée d’intégrer ce que dit l’autre et de faire une nouvelle offre.
Eviter de poser des questions et de déguiser une négation en oui.
Privilégier l’action à la description.
Important : il faut lancer son “oui et …” à la cantonade, sans savoir à l’avance ce qu’on va dire.
Fixer un temps limité.

Source : Christophe Tournier
Quand : avant ou début du jeu
Participants: tout le groupe
Principes liés : écoute, rebondis


Qui es tu ?
Faire connaissance entre joueurs jouant pour la première fois ensemble.
A tour de rôle, on échange librement ou selon un script de questions.
En temps limité, 3 minutes.
Exemple de questions :
Prénom – Pseudo
Pourquoi es-tu là ?
Que penses tu de cet échauffement ?
Une passion qui te tient à cœur
etc ..

Source : Electro GN et la présentation des ateliers du jeu Ars Amandi https://goo.gl/YwhVNB
Quand : avant le jeu
Participants: tout le groupe
Principe lié : écoute, bienveillance


Colore le monde
Chaque fois qu’une joueuse introduit un nouvel élément qui lui semble important, elle pose une question ouverte à son sujet à une autre joueuse.
Celle-ci répond en une phrase ou 1 minute.
Utiliser les cinq sens, penser aux émotions ou orienter la question pour créer du lien avec un autre personnage.

Source : Space Askew de +Joshua Fox
Quand : pendant le jeu
Participants: 2 joueuses
Principes liés : construis, sois précis


Dessine moi un personnage
Une fois le ton et l’univers de jeu posé, chaque joueur va chercher deux ou trois illustrations sur internet et les pose sur le tapis de jeu.
Chacun son tour, une joueuse décrit rapidement un des personnages (plutôt sa personnalité puisque l’image montre son apparence).

On ne peut pas choisir une image qu’on a ramené.

A la fin de la courte description un autre joueur rajoute une anecdote en une phrase (c’est justement parce qu’il est colérique qu’il a fini par péter la gueule à Moris qui depuis le déteste).

Quand c’est fait, on choisi ensemble quel archétype ça pourrait être (pour un pbta) ou classe ou métier, etc ..

On recommence pour un autre.
Quand on en a marre ou qu’on les a tous fait, chaque joueur choisit celui qu’il veut jouer, rempli les dernier détails de la fiche et les persos restant font de bons PNJs

Source: Guillaume Jentey
Quand : avant le jeu
Principes liés : n’anticipe pas, aide les autres


Mise en bouche
Débuter la séance par un autre jeu de société rapide (oui, jeu de rôle compris)
Lui fixer une durée maximum si le jeu n’en comporte pas une. 45 minutes – 1 heure.

Exemples : Sombre Zéro, Prosopopée, SandBucket, tous les jeux à concept de Thomas Munier,
Keep Talking and Nobody Explodes, Happy Together, Dixit, Unanimo, jeu de rôle en système zéro, etc ..

Le jeu doit s’expliquer en moins de 5 min et démarrer en 15 min max. Il propose une tâche simple et définie.

Source : Johan Scipion et son double feature
Quand : avant le jeu
Participants: tout le groupe
Princes liés : participe, joue le groupe


Cercle d’histoire
Raconter une courte histoire de 5 minutes.
Chaque joueuse à tour de rôle raconte une phrase. On enchaîne les tours de table pour raconter 10-20 phrases.
L’important ce n’est pas l’histoire qui en résulte, c’est l’écoute : une histoire c’est une idée qu’on fait démarrer, qu’on développe et qu’on aboutit. Il faut donc trouver ensemble cette progression sans aller trop vite, sans prendre trop son temps, sans rajouter douze éléments nouveaux à chaque phrase…
C’est une sorte de cadavre exquis en 5 minutes.

Source : Guillaume Jentey
Quand : avant le jeu
Nombre de participants : tout le groupe
Principe lié : écoute, accepte, construis


Les cinqs sens
Décrire une scène par toutes les sensations de votre personnage.
A tour de rôle, chaque joueuse décrit la sensation que procure ce qu’il touche, voit, sent, goûte, entend.
On peut faire plusieurs tour de table pour que les joueurs complètent les descriptions des autres.
variante : on ne peut utiliser 2 fois le même sens

Source : Happy Together / Happy / Gaël Sacré
Quand : en début de partie / chaque fois qu’on change de lieu ou d’ambiance
Nombre de participants : tout le groupe
Principe liés : lâcher prise, rebondis, sois précis


A écouter sur le sujet, l’intervention de Jerome Larre lors du colloque du jdr 2017 : http://www.cendrones.fr/colloque2017/jeromelarre.mp3

Lien vers les autres interventions :
http://www.cendrones.fr/retour-colloque-jdr-2017/
http://www.cendrones.fr/colloque-jdr-2017-partie-2/


Une belle série d’articles d’Eugénie Bidet sur les ateliers en JDR.
Elle y approfondit son approche avec exemples à l’appui.


Jouer aux jeux de rôle avec des enfants

///

C’est bien connu : si les joueurs de jeux de rôle ont des enfants, c’est pour avoir une table de jeu toujours à portée de main à la maison 🙂

Des rôlistes nés

Je suis l’heureux papa de deux jeunes filles et nous jouons beaucoup, à toute sorte de jeux. Mais il m’a fallu du temps pour franchir le pas et jouer aux JDR avec elles. Et c’est bien dommage ! Car je confirme : les enfants sont des rôlistes nés. Ils adorent ça, en redemandent et débordent d’idées !

Depuis nous jouons régulièrement aux jeux de rôle (JDR), à des jeux à histoire et à des livres dont vous êtes le héros.

En mars de cette année, j’ai aussi eu la chance de jouer avec des enfants + âgés (10-12 ans) lors d’une convention sur Villeurbanne : là encore c’était carrément enthousiasmant !

Il y a 2 jours sortait un article pour jouer « entre vieux » à des JDR sur le pouce. Sur twitter, Tifereth me fait alors remarquer qu’elle serait preneuse d’une liste de jeux similaires, mais pour jouer avec ses kids.

Je me suis dit que le sujet pourrait être utile à d’autres rôlistes avec des mômes à portée de dés.

Oulalaa ! mais ça ne doit pas être évident de se lancer dans un jeu de rôle avec des gones !

Oui et bien je ne sais pas pourquoi, mais c’est un peu ce que je me disais il y a encore un an. Alors que :

  1. Non ce n’est pas compliqué de faire un jeu de rôle avec des enfants. Ils le font déjà naturellement entre eux en jouant à « on dirait que » ou « et si j’étais .. ». Tu n’as pas forcément besoin d’avoir une règle du jeu. Raconter des histoires interactives avant d’aller se coucher marche très bien !
  2. Non tu n’as pas besoin d’avoir été maître de jeu jusqu’à Bac+8, ni d’avoir préparé un scénario avant de jouer avec de jeunes joueurs. Ils adorent participer et créer des univers, des aventures, .. bref tu peux arriver les mains dans les poches et commencer à jouer là – tout de suite ( je t’en parle en fin d’article avec quelques conseils pour ça ).

Pourquoi jouer aux jeux de rôle avec les enfants ?

Si tu connais uniquement de nom, mais que tu n’y as pas encore joué, voilà en quelques mots pourquoi c’est sympa les jeux de rôle :

  • Les enfants adorent raconter des histoires et les vivre. C’est un truc inné chez eux. On pourrait penser que nous perdons ce truc en vieillissant : pas du tout ! 😊
  • Créer et jouer des histoires ensemble, c’est une chouette façon de se créer des souvenirs en commun, de partager un imaginaire
  • Jouer à une partie de jeu de rôle est aussi cool pour les enfants que pour les plus grands (oui, toi, l’adulte). On fait fonctionner ensemble notre imagination et ça décrasse la créativité
  • Si tu joues avec un groupe d’enfants, c’est un bon moyen de leur apprendre à jouer en équipe. Une partie de jeu de rôle est un bon moyen d’initier à l’esprit d’équipe et de transmettre des valeurs de coopération et de respect mutuel (voir en fin d’article quelques conseils pour y arriver sans peine)
  • C’est super amusant ! J’ai toujours trouvé nos parties de jeux de rôle bien plus fun que n’importe quel autre jeu de société.
  • Enfin le jeu de rôle est une porte d’entrée vers d’autres activités : coloriage de monstres, dessin de donjons, bricolage d’épée en mousse, chasse aux trésors, cuisine avec de vieilles recettes du Moyen Age, etc.. Inventer ensemble des histoires, ça permet aussi de déborder sur de nombreux autres sujets qui seront autant de futures activités.

Faut-il des JDR spécifiques pour jouer avec les mouflets ?

Récemment j’ai vu passer l’idée suivante sur un fil twitter : arrêtez de jouer à des jeux de rôles pour enfants ! Jouez avec vos enfants, mais avec vos jeux habituels.

Je trouve le conseil très intéressant. On peut très facilement choisir un jeu de rôle « pour les grands » et l’adapter au plus jeunes. Il suffit parfois de changer le ton, de modifier quelques mots ou bien d’expliquer au passage un nouveau concept.

Et j’ai découvert que des nombreux rôlistes pratiquent déjà des JDR comme Chroniques Oubliées ou Une année de répit dès 6 ans !

Quelques JDR pour jouer avec les enfants

Comme pour toutes les listes de jeux publiées sur ce blog, n’hésites pas à participer dans les commentaires pour indiquer un jeu qui n’y figure pas et que tu as testé. Ou pour me dire que je me plante et qu’il faut rectifier une information.

Dès 3 ans

Ma première aventure

Voici 2 Livres dont vous êtes le Héros adaptés aux enfants de 3 ans ! J’y ai joué sans problème avec ma plus jeune fille et multiplié les parties.

Ces livres-jeux sont des petits bijoux, très beaux, bien réalisés et très astucieux. Pour jouer, il suffit de répondre aux questions posées par le lecteur. Celui-ci tournera alors les pages du livre en fonction des réponses.

En effectuant des choix, l’enfant participe à une aventure interactive avec un objectif à atteindre. Dans En quête du Dragon, il s’agira d’adopter un dragon. Dans le second livre-jeux, la Découverte de l’Atlantide, on part en sous-marin dans le fond des océans à la recherche de la mystérieuse cité engloutie de l’Atlantide.

Au niveau du matériel, les illustrations sont juste magnifiques. Les règles du jeu sont fort simples : en fonction des choix de l’enfant, il suffit de tourner des volets découpés dans les pages.

Un système très bien pensé de roues permet de se rappeler des objets ramassés lors de l’aventure et des éventuels petits bobos qui viendront modifier la fin de l’aventure.

Une partie dure moins de 10 minutes et souvent on en enchaîne plusieurs !

Disponible au format livre en français :

Story Cubes / Imagidés

Des dés à lancer pour raconter ensemble une histoire en fonction des dessins représentés sur chaque face.

Chaque dé peut représenter un personnage, un animal, un lieu, une action ou un symbole.

A ton tour, tu choisis un dé et ajoute l’élément qu’il représente à l’histoire. On peut raconter une histoire créée de toute pièce, ou s’amuser à partir d’une histoire déjà connue par les enfants.

C’est un jeu très facile à prendre en main, et des enfants de différents âges peuvent facilement s’entre aider et jouer ensemble en toute autonomie.

Boîtes de dés disponibles dans presque tous les magasins disposant d’un rayon jeu, librairies, grandes surfaces, ..

Story cube: https://www.youtube.com/watch?v=-DrY0lFnGPw

Imagidés : https://www.youtube.com/watch?v=GmR1iBqwMJ4

Dès 4 / 5 ans

A cet âge, on peut déjà commencer à jouer à des jeux un peu plus longs. Il faudra souvent l’aide d’un adulte pour expliquer, lire un texte ou lire le résultat d’un dé. Mais il n’empêche : tous les retours que j’ai eu de parents jouant avec leurs enfants sur cette tranche d’âge sont vraiment enthousiasmant. Aucune raison de s’en priver et ou d’attendre l’acquisition de la lecture !

Petite Histoires

Un petit jeu dans lequel on raconte ensemble la toute petite histoire d’un tout petit héros ! J’y joue beaucoup avec ma plus jeune fille qui a 4 ans. Cela m’a motivé à le traduire et à vous le proposer : https://matthieu-be.itch.io/petites-histoires

Le Chat a disparu !

https://www.forthedrama.com/games/lechat

Voilà un jeu que j’ai créé pour jouer avec mes filles de 4 et 7 ans. Elles adorent y jouer : le jeu est court et permet de très facilement se glisser entre l’histoire du soir et le dodo. Ou pour jouer dans la voiture, dans une salle d’attente, etc..

Dans Le Chat a disparu!, la Princesse du royaume a perdu son chat qui s’est enfui dans la forêt magique. Elle charge les enfants d’aller le retrouver car elle sait qu’ils sont curieux et courageux.

Le jeu est une succession de cartes que l’on lit ensemble. Les cartes posent des questions aux enfants comme :

  • Tu es devant une grotte qui sent très mauvais. Qui habite ici ? Comment va t’il t’aider à retrouver le Chat ?
  • Il fait très sombre ici, qui te redonne du courage ? Comment ?
  • Tu sais que la Princesse a grondé le Chat ce matin. Pourquoi ?

Une partie dure en général de 10 à 15 minutes et plaît beaucoup.
Des amis m’ont fait le plaisir de le tester en famille et pendant des événements publiques.

Ah oui : le jeu se joue sur smartphone ! Il est gratuit, ce qu’il fait que vous pouvez l’avoir toujours sur vous pour y jouer à tout moment.

Cozy Town

Cozy Town est un jeu de rôle et de dessin extraordinaire ! Je pense que chaque parent devrait essayer d’y jouer avec ses enfants tellement l’expérience est agréable et enrichissante.

Dans ce jeu, les joueurs créent ensemble un paisible petit village et vont donner vie à ses habitants au fil des saisons. Les valeurs d’amitié, d’entre-aide et d’accueil sont au centre même de Cozy Town. Tout en racontant l’histoire, les joueurs dessineront le village et les personnages de l’histoire.

Le jeu est disponible à prix libre et en français ici : https://willox.itch.io/cozy-town-vf

Quelques exemples de mes propres parties en famille ou entre amis :

Le Monde des dessins

C’est un jeu que j’ai traduit à partir d’un post de forum. Très similaire aux jeux d’histoire comme StoryCube/Imagidé, mais on joue cette fois-ci avec des crayons de couleurs en ajoutant des formes simples (carré, ligne droite, ligne courbe, …) ou complexes (étoiles, maison, cœur, …) sur une feuille blanche.

Ma grande de 6 ans adore ce jeu. Il permet des parties de 20 minutes environ et le petit plus c’est qu’à la fin on garde du joli dessin qui nous rappellera plus tard l’histoire que nous avons créé ensemble.

Gratuit et en français, règles disponibles ici :https://www.cestpasdujdr.fr//le-monde-des-dessins/

Petits détectives de monstres

Les enfants jouent des petits détectives chargés de résoudre des problèmes liés à des Monstres dans des maisons. L’adulte / le meneur de jeu a créé un monstre ou en a choisi un dans une liste et est chargé de guider les petits enquêteurs et de réagir au succès ou à l’échec de leurs actions.

Je l’ai lu il y a longtemps, mais pas encore testé. J’ai trouvé la forme comme le fond (les conseils, le type de jeu, ..) excellents.

En français, vendu au format livre : http://www.petitsdetectivesdemonstres.com/

Amazing Tales

Mon chouchou en ce moment pour jouer des aventures avec ma fille la plus âgée. Non seulement je trouve les règles simples, mais surtout elles permettent sans peine aux enfants de faire des choix par eux-mêmes.

Les conseils donnés aux parents qui n’auraient jamais joué avec des kids sont, selon moi, les meilleurs que j’ai pu lire (et justifierai à eux seuls la lecture du jeu !). Les règles sont du même bois : simple, mais intéressante car elles laissent une grande liberté aux enfants pour jouer avec leurs idées tout en laissant à l’adulte qui mène la partie des ficelles pour guider.

Amazing Tales propose plusieurs univers différents, avec des tables aléatoires de personnages, de graines d’aventures, de lieux, d’objets … pour jouer des Pirates, du médiéval fantastique, de la magie au fond des bois ou des aventures dans  l’espace !

En anglais, format PDF ou livre :  https://amazing-tales.net/

Milky Monsters

De l’exploration de donjons plein de pièges, de monstres sympas et des trésors à découvrir ! Milky Monsters a été créé par un fan de jeux de rôle à l’ancienne pour jouer lors de la fête d’anniversaire de son fils. Le jeu a été depuis publié au format PDF. Il propose des règles très accessibles et complètes ainsi que des conseils pour avant, pendant et après la partie.

L’auteur a publié le jeu avec l’aide de son fils de 8 ans qui désormais est devenu un rôliste aguerri qui dessinent lui même ses donjons 🙂

En français, format PDF gratuit : https://guillaumejentey.wixsite.com/rpg-and-art/blank-2

Sorcières & Sortilèges

Sorcières & Sortilèges propose aux joueurs d’incarner le rôle de sorcières et de vivre des histoires prenant leurs sources dans la fantasy, les contes de fées et les histoires pour enfants. Le jeu s’adapte à l’âge des enfants, avec une fiche de personnage simplifiée pour les enfants de 4 ans. Le kit de démonstration est gratuit, ainsi que plusieurs scénarios. Toute les informations sont disponibles ici et .

No Thank you Evil

Un des jeux de rôles les plus connus dans cette catégorie car il a été largement distribués et récompensés. Il existe en plus de nombreux suppléments et formats : boîtes avec accessoires, PDF, etc..

No Thank you Evil propose des règles et un univers évolutif en fonction de l’âge des joueurs. On y joue des aventures le temps d’une excursion dans un univers fantastique haut en couleur.

J’ai trouvé la lecture des livres très pédagogique et claire.

En anglais, voir le site de l’éditeur : http://www.nothankyouevil.com/

le PDF : https://www.drivethrurpg.com/product/180660/No-Thank-You-Evil

Hero Kid

Je n’ai ni lu ni testé, mais je le cite car je sais qu’il a été joué avec bonheur par beaucoup de familles. Le jeu propose un système principalement orienté vers le combat (de ce que j’ai compris) et des feuilles de personnages très sympathiques (traduites en plusieurs langues).

Si vous y avez joué et voulez en parler, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires !

En anglais, livre ou PDF : https://www.drivethrurpg.com/browse.php?keywords=hero+kid&x=0&y=0&author=&artist=&pfrom=&pto=

Les fiches de personnages en français : https://www.drivethrurpg.com/product/115152/Hero-Kids–Fantasy-Supplement–Hero-Cards–French

Dès 6 ans

Comment j’ai adopté un gnou / un dragon

Un jeu d’improvisation d’histoire très sympa (même pour les plus grands). On tire au hasard une histoire incroyable à raconter aux autres. Par exemple : « j’ai marché sur la Lune » ou « je lis l’avenir dans la purée de pomme de terre » ou « j’ai passé une très bonne soirée avec une fée. Puis le joueur lance 6 dés sur lesquels sont indiqués des mots de liaisons grâce auxquels il va raconter son histoire. Exemple : Je dois vous avouer / Tout à coup / J’avais prévu le coup / Mais / C’est comme ça que …

Testé en début de soirée avec des rôlistes plus âgés, c’est aussi un excellent jeu pour briser la glace avant une partie.

Je le place à partir de 6 ans car lire les dés peut être utile, mais surtout il y a des formules de liaison qui peuvent être difficile à appréhender. Je l’ai fait lire à une institutrice de CP qui le ferait plus volontiers jouer à des CE1.

Un jeu en boîte disponible dans les boutiques de jeux et jouets : https://www.ledroitdeperdre.com/jeux-de-societe/18-comment-j-ai-adopte-un-gnou-3700789292326.html

Risus the anything RPG

Je l’ai lu il y a longtemps, mais Risus semble un très bon candidat pour jouer avec les kids. Le principe est ultra simple : ton personnage est décrit parce qu’il sait faire en quelques mots clés. A partir de là, à toi d’imaginer comment ton Cuisinier de la Cour Royale affronte le Dragon Rouge en lui mitonnant des bons petits plats.

C’est un jeu de rôle « à bananes narratives » pour les connaisseurs de Donjons & Bananes 😉

Je le place dans les 6 ans et + du fait de la lecture des dés. Mais n’hésites pas à me détromper si tu y a joué avec des + jeunes.

En anglais et en PDF gratuit : http://www.risusiverse.com/

Pour les 7 et +

Des jeux pour les plus grands, faciles à jouer tels quels ou à adapter !

  • Tranchons & Traquons : de l’aventure à la Donjon & Dragon avec des règles très accessibles et complètes pour s’amuser en campagne ou en one shot.
  • Dungeon World : le jeu de médiéval fantasy dérivé d’Apocalypse World qui lâche les brides de la narration aux joueurs.
  • Donjon de poche du Grumph : un jeu d’aventure avec beaucoup d’aide pour le meneur de jeu pour créer et faire jouer une histoire
  • Macchiato Monsters d’Eric Nieudan (pour jouer à la suite de Milky Monsters 😊)
  • Scie Dracula: une comédie où nous jouons des animaux avocats qui plaident lors d’un procès en dansant !
  • Une année de répit : jouer l’histoire d’une communauté qui se reconstruit
  • Microscope : inventer un univers et l’explorer en bondissant dans l’espace et le temps
  • For the Queen : en 30 minutes on joue une histoire avec des personnages riches et intéressant qui accompagnent leur Reine au cours d’une mission.
  • Dread House : un jeu de maison hantée pour se faire peur qui reprend le principe de la tour de Jenga du jeu de rôle Dread.
  • Dagger : basiquement Donjon et Dragon pour les enfants
  • Prosopopée : un jeu de rôle qui m’a beaucoup marqué dans ma vie de joueur et qui propose des histoires proches des univers du studio Ghibli
  • Golden Skies Story : un jeu où on joue des animaux pouvant prendre forme humaine avec des thématiques très proche des animés japonais non violent.
  • Do : Pilgrims of the Flying Temple : un jeu non violent où les joueurs incarnent des émissaires chargés de résoudre les problèmes de gens.
    Les joueurs tiennent un journal de leurs aventures, ce qui est plutôt original
  • Tales of equestria : jouer à être Pinkie Pie (ma préférée !), Rainbow Dash ou Twilight Sparkle
  • La ligue des Ténèbres : un jeu pour jouer des monstres gentils qui se liguent contre les méchants monstres
  • On Mighty Tews : jouer comme Conan avec une narration très partagée qui fonctionne bien avec de jeunes joueurs
  • Mystères et Pains d’épices : jouer des personnages en pain d’épice au moment des fêtes de Noël
  • Donjons et bananes : un jeu d’aventure dans lequel les joueurs doivent inventer des solutions astucieuses pour affronter des obstacles

Beaucoup de parents connaissent déjà des systèmes de règles tels que Chroniquée Oubliée la boîte d’initiation. Ils ont beaucoup de succès auprès des enfants en jouant aux boîtes d’initiation. N’étant pas moi-même joueur de ce type de jeux, j’aurai bien du mal à t’en parler. Mais si tu as déjà testé, n’hésites pas à en parler dans les commentaires.

Tu peux aussi piocher dans cette liste de jeux qui se jouent sans préparation et qui sont très courts.

Quelques conseils pour jouer aux jeux de rôles avec de jeunes joueurs

Si tu essaies de lancer une partie de 4 heures de ton jeu de rôle préféré avec des descriptions et des dialogues de 10 min, tu vas vite t’apercevoir que les enfants de 5 ans vont décrocher. Genre au bout de la première minute. Et c’est normal !

Pire : les enfants adorent jouer autour de la table, multiplier les activités, dessiner, jouer avec les dés … pendant ta partie ! 🙂

Horreur : ils adorent sortir des clous, proposer des choses im-po-ssibles !

Mais pas de panique ! Avant d’annoncer à tes enfants qu’ils ne sont plus les bienvenus à ta table, saches que des parents ont trouvés quelques parades pour t’aider.

Voici quelques conseils que j’ai beaucoup aimé et que j’ai trouvé faciles à appliquer.

Forcément, ces conseils correspondent à mes goûts personnels, à la façon dont j’aime jouer et à comment je m’amuse avec mes kids. Si tu as d’autres habitudes ou d’autres envies, c’est top ! L’important est de s’amuser ! N’hésites pas à partager tes propres expériences dans les commentaires.

Leur demander et écouter, écouter et écouter encore

Il peut être contre-productif d’arriver à une table de jeu avec des enfants pour leur proposer un univers ou une aventure pré écrite. Oh ! bien sûr ça peut marcher et être très amusant. Mais j’ai trouvé que les enfants étaient une source inépuisable d’idée et qu’il était bien moins compliqué de construire sur leurs envies du moment plutôt que venir avec mes propres idées.

Tu peux leur demander par exemple dans quel type d’univers ils aimeraient jouer, si il y aura de la magie et des chevaliers ou plutôt des fusées et des monstres. Est-ce qu’ils veulent explorer des mondes ou combattre les méchants ? ou les 2 ?

Tu peux arriver avec une « graine d’idée », une amorce ou une trame générale que tu as repris d’un conte, d’un livre ou d’un dessin animé. C’est très bien, sers-toi en pour lancer le jeu. Mais rappelles toi de ne pas t’y accrocher coûte que coûte pendant la partie car les enfants vont certainement aller dans des directions inattendues.

Bonus : tu peux ainsi les faire co-créer ce qui leur demande de s’écouter et de reprendre les idées des uns et des autres

Ne dis pas non : poses plutôt des questions

Il y a des chances pour que les enfants amènent dans la partie des choses qui ne vont pas forcément ensemble. Comme des chevaliers en armure avec des super pouvoirs. Ou des dinosaures cowboy voyageant dans l’espace.

Ton rôle n’est pas de le leur interdire en disant non, mais de faire en sorte d’intégrer cela à la partie !

Un bon moyen de le faire est de poser des questions du genre « Est-ce qu’il y a souvent des dinosaures cowboy dans l’espace ? » « Ils sont plutôt gentils entre eux ou ils se chamaillent tout le temps ? » « A quoi ressemblent leurs vaisseaux ? » « il y a des vaches dans l’espace ? »

« Est-ce que les super Chevaliers ont un château secret ? » « Qui d’autres à des super pouvoir ? »

« Est-ce que les dinosaures sont copains avec les supers Chevaliers ? » (mashup ! 😊)

Ça vaut toujours le coup de poser des questions ouvertes aux enfants car ils ne voient pas le monde et son fonctionnement comme nous : il en va de même avec leur imaginaire. Poser des questions permet alors de se mettre sur la même longueur d’onde, de mieux se comprendre.

Quand les enfants répondent, construit sur leurs réponses et appropries toi leur idée pour jouer avec.

Continuer à poser des questions jusqu’à ce que les enfants et toi commenciez à avoir une bonne idée du monde dans lequel vous allez jouer.

Ça peut être très intéressant d’ailleurs de commencer par des questions avant même de créer les personnages de l’aventure.

Les dessins, ce n’est pas obligatoire mais ça aide beaucoup (et en plus c’est fun)

Que ce soit pour dessiner le vaisseau spatial d’un dinosaure, faire une carte, dessiner son personnage ou un objet magique, c’est toujours génial de laisser les enfants dessiner pendant une partie et de dessiner avec eux. Non seulement cela permet de créer des références communes ( le personnage de Macha est vraiment très très grand, celui de Diego a des griffes, etc..), mais cela permet aussi de faire une pause et de varier les activités à la table.

Si tu as préparé des feuilles de personnages, penses à y laisser de la place pour un dessin.

Certains jeux comme Hero Kid proposent des illustrations que les plus jeunes pourront colorier pendant la partie : laisse leur du temps pour le faire.

Propose-leur des péripéties basées sur les capacités de leurs personnages

Aide les enfants à prendre en main les règles du jeu en leur proposant des situations que leurs personnages peuvent résoudre en utilisant les règles.

C’est un bon moyen pour comprendre un nouveau jeu.

Construis sur les idées des enfants

Ne prends pas de décisions en suivant « ce qui devrait normalement se passer » ou parce que « cela est impossible ». Au lieu de ça, écoutes ce que les enfants proposent, et construit avec leurs idées.

Au lieu de répondre « Non .. » essaie de dire « Oui, et … »

Encourage-les à jouer ensemble

Pour des enfants, ça n’est pas naturel de jouer en équipe (idem pour les adultes). Guillaume Jentey, l’auteur de Milky Monsters, propose 4 idées toutes simples et astucieuses pour les aider à jouer ensemble :

  • Ne pose qu’un seul dé sur la table (au lieu d’en distribuer à chaque enfant) : ainsi au lieu que chacun joue dans son coin sans prêter attention aux autres, les joueurs devront attendre le résultat d’un jet, assister aux actions des autres et écouter les conséquences.
  • Faites les s’aider les uns les autres : après qu’un personnage aie connu un échec, ne lui demandez pas au joueur comment il fait pour s’en sortir, mais posez la question aux autres joueurs !
  • Valorisez l’altruisme par la politesse : lorsque le personnage d’un enfant fait une action qui aide le groupe ou un autre personnage, félicitez-le. Puis demandez « naïvement » aux autres joueurs de le remercier. « Tu as utilisé ta corde pour permettre aux autres de franchir le Mur ? Je pense qu’on peut te dire merci ! »
  • Faites-leur voter à main lever pour chaque décision qui implique l’ensemble du groupe. On reste ou on fuit ? On va de quel côté ? On tente de lancer le rituel ? Ainsi même les plus timides participent.

Sors de la table !

N’hésites pas à laisser les enfants quitter la table par eux même et à mimer leurs scènes ou célébrer leur victoire. N’essaie pas de les retenir ou de leur ordonner de se tenir sages : c’est un moment de jeu, à eux de se l’approprier.

De même, tu peux toi-même les inviter à quitter la table pour participer à d’autres activités ! Les personnages doivent se cacher ? organise un cache cache. Ils doivent passer des gardiens sensibles à des runes magiques ? fais leur peindre des pierres en couleur avec des symboles celtiques. Etc..

L’idée est de profiter de l’histoire pour « faire des choses pour de vrai » et ainsi aménager des temps de pauses et d’activité.

Tu trouveras d’autres conseils sur comment gérer une histoire, une adversité ou comment adapter une partie en fonction de l’âge des participants en lisant les jeux Milky Monsters et Amazing Tales.

Face au Titan : Shadow of the Colossus en jeu de rôle

Nicolas « Gulix » Ronvel est un auteur de jeu francophone, prolifique et fort sympathique.

Depuis l’été 2018, il planche dur sur son prochain jeu qui sera disponible en impression à la demande et en PDF à l’issu d’une prochaine campagne de financement participatif.

Ce jeu, c’est « Face au Titan ».

Dans Face au Titan, tu joues des aventures dans le style du jeu vidéo Shadow of the Colossus. Notre groupe de personnages sera confronté à un big big boss, un être démesurément grand, puissant et capable de détruire des mondes.

Ce jeu de rôle sera sans meneur et s’inspire dans ses mécaniques de Sorceress Bloody Sorceress d’Epidiah Ravachol (que je ne connais pas encore, mais j’ai toute confiance en Epidiah pour la qualité de ses jeux et en Nicolas Ronvel pour sa sagacité dans le choix de ses références ! ^^).

J’avoue que le thème proposé m’intrigue beaucoup, sans doute car j’ai toujours rêvé de jouer au jeu vidéo Shadow of the Colossus sur la playstation quand j’étais ado !

Le côté désespéré, épique, tragique d’un affrontement entre un Dieu et des hommes me semble un genre qui se prête particulièrement bien aux jeux de rôles.

Voilà un beau projet à suivre sur le site de Gulix directement :

Ou sur les forums en ligne :

https://www.black-book-editions.fr/forums.php?topic_id=12330&tid=306423
https://www.casusno.fr/viewtopic.php?t=33742

J’ai testé pour toi : créer un jeu de rôle

//

Cette semaine j’ai découvert une Jam ( = un concours de création ) de jeux de rôle très originale : la Pamphlet Dungeon Jam. La Jam demande aux participants de créer des jeux de rôles selon un format A4 replié trois fois selon ce modèle :

Au premier coup d’œil, on se dit que c’est petit comme format. Mais à bien y regarder, c’est tout de même 6 pages. Dont une couverture.

Et les exemples sur la page d’Itchio m’ont vraiment donné envie d’essayer ! Je trouve que ça a de la gueule, que j’adorerai lire et jouer à des jeux présentés ainsi.

Et donc, je me dis « mais pourquoi ne pas t’y mettre, toi ? ». Sauf que créer des jeux nouveaux, originauxs, ce n’est vraiment pas mon truc.

Du coup j’ai décidé de reprendre un jeu existant. Et je suis parti du jeu de mon ami Guillaume, le SandBucket, qui est sous licence Creative Commons, et d’imaginer ce qu’il pourrait donner sur ce format de pamphlet.

Le résultat après 2 heures d’écriture et de tests d’impression se nomme Espresso Adventures ! Ce jeu reprend le principe du SandBucket en lui ajoutant quelques idées reprises au génial For The Queen d’Alex Roberts.

Bilan de l’opération : je me suis bien amusé !
En tout cas, voilà deux trucs auxquels je crois fortement :

1/ n’importe qui peut créer un jeu et devrait essayer de le faire. Que ce soit un jeu de société, un jeu vidéo ou un jeu de rôle

2/ des contraintes créatives fortes sont des aides à la création et non des freins

Du coup, j’ai envie de te partager ce petit jeu dans sa version brute, juste pour montrer qu’on peut se lancer ce genre de défi et que ce n’est finalement pas la mer à boire.

Il y a encore quelques coquilles et surtout c’est maintenant que le gros boulot commence : il va falloir y jouer pour savoir si cela vaut le coup de le peaufiner ou non, et si oui y jouer encore et encore 🙂

Mais je suis quand même pas peu fier du résultat :

Espresso Adventures, un jeu de rôle pour petits et grands qui se joue en 30 minutes

Inclus : 1 dé à 6 faces !

Convient parfaitement pour des débutants.

versions précédentes :

V0.1 : la première publication !

Le bleed : ce que l’on emporte avec soi

Un podcast pour parler des émotions autour de la pratique des jeux de rôles

Keep Reading

La grande liste des jeux .. (reloaded)

Il y a 6 mois j’ai publié une grande liste de jeux de rôle « sans MJ » (ou avec plein de MJ, fais ton choix !). On était alors tous d’accord pour dire que c’était très cool de voir + de 300 jeux ainsi regroupé. Comme quoi, cette approche différente des jeux de rôle est foisonnante de créativité.

Mais une question est vite revenue à mes oreilles: « c’est bien gentil Matthieu ta liste, mais comment on s’en sert? » / « à quoi ça sert ? ».
Et on m’a demandé si je pouvais détailler un peu plus chaque jeu.

Que ne ferait-on pas pour ses lecteurs ?
Tu trouveras ici régulièrement mis à jour un bref résumé pour chaque jeu, des étiquettes pour identifier chaque style, genre, thème.
L’idée n’est pas de faire une critique de chaque jeu, juste de te permettre de guider tes lectures et tes choix en fonction de ce que tu recherches.

Illustration de l’article : Lucas Gallone, Colorful and random human organ street art in Lyon

 

La grande liste est désormais accessible depuis la page Jeux.

Débriefer après un jeu de rôle

/

La géniale Macalys, animatrice du podcast Cosmodés, te parle du débriefing à la fin d’une partie de jeu de rôle.

Keep Reading

Se briefer avant un jeu de rôle

/

Aujourd’hui je te parle de ma façon de préparer une partie de jeu de rôle.

J’appelle ça le briefing : un ensemble de techniques et de gestes qui nous aident à avoir plus de fun et à se mettre sur la même longueur d’onde.

Et tu vas voir que ça n’a rien de nouveau ni de révolutionnaire. Mais il m’arrive encore parfois d’oublier de faire un bon briefing en début de partie.

Du coup j’ai rédigé ce mémo que je veux pouvoir sortir le jour J pour ne rien oublier.

Ça te donne aussi des idées ? Tant mieux ! Viens m’en parler, car c’est un sujet passionnant sur lequel on peut tous gagner à échanger nos points de vue et nos expériences. Tu peux aussi me retrouver sur Discord pour échanger plus facilement.

Ce texte fonctionne en binôme avec sa jumelle maléfique : Débriefer après un jeu de rôle ou un GN.
Il a pour vocation à être mis à jour régulièrement en fonction de mes découvertes et des tests que nous faisons tous ensemble au cours de nos soirées jdr.

Keep Reading

Une pincée de Fel’

Tu ne le sais peut-être pas, mais j’ai mis du temps avant de me dire « hey mec ! et si tu parlais de ce qui te plaît dans les jeux de rôle via un blog ? ».

C’est souvent la même question qui nous bloque : est-ce que je suis légitime pour parler de tel ou tel sujet ? Est-ce que ça va intéresser un.e quidam sur le web ?

Keep Reading

La grande liste des jeux de rôle sans meneur ou meneuse de jeu

Bonjour et bienvenue sur C’est Pas du JDR, un blog qui a pour but de promouvoir le plaisir de jouer aux jeux de rôle !

Le jeu de rôle est une activité riche, passionnante et accessible à tous.  Sur ce blog, je met en avant des jeux dont j’entend peu parler ailleurs. Des jeux avec ou sans meneur de jeu, des jeux gratuits, des jeux en une page, .. tout type de jeux de rôle !  Cette page en revanche est particulièrement dédiée aux jeux de rôle que l’on appelle « sans meneur de jeu ». 

Si vous souhaitez recevoir l’actualité de ce blog par email, vous pouvez vous inscrire sur cette page ( ou également consulter les archives de cette newsletter ).

Le Roi est Mort

Vive le Role Party Game ! Studio Absinthe vient de publier la traduction en français du jeu The King is Dead de

More

Lettres Trouvées

Il y a un mois, j’ai eu envie de participer au concours Il était une fois un petit jeu de rôle dont

More

Petites Histoires

Depuis 15 jours, je joue à un jeu avec mes filles de 4 et 7 ans : Tiny Stories. C’est un tout

More

Cowboy et Extraterrestres

Mon bon ami Guillaume Jentey vient de publier une extension gratuite pour son jeu de rôle Sonja et Conan contre les Ninjas.

More

Once More Into The Void

Once More Into The Void est un jeu de rôle de Jamila R Nedjadi inspiré par le jeu Mobile Frame Zero: Firebrands

More

Jardins des esprits

Jardins des esprits est un jeu de rôle pour 2 joueurs te proposant de jouer une proposition qui me plaît et me

More

Neon Impasse

Neon Impasse est une collection de jeux de rôle sans meneur pour construire et explorer des villes imaginaires. Ces jeux parlent de

More

Le commencement de La Faim

Julien Pouard nous en dit un peu plus sur son prochain jeu de rôle baptisé la Faim. Ce n’est pas encore le

More

Bundle 68 JDR indépendant à 10 $

Si vous avez loupé cette annonce, sachez qu’il est possible d’obtenir un nombre importants de jeux indépendants sur itchio en souscrivant à

More

Les JDR en français sur itchio

/

Itch.io est une plateforme consacré aux contenus « indépendants » ( comprendre la plupart du temps « auto publiés »). On y trouve des jeux vidéos,

More
1 2 3 26
Translate »