coup de coeur

Cozy Town

/

Pour cet 11ème article, attrape un plaid. Pose ton épée vorpale +4 et ton gantelet de force sur le râtelier à l’entée. Sers toi un grog bien fort (ou un chocolat chaud avec des marshmallow – personne ne te jugera). Et cale tes fesses sur ce gros coussin.

Aujourd’hui je vais te parler d’un jeu doudou, un jeu de rôle qui a du cœur. Je vais te parler de Cozy Town, le jeu qui propose de jouer à Animal Crossing et Stardew Valley et se faire du bien.

Mais c’est quoi un jeu « doudou » ? un jeu où on va avant tout jouer des idées simples et cool. Un jeu pour que les joueurs se sentent aussi bien et détendus que les personnages du monde imaginaire de la partie. Simplement pour le plaisir de profiter de moments agréables ou beaux. Sans chercher à forcer des enjeux, des conflits ou introduire une tension dans l’histoire.

Les joueurs vont passer quelques heures confortables dans une ville qu’ils vont créer. Cette ville sera peut être peuplée d’animaux, de lutins, de fées ou d’humains. Ces habitants auront à cœur de se la couler douce, de se laisser vivre au gré des 4 saisons que durera la partie.

En quelques mots

Cozy Town est un jeu de rôle créé par Jamila R. Nedjadi de Sword Dream Games en mars 2019 dans le cadre de la Cozy Jam.

C’est un jeu de rôle gratuit disponible en anglais ici : https://temporalhiccup.itch.io/cozy-town

Il est également disponible en français ici : https://willox.itch.io/cozy-town-vf

Le PDF de 15 pages réparties ainsi : 6 pages de règles, 2 pages pour créer la communauté, 2 pages d’exemples de partie et 4 pages de tables aléatoires.

Le jeu est prévu pour 3 à 6 joueurs et des parties de 3 à 4 heures. A noter que le jeu fourni également des conseils pour en solo et pour moduler à volonté la durée d’une partie.

Won’t you take me to Cozy Town ?

Ce jeu est trop mignon. Il est agréable à lire, très bien en page et donne vraiment envie d’y jouer tout de suite.

Cozy Town est surtout un jeu qui réunit des mécanismes solides et qui font des miracles à la table de jeu pour créer des histoires belles et fun à jour. Il mélange fortement The Quiet Year à des pincées de Dream Askew, 2 jeux géniaux de Avery Alder.

De Quiet Year, il reprend le temps qui passe, l’oracle des événements qui viendront pimenter la vie de la communauté. De Dream Askew, il reprend la fiche de communauté chère aux jeux Belonging Outside Belonging sur laquelle les joueurs vont co-construire et dessiner leur ville.

La partie commence par une chose primordiale : prendre soin des joueurs ! Et l’auteur.e insiste beaucoup sur le soin apporté à l’ambiance, aux boissons, aux douceurs, .. tout ce qu’il faut pour glisser tranquillement vers Cozy Town.

Une fois la partie lancée, tout n’est que découverte cool, organisation de fêtes, rencontres de nouveaux amis, etc..

Le jeu guide les joueurs et leur fournit de nombreuses idées grâce à des listes et un oracle : des tableaux proposant des événements, des questions, des choix à interpréter et à inclure dans l’histoire.

Cozy Tokens !

Jamila R. Nedjani propose un système très élégant et qui a déjà fait ses preuves dans Prosopopée de Frédéric Sintes : lorsqu’un joueur apprécie particulièrement un détail dans le jeu, il pioche un jeton et dit ce qui lui plaît.

Ce jeton pourra être ensuite dépensé pour :

  • ajouter un nouveau membre à la communauté, un nouvel aspect ou créer un ami
  • ajouter un détail cozy
  • ajouter un nouvel élément à la ville
  • se tourner vers un joueur et exprimer sa gratitude en lui donnant le jeton

Pour qui est ce jeu ?

Que tu n’aies pas le moral ou simplement parce que tu n’as jamais joué à un « jeu de rôle doudou » : je te recommande ce jeu !

Pour jouer en famille ou terminer une soirée jeu.

Parce que ça ne fait pas de mal à se faire de bien. Surtout quand le jeu reprend des mécanismes élégants déjà éprouvés et validés qui permettent, sans se forcer, de créer ensemble des histoires fun et belles.

Jamila R. Nedjani a créé une fois de plus un grand jeu. Un jeu au fonctionnement limpide, à la mise en page claire et très généreux. Et ouais, je commence à devenir fan de tous ses jeux ! 😀

For the Queen

//

This review also exists in english.

Ce jeu est magique

Ok les amis : n’y allons pas par 4 chemins, For the Queen est sans doute le meilleur jeu de rôle que j’ai eu la chance de voir au cours de ces 7 dernières années.

Oui, madame. Je vais t’expliquer pourquoi, mais déjà laisse moi te présenter le jeu.

For the Queen est le nouveau jeu d’Alex Roberts, une talentueuse créatrice de jeux à qui l’on doit déjà le très bon Star Crossed.

Depuis votre naissance, le royaume où vous vivez a toujours été en guerre.

La Reine a décidé d’entreprendre un long et périlleux périple pour négocier une alliance avec une puissance étrangère.

La Reine vous a choisi vous, et personne d’autre, pour être son escorte et l’accompagner dans ce périple.

Elle vous a choisi car elle sait que vous l’aimez.

Voilà comment se joue le jeu : à tour de rôle, nous tirons une carte et la lisons à haute voix.

Les 19 premières cartes nous expliquent les règles du jeu.

Les cartes suivantes posent des questions sur notre relation à la Reine, le périple, la guerre, etc..

C’est en répondant à ces questions que petit à petit se dessinent l’univers dans lequel nous jouons ainsi que nos personnages.  La Reine, ce personnage central, n’est incarné par aucun joueur. Elle a pourtant une place central dans l’histoire et chacun de nos personnages est amené à se définir dans sa relation avec elle.

Le jeu est prévu pour 2 à 6 joueurs, bien que j’ai pu y jouer sans problème à 8. Il n’a pas besoin d’un maître de jeu et les parties se jouent en 30 min à 2h.

J’ai acheté le jeu cette semaine car il est déjà disponible comme un module pour la plateforme Roll20 ( lien ). Je me suis empressé de le traduire et d’en faire ma propre version sur carte pour pouvoir le tester. Et c’est donc après 4 parties en 3 jours que je peux te mettre dans la confidence ..

.. ce jeu est tout simplement EXCELLENT !

Tu veux des preuves ? Ok, tu as raison. Après tout j’ai parlé du meilleur JDR pour moi sur ces 7 dernières années, il va falloir que j’assume et que je le prouve.

Mise à jour 1 : Le jeu est désormais disponible dans toutes les bonnes boutiques de jeux !

Mise à jour 2 : il a été chroniqué par Radio Roliste ici : https://www.radio-roliste.net/?p=1707

Mise à jour 3 : si tu veux jouer gratuitement à 17 jeux inspirés par For the Queen et créés par la communauté des rôlistes : https://www.forthedrama.com

Pourquoi c’est si bon

Parce qu’en 30 minutes de jeu, on parvient à avoir une vraie partie de jeu de rôle riche, drôle et captivante. Ajoutes à ça qu’il peut se jouer avec des joueurs ne sachant pas ce qu’est le jeu de rôle et n’ayant pas lu les règles avant. Moi ça m’a retourné la tête !

Les 2 gros points forts de For The Queen : il est accessible et il est malin.

Le jeu est accessible car il parvient :

    • à rendre inutile le rôle du facilitateur qui bien souvent a besoin de lire les règles d’un jeu avant la partie pour le présenter.
    • à expliquer ses règles tout en jouant : les joueurs lisent les instructions à tour de rôle et en faisant ça, ils commencent déjà à mettre en pratique une partie de la mécanique du jeu.
  • à te permettre de te lancer immédiatement, quelque soient tes habitudes de jeu, ton expérience des jeux de sociétés/rôles. Tu pourrais tout aussi bien ignorer complètement ce qu’est un jeu de rôle et débuter sans problème une partie là, maintenant. Je l’ai vu à plusieurs tables, et je t’assure que ça fonctionne.

Malin, il l’est ! J’ai pu retrouver plusieurs idées déjà vues auparavant et très bien exploitées ici :

    • nous créons les personnages et l’univers tout en jouant : j’adore ce principe ! rien de tel pour avoir des personnages riches, qui profitent des apports de l’ensemble des joueurs autour de la table. Rien de tel aussi pour me mettre à l’aise et me permettre de me faire surprendre par mon propre personnage !
    • le jeu joue à fond sur les non-dits,  sur le hors champs. Et ça, c’est tellement booon : avec un minimum d’éléments de jeu, on créé une impression assez comparable à l’effet d’une bande dessinée où entre 2 cases le lecteur est amené à remplir les blancs. A ton tour, tu pioches une carte sur laquelle est indiquée une question. Les questions tournent autour de la relation entre nos personnages et la Reine, un personnage que personne ne joue. Cela signifie qu’alors que nous développons nos personnages et l’univers, nous créons en même temps « en creux » ce personnage de la Reine. Voir ce personnage se construire ainsi grâce aux apports de l’ensemble des joueurs est vraiment excitant et fun. La Reine est toujours un personnage riche, complexe et qui offre de nombreuses « prises » aux joueurs pour jouer.
    • le mécanisme de sécurité est embarqué dans le jeu, et il sert également à bien d’autres choses ! Au début d’une partie, les règles (qui sont lues à voix haute à tour de rôle par les joueurs) introduisent une carte X. Et cette carte X fonctionne aussi bien pour retirer du jeu un contenu qui met à mal à l’aise un joueur que pour indiquer qu’un contenu n’est pas dans le ton de la partie, ou qui est redondant avec quelque chose déjà évoqué. Brillant. C’est simple, fluide, évident et immédiatement compris à la table sans avoir besoin d’en dire d’avantage.
    • le jeu repose intégralement sur une écoute active et sur la participation constante de l’ensemble des joueurs. Tu es invité à poser des questions pour que le joueur actif clarifie, détaille, enrichisse ou nuance ses réponses. « Le jeu de rôle est une conversation » ou « poses des questions ! », et bien c’est exactement vers cela que le jeu nous amène immédiatement : il pousse l’ensemble de la table à se poser des questions, à installer un dialogue continue entre l’ensemble des joueurs. Et c’est génial ! encore plus lorsque l’on voit des joueurs débutants mettre ça en pratique.
    • le jeu fonctionne aussi bien avec des enfants que des adultes. J’y ai joué avec 6 autres joueurs, dont 2 adultes et 4 enfants, tous débutants voir ignorant ce qu’est le jeu de rôle. Et comme à la fin de chaque partie que j’ai joué, la première chose que j’ai entendu c’est : « On y rejoue ? »
  • dernier argument de poids : le matériel de jeu. Tout le jeu tient dans un paquet de environ 70 cartes. C’est particulièrement utile à présenter et manipuler à la table. C’est surtout un formidable appel à la modification du jeu (mais j’y reviendrai).

J’aime la Reine, mais je l’ai quand même trahie

Alors, à quoi ça ressemble une partie de For the Queen ? Et bien chaque partie que j’ai joué ne ressemble en rien aux précédentes, et ça tient au fait qu’il n’y a pas d’univers de jeu pré établit.

En quelques parties, nous sommes allé dans l’espace à la rencontre d’une race extra terrestre. Nous avons voyagé vers la montagne de la mort à la recherche d’un puissant artefact. Nous avons chevauché dans les steppes arides.

Mais il y a tout de même des points communs. Le jeu tourne autour d’une question finale, car la carte qui mettra fin à la partie est toujours la même : « La reine est attaquée. La défendez-vous ? ».

Oui, tu vois venir le truc : le jeu va tourner autour des notions de fidélité, de traîtrise, de trahison, de sens du devoir, de l’honneur des personnages.  A cela s’ajoute l’amour pour notre Reine. Cette Reine qui sera tantôt aimante, douce. Mais également capable de la plus abjecte cruauté « pour le bien du royaume ».

Et cela crée à la table une ambiance enjouée, détendue et propice aux rires : « Quoi ? mais tu viens de dire au tour d’avant que tu étais son garde du corps le plus fidèle ! Comment oses-tu tendre une embuscade à notre Reine ? » etc ..etc ..

Et bien plus encore

Immédiatement après notre première partie cela a paru une évidence aux joueurs : For the Queen est un appel à la création de modifications. De hacks complets avec de nouvelles thématiques. Des cartes supplémentaires, pour par exemple ajouter des interactions plus nombreuses entres les personnages.

Pour peu que tu lises l’anglais, tu peux même y jouer immédiatement sur Roll20 avec du matériel de haute qualité : des illustrations, trois paquets de cartes déjà prêts et des conseils si tu n’es pas familié avec la plateforme.

En conclusion, je dirai que je tiens là un concept fabuleux et qui brille par sa simplicité.

Le genre de jeu qui me donne envie de l’avoir toujours avec moi dans mon sac et de le sortir en toute occasion.

Je ne rêve maintenant que d’une chose : que For The Queen aie une traduction et belle édition française. Et surtout une belle distribution. Ce jeu mérite de figurer dans les étals de boutiques non spécialisées en jeu de rôle et ainsi de trouver son public.

Inoubliable!

/

Inoubliable ! nous invite à raconter l’histoire d’un personnage célèbre fictif à la manière d’un biopic, c’est à dire un film biographique. Nous allons jouer les moments importants de la vie de l’Inoubliable, croiser ses proches, ses ennemis, et imaginer comment il/elle est devenu·e quelqu’un dont on raconte la vie au cinéma.

Le jeu est particulièrement facile à prendre en main et didactique : en 3 pages tout y est ! même des conseils et des variantes. De plus le jeu reprend le vocabulaire propre au cinéma pour présenter des concepts pas forcément simples aux premiers abords : classification des films (PG13, R,..),  critiques du public, de la presse, etc..

Inoubliable! vient se ranger dans la catégorie des jeux « pour faire comme au cinéma ». Là où Sombre ou Final Girl se jouent dans le registre du slasher et du film d’horreur, Inoubliable! aborde un thème beaucoup plus universel et susceptible de parler à des publics très variés. En effet, qu’on soit fan ou non des biopics au cinéma, l’essentiel est de s’attacher à donner vie à un personnage fictif.

Le thème et le propos du biopic ne dépendent que de l’imagination et de la créativité des joueuses à la table. On peut jouer dans des registres sérieux, loufoques .. voir gore !

 

Inoubliable! est un jeu facile à prendre en main, gratuit, qui se lit en 10 minutes et qui permet de jouer aussi bien en famille qu’avec tes collègues ou tes potes. Eh bien oui c’est possible ! Et quand en plus tu vois comment le jeu a été fignolé avec un vrai savoir-faire, j’affirme que ce serait un crime de passer à côté.

 

Follow

Follow est un jeu génial pour faire jouer des débutants comme des joueurs chevronnés.

Son auteur, Ben Robbins, met un point d’honneur à écrire des jeux didactiques, accessibles et qui valorisent la créativité et l’apport de l’ensemble des joueurs autour de la table. Et avec Follow, je trouve qu’il arrive à un résultat parfait.

Le but du jeu est simple : nos personnages forment un groupe, ce groupe participe à une Quête.

Nous choisissons ensemble la quête : ce peut être faire triompher une révolution, pourfendre un dragon, réussir un casse ou faire élire notre candidat. Le jeu propose des quêtes très variées, et chaque quête peut encore être interprétée par le groupe. Et pourquoi pas un casse sur l’Etoile Noire ? Pourfendre cette Chose Etrange au fond du jardin ? Faire élire un démon ? Mener une grève au lycée ?

Nous jouons pour savoir si nos personnages resteront unis ou si leurs différences vont les séparer. Nous jouons pour savoir s’ils triompheront ou si leurs motivations s’étioleront.

Follow est un jeu que je te recommande chaudement pour jouer avec des débutants ou avec des inconnus : les jeux de Ben Robbins sont conçus pour ces publics, et ça fait vraiment plaisir.

microscope Explorer

Premier livre publié en complément du jeu Microscope (qui est nécessaire pour pouvoir jouer), Microscope Explorer propose à la fois une série de conseils pour jouer, mais également 3 variantes du jeu qui sont autant de jeu à part entière.

Union nous fait jouer un arbre généalogique ( cette variante est désormais disponible comme un jeu autonome ne nécessitant plus Microscope )

Chronicle concentre les principes du jeu sur un objet, comme un bâtiment, un anneau ou une ville.

Echo joue avec délectation de l’effet papillon et des voyages temporels.

microscope

Microscope est un jeu unique en son genre : il crée des mondes, dessine des univers, raconte des fresques historiques gigantesques .. avec la simplicité d’un jeu accesible, clair, facile à transmettre !

Tour de garde

Vous êtes des aventuriers chevronnés perdus dans un donjon cruel après avoir perdu votre chef et la majeure partie de votre équipement. Le donjon abrite-t-il votre mort ou l’accomplissement de votre quête ? Ceux qui dorment près du feu vous soutiendront-ils ou vous trahiront-ils à cause des offenses du passé ?

Tour de garde est un hack du jeu De Mauvais Rêves. Il est obligatoire d’avoir DMR sous le coude pour pouvoir jouer : et cela tombe bien, car il est désormais mis à disposition gratuitement au format PDF ! Merci à Julien Pouard pour cette initiative qui est à saluer.

in the mind of margret

Un jeu dans lequel les joueurs vont incarner les émotions d’un personnage unique. Un jeu qui joue avec l’interprétation des sentiments et des émotions alors que le personnage traverse des dilemmes et des épreuves. Le jeu se veut très accessible et jouable dans n’importe quel univers : fantastique, héros du quotidien, loser magnifique…

Star Crossed

Jouer une romance impossible entre 2 personnages qui hésitent entre attirance et crainte. Le jeu se joue avec une tour de briquette façon Jenga.

Le monde des dessins : un jeu à histoires pour petits et grands

Le monde des dessins est un jeu de société gratuit pour raconter et dessiner des histoires avec les enfants (et les grands enfants)

Keep Reading

Trouver des jeux de rôles courts et originaux !

Trop Long Pas Lu est un site de partage libre et de découverte de jeux de rôles courts !

Courts, c’est à dire des jeux qui pèsent de 1 à 10 pages maximum.

Libre, car tous les jeux sont sous licence CC-BY-NC  (tu peux modifier, utiliser, hacker, partager, tant que c’est non commercial).

Pourquoi c’est bien ?

  • Parce que pour les joueurs, c’est facile et rapide à prendre en main et les jeux sont souvent bourrés d’originalité du fait du format.
  • Parce que les jeux courts sont de beaux exercices de game design pour leurs créateurs : la contrainte du court les oblige à être extrêmement précis et clairs en un minimum de caractères.
  • Les règles vont droit au but recherché : permettre de s’amuser ensemble ou en solo.

Bref, je t’invite à aller voir cette belle initiative que l’on doit à plusieurs créateurs de jeux et podcasteurs.
Et peut être que toi aussi tu voudras y participer et proposer tes jeux !

[vc_btn title= »Voir le site » style= »flat » shape= »round » color= »default » link= »url:http%3A%2F%2Ftroplongpaslu.fr||target:%20_blank| »]

Fiasco

Fiasco est certainement un des jeux de rôle que je conseillerai sans hésiter pour débuter et découvrir le plaisir de jouer ensemble. On y incarne de parfaits losers, des êtres banals aux ambitions crapuleuses et égocentriques. Et l’histoire finira mal, très mal.

Une partie de Fiasco ressemble beaucoup à un film des frères Cohen. Penses à Fargo, The Big Lebowski. Ou A simple plan, de Sam Raimi.

La règle du jeu s’explique en 5 minutes. La mise en place, création des personnages, de leurs relations et du contexte tiennent en 30 minutes.

A ton tour de jeu, décide si tu souhaites cadrer une scène pour  ton personnage ou si au contraire tu laisses les autres définir les enjeux de la scène. Dans le premier cas, les autres joueurs décideront si la scène se termine bien ou mal. Dans le second cas, c’est toi qui choisit.

Le jeu est découpé en 2 actes, séparés par un deus ex machina dramatique et se solde par un fiasco final dont seul les plus chanceux pourront espérer s’en tirer sans trop y laisser de plume.

Le jeu vaut particulièrement par sa re-jouabilité. Il est de plus superbement illustré.

Tu trouveras dans les règles et sur le web de très nombreux univers de jeu, allant de la critique sociale délicieuse au surnaturel, du péplum, en passant par les classiques film noir, des sitcom pour teenagers et du conte de noël sanguinolent.

Quelques liens pour aller plus loin :

Mon chouchou du moment se nomme Pas d’action et te promet de vivre une histoire passionnée et sanglante dans l’univers des danseurs professionnels : https://docs.google.com/document/d/1TvB1cFjQssfmhxhJtNR88rul92RVfLeRj5mkob3CzcE/edit?usp=sharing

Happy together

Happy Together est un jeu unique. On y joue des tranches de vie, sur un mode doux et contemplatif.

Je ne peux que te le recommander chaudement. Il est clair, bien écrit et simple à mettre en place.
Sa conception est brillante et je ne connais que des exemples de parties réussies.

L’accent est mis sur la poésie de chaque instant, la non violence et le bonheur de partager des scènes avec nos personnages.

Unique. Magique !

 

 

Prosopopée

Te dire pourquoi j’aime Prosopopée et pourquoi il m’a autant marqué demanderait un test complet.

J’y viendrai un jour ! Pour l’instant, contente toi de savoir que ce jeu superbement illustré te propose une expérience très proche des mondes créés par Miyazaki. Qu’il prône la non violence et ajoute de la poésie à ta table. Vraiment. Quelle claque !

Pour en savoir +, tu as l’excellente critique de la chaîne Youtube Pilule rouge Jdr :

Mobile Frame Zero Firebrands

/

Le jeu est disponible gratuitement en français depuis janvier 2019 : www.firebrands.fr

Le jeu en anglais, disponible pour 10$ : lien

Keep Reading

Dream Askew

/

Dream Askew est le genre de jeu qui mérite toute ton attention. Pour peu que tu aimes le drama et le jeu centré sur les personnages, il devrait te plaire énormément. C’est un hack d’Apocalypse World, mais il ne hack pas la même chose que les autres.

Laisse moi te montrer comment il fait ça. Pourquoi tu dois l’essayer. Et pourquoi je l’aime d’un amour fou.

Keep Reading

Donjons et Bananes

/

Donjons et Bananes est resté pendant longtemps un jeu confidentiel joué uniquement lors de conventions de jeux de rôle en Suède.  Il aurait pu en rester au stade de prototype transmis oralement si un bon ami de l’auteur ne l’avait poussé à le formaliser par écrit.  

Keep Reading

Translate »