Critiques

For the Queen RPG review

This game is magic

Ok dear friends, let’s face it : For the Queen is the best rpg I’ve played in 7 seven years.
Yessiree ! And I will explain why. But first, let me introduce it.

For the Queen is the new game from Alex Roberts, a successful and talented game designer known for her previous game Star Crossed.

The land you live in has been at war for as long as any of you have been alive.
The Queen has decided to undertake a long and perilous journey to broker an alliance with a distant power.
The Queen has chosen all of you, and no one else, to be her retinue, and accompany her on this journey.
She chose you because she knows that you love her.

This is how we play : on your turn, pick a card and read it aloud.
The first 19 cards are the game’s rules.The next cards are questions on our relationship with the Queen, the journey, the war, etc..

By answering this questions, we frame together the universe and our characters. While the Queen is the main character of our story, she is not played by any of us. She ‘s got a central role in our story, and each character is first defined by their relationship with her.

The game is for 2 to 6 players, thought I’ve successfully run it with 8. There is no need of a game master. Each session lasts 30 min to 2 hours.

You can pre-order it at Evil Hat Production store.

I bought For The Queen last week because it’s already sold as a Roll20 module. I immediately made a DIY translated version so I could test it. And now that I’ve played it 4 times in 3 days, I can tell you : This Game is Absolutely MARVELOUS.

So, you need some proof ? Ok, fine. I said it was the best RPG I’ve played in 7 years, so let me explain why.

Update 1 : Since 06/2019, For the Queen is sold in all your favorite games’ shops

Update 2 : you can play 13 games inspired by For the Queen for free on this website : www.forthedrama.com It’s a community project where you can also create and publish your own game

Why For the Queen is soooo good

Because in a 30 minutes game, you have a rich, fun and exciting RPG experience. And you can play with people who didn’t know what is a RPG before. And who never had to read the rules or to listen to someone explain them. That’s turned me upside down !

For the Queen has 2 strengths : it’s accessible and it’s smart.

This game is so accessible that :

  • you don’t need a facilitator in order to play it. You don’t even have to read the rules beforehand.
  • the rules are taught in game : the players read the instructions on their turn, and thus start to use one of the main mechanics of For the Queen
  • you can start right now, regardless of your game culture, you TRPG or board game experience. You could have no clue what a roleplaying game is and start a session right here, right now. I saw it happen. And it works like a charm.

Smart : oh yeah, this game is smart.
Here are some ideas I have seen in others TRPG and that For the Queen draws from :

  • we are creating our characters and the universe while we play : I LOVE that ! It’s a great trick for creating rich, vivid and interesting characters. Those characters benefit from each player’s inputs. And so does the universe. This is a great design idea that produces characters that surprise me. And I love when my own character surprises me !
  • this role-playing game relies on unspoken facts, on off-camera things. And that is so gooood : we create so few elements that we get a “comic book effect”, with a lot of off-screen events. Players have to fill in the blanks. On your turn, you have to pick a card where you’ll find a question. The questions are about the relationships between the characters and the Queen. You know, the Queen — that character that nobody plays. That means that while we are creating our characters and the universe, we are also indirectly creating our Queen. Watching this central character take shape through the players’ indirect inputs is really exciting and fun. The Queen always possesses a rich and complex personality and offers the player a lot of different « narrative hooks ».
  • the safety tools are embedded in the game and have different functions too ! At the beginning of the session, players take turns to read the rules aloud, including how to use a X-card. This X-card can be used to remove triggering content as well as removing content that doesn’t jibe with the session’s mood, or which is deemed useless or no longer needed. This is BRILLIANT. It’s simple, fluid, self-evident and immediately understood by the party with no need of further explanation.
  • For The Queen is based on active listening and the constant participation of all players. You are encourage to ask questions in order to clarify, specify or refine other players’ responses. Remember these mottos ? “Roleplaying is a conversation” ! “Ask questions” ! Well, this is where For The Queen guides you immediately : it urges the party to ask questions, to generate a continuous dialog between all players. It’s awesome. And it’s even more awesome when you see beginners experiment it.
  • For the Queen works as well with children as it does with adults. I’ve played it with 6 others players, including 2 adults and 4 children, all beginners who didn’t know what a role-playing game was. And at the end, like in all the sessions I’ve played, the first thing I heard was “Can we play again ?
  • last big point : the game is a deck of 70 cards. That’s it. So handy and practical ! All the more reason why it should be hacked. (more on that later).

I loved my Queen, but I still betrayed her

So : what does a session looks like ? Well, none of the sessions I’ve played were like the other, and that’s because there’s no pre-established game universe.

After only 3 sessions, we found ourselves going to space to reach an alien race. We traveled to the Mountain of Death, searching for a powerful artefact. We rode on the arid steppes.

But there are a few fixed elements. The session culminates with a final question, a last card, which is always the same : “The Queen is under attack. Do you defend her ?”.

Yes, I think you know where it’s going : the party will talk about faithfulness, treachery, betrayal, sense of duty and honor. And the love for your Queen. This Queen who is sometimes loving and sweet. Sometimes also capable of the most abject cruelty “for the good of the kingdom”.

And this creates a joyful, relaxed atmosphere with plenty of laughs : “What ? you just said that you are her trusted bodyguard ! How dare you to embush our Queen ?” etc. etc.

And much more

As soon as we finished our first session, one thing became obvious : For the Queen is begging to be hacked. Hacks with new themes. New cards for playing with interpersonal characters relations.

In conclusion, I will say that For the Queen is a fabulous concept that shines with its simplicity.

The kind of game that I want to carry in my bag at all times and take out on any occasion.

I now only hope for one thing: a french translation, as it’s my native language — and a nice distribution.

This game deserves to appear in the stalls of stores not specialized in RPGs, and thus to find its public.

For the Queen

//

This review also exists in english.

Ce jeu est magique

Ok les amis : n’y allons pas par 4 chemins, For the Queen est sans doute le meilleur jeu de rôle que j’ai eu la chance de voir au cours de ces 7 dernières années.

Oui, madame. Je vais t’expliquer pourquoi, mais déjà laisse moi te présenter le jeu.

For the Queen est le nouveau jeu d’Alex Roberts, une talentueuse créatrice de jeux à qui l’on doit déjà le très bon Star Crossed.

Depuis votre naissance, le royaume où vous vivez a toujours été en guerre.

La Reine a décidé d’entreprendre un long et périlleux périple pour négocier une alliance avec une puissance étrangère.

La Reine vous a choisi vous, et personne d’autre, pour être son escorte et l’accompagner dans ce périple.

Elle vous a choisi car elle sait que vous l’aimez.

Voilà comment se joue le jeu : à tour de rôle, nous tirons une carte et la lisons à haute voix.

Les 19 premières cartes nous expliquent les règles du jeu.

Les cartes suivantes posent des questions sur notre relation à la Reine, le périple, la guerre, etc..

C’est en répondant à ces questions que petit à petit se dessinent l’univers dans lequel nous jouons ainsi que nos personnages.  La Reine, ce personnage central, n’est incarné par aucun joueur. Elle a pourtant une place central dans l’histoire et chacun de nos personnages est amené à se définir dans sa relation avec elle.

Le jeu est prévu pour 2 à 6 joueurs, bien que j’ai pu y jouer sans problème à 8. Il n’a pas besoin d’un maître de jeu et les parties se jouent en 30 min à 2h.

J’ai acheté le jeu cette semaine car il est déjà disponible comme un module pour la plateforme Roll20 ( lien ). Je me suis empressé de le traduire et d’en faire ma propre version sur carte pour pouvoir le tester. Et c’est donc après 4 parties en 3 jours que je peux te mettre dans la confidence ..

.. ce jeu est tout simplement EXCELLENT !

Tu veux des preuves ? Ok, tu as raison. Après tout j’ai parlé du meilleur JDR pour moi sur ces 7 dernières années, il va falloir que j’assume et que je le prouve.

Mise à jour 1 : Le jeu est désormais disponible dans toutes les bonnes boutiques de jeux !

Mise à jour 2 : il a été chroniqué par Radio Roliste ici : https://www.radio-roliste.net/?p=1707

Mise à jour 3 : si tu veux jouer gratuitement à 17 jeux inspirés par For the Queen et créés par la communauté des rôlistes : https://www.forthedrama.com

Pourquoi c’est si bon

Parce qu’en 30 minutes de jeu, on parvient à avoir une vraie partie de jeu de rôle riche, drôle et captivante. Ajoutes à ça qu’il peut se jouer avec des joueurs ne sachant pas ce qu’est le jeu de rôle et n’ayant pas lu les règles avant. Moi ça m’a retourné la tête !

Les 2 gros points forts de For The Queen : il est accessible et il est malin.

Le jeu est accessible car il parvient :

    • à rendre inutile le rôle du facilitateur qui bien souvent a besoin de lire les règles d’un jeu avant la partie pour le présenter.
    • à expliquer ses règles tout en jouant : les joueurs lisent les instructions à tour de rôle et en faisant ça, ils commencent déjà à mettre en pratique une partie de la mécanique du jeu.
  • à te permettre de te lancer immédiatement, quelque soient tes habitudes de jeu, ton expérience des jeux de sociétés/rôles. Tu pourrais tout aussi bien ignorer complètement ce qu’est un jeu de rôle et débuter sans problème une partie là, maintenant. Je l’ai vu à plusieurs tables, et je t’assure que ça fonctionne.

Malin, il l’est ! J’ai pu retrouver plusieurs idées déjà vues auparavant et très bien exploitées ici :

    • nous créons les personnages et l’univers tout en jouant : j’adore ce principe ! rien de tel pour avoir des personnages riches, qui profitent des apports de l’ensemble des joueurs autour de la table. Rien de tel aussi pour me mettre à l’aise et me permettre de me faire surprendre par mon propre personnage !
    • le jeu joue à fond sur les non-dits,  sur le hors champs. Et ça, c’est tellement booon : avec un minimum d’éléments de jeu, on créé une impression assez comparable à l’effet d’une bande dessinée où entre 2 cases le lecteur est amené à remplir les blancs. A ton tour, tu pioches une carte sur laquelle est indiquée une question. Les questions tournent autour de la relation entre nos personnages et la Reine, un personnage que personne ne joue. Cela signifie qu’alors que nous développons nos personnages et l’univers, nous créons en même temps « en creux » ce personnage de la Reine. Voir ce personnage se construire ainsi grâce aux apports de l’ensemble des joueurs est vraiment excitant et fun. La Reine est toujours un personnage riche, complexe et qui offre de nombreuses « prises » aux joueurs pour jouer.
    • le mécanisme de sécurité est embarqué dans le jeu, et il sert également à bien d’autres choses ! Au début d’une partie, les règles (qui sont lues à voix haute à tour de rôle par les joueurs) introduisent une carte X. Et cette carte X fonctionne aussi bien pour retirer du jeu un contenu qui met à mal à l’aise un joueur que pour indiquer qu’un contenu n’est pas dans le ton de la partie, ou qui est redondant avec quelque chose déjà évoqué. Brillant. C’est simple, fluide, évident et immédiatement compris à la table sans avoir besoin d’en dire d’avantage.
    • le jeu repose intégralement sur une écoute active et sur la participation constante de l’ensemble des joueurs. Tu es invité à poser des questions pour que le joueur actif clarifie, détaille, enrichisse ou nuance ses réponses. « Le jeu de rôle est une conversation » ou « poses des questions ! », et bien c’est exactement vers cela que le jeu nous amène immédiatement : il pousse l’ensemble de la table à se poser des questions, à installer un dialogue continue entre l’ensemble des joueurs. Et c’est génial ! encore plus lorsque l’on voit des joueurs débutants mettre ça en pratique.
    • le jeu fonctionne aussi bien avec des enfants que des adultes. J’y ai joué avec 6 autres joueurs, dont 2 adultes et 4 enfants, tous débutants voir ignorant ce qu’est le jeu de rôle. Et comme à la fin de chaque partie que j’ai joué, la première chose que j’ai entendu c’est : « On y rejoue ? »
  • dernier argument de poids : le matériel de jeu. Tout le jeu tient dans un paquet de environ 70 cartes. C’est particulièrement utile à présenter et manipuler à la table. C’est surtout un formidable appel à la modification du jeu (mais j’y reviendrai).

J’aime la Reine, mais je l’ai quand même trahie

Alors, à quoi ça ressemble une partie de For the Queen ? Et bien chaque partie que j’ai joué ne ressemble en rien aux précédentes, et ça tient au fait qu’il n’y a pas d’univers de jeu pré établit.

En quelques parties, nous sommes allé dans l’espace à la rencontre d’une race extra terrestre. Nous avons voyagé vers la montagne de la mort à la recherche d’un puissant artefact. Nous avons chevauché dans les steppes arides.

Mais il y a tout de même des points communs. Le jeu tourne autour d’une question finale, car la carte qui mettra fin à la partie est toujours la même : « La reine est attaquée. La défendez-vous ? ».

Oui, tu vois venir le truc : le jeu va tourner autour des notions de fidélité, de traîtrise, de trahison, de sens du devoir, de l’honneur des personnages.  A cela s’ajoute l’amour pour notre Reine. Cette Reine qui sera tantôt aimante, douce. Mais également capable de la plus abjecte cruauté « pour le bien du royaume ».

Et cela crée à la table une ambiance enjouée, détendue et propice aux rires : « Quoi ? mais tu viens de dire au tour d’avant que tu étais son garde du corps le plus fidèle ! Comment oses-tu tendre une embuscade à notre Reine ? » etc ..etc ..

Et bien plus encore

Immédiatement après notre première partie cela a paru une évidence aux joueurs : For the Queen est un appel à la création de modifications. De hacks complets avec de nouvelles thématiques. Des cartes supplémentaires, pour par exemple ajouter des interactions plus nombreuses entres les personnages.

Pour peu que tu lises l’anglais, tu peux même y jouer immédiatement sur Roll20 avec du matériel de haute qualité : des illustrations, trois paquets de cartes déjà prêts et des conseils si tu n’es pas familié avec la plateforme.

En conclusion, je dirai que je tiens là un concept fabuleux et qui brille par sa simplicité.

Le genre de jeu qui me donne envie de l’avoir toujours avec moi dans mon sac et de le sortir en toute occasion.

Je ne rêve maintenant que d’une chose : que For The Queen aie une traduction et belle édition française. Et surtout une belle distribution. Ce jeu mérite de figurer dans les étals de boutiques non spécialisées en jeu de rôle et ainsi de trouver son public.

Un appel en absence

/

Un jeu gratuit et traduit en français pour jouer des relations longues distance entre 2 personnages

Keep Reading

Mobile Frame Zero Firebrands

/

Le jeu est disponible gratuitement en français depuis janvier 2019 : www.firebrands.fr

Le jeu en anglais, disponible pour 10$ : lien

Keep Reading

Dream Askew

/

Dream Askew est le genre de jeu qui mérite toute ton attention. Pour peu que tu aimes le drama et le jeu centré sur les personnages, il devrait te plaire énormément. C’est un hack d’Apocalypse World, mais il ne hack pas la même chose que les autres.

Laisse moi te montrer comment il fait ça. Pourquoi tu dois l’essayer. Et pourquoi je l’aime d’un amour fou.

Keep Reading

Law’s Out

/

Law’s Out nous propose de tourner un bon vieux Western dans la tradition des Pour une poignée de dollars ou Il était une fois dans l’Ouest. C’est un jeu coopératif dans lequel les joueurs vont camper les acteurs du film et enchaîner les scènes du film pour pousser les personnages vers la gloire ou la déchéance. Ça à l’air super alléchant dit comme ça, je suis un grand fan de Western. Mais on a vite déchanté en le testant. Autopsie d’un jeu qui nous a semblé peu abouti. 

Keep Reading

Donjons et Bananes

/

Donjons et Bananes est resté pendant longtemps un jeu confidentiel joué uniquement lors de conventions de jeux de rôle en Suède.  Il aurait pu en rester au stade de prototype transmis oralement si un bon ami de l’auteur ne l’avait poussé à le formaliser par écrit.  

Keep Reading

Translate »