Créer son jeu de rôle, par où commencer ?

/
18 mins read

Si vous avez cliqué pour lire cet article, c’est sans doute que l’idée de créer un jeu de rôle vous titille. Ou que vous l’avez déjà fait, mais vous espérez trouver quelques astuces intéressantes par ici. Je ne saurais évidemment être exhaustif, mais puisqu’il faut bien commencer quelque part, voici quelques pistes pour se lancer.

La légitimité

Tout le monde est légitime.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il y a quelque chose qui paraît très important. N’importe qui est légitime pour créer son jeu. N’importe qui. Vous vous dites peut-être qu’il faut savoir bien écrire ou être un as de la conception de jeu, ou peut-être que vous pensez ne pas avoir le temps ou que votre idée de jeu n’intéresse personne. Que nenni !

N’importe qui peut créer un jeu de rôle. Ne vous laissez pas impressionner par les énormes jeux de 400 pages avec des trouzaines d’illustrations. Ces jeux-là peuvent être extraordinaires, mais ils sont le fruit de nombreuses personnes et souvent de plusieurs années pour voir le jour. Vous n’avez pas besoin de ça pour être un·e auteur·ice de jeu de rôle.

J’ajouterai que si vous pensez ne pas être légitime, alors il y a de fortes chances que vous le soyez bien plus que n’importe qui et que ce vous pourriez apporter au jeu de rôle pourrait être merveilleux, même s’il s’agit d’un petit jeu en une page manuscrite. Ce que vous faites pourrait permettre de porter au jour quelque chose qu’on n’avait jamais vu avant, inspirer, faire plaisir – et vous faire plaisir en créant quelque chose qui vous tient à cœur. Lancez-vous !

Le concept

Trouver des idées, faire un brainstorming et élaborer son concept de base.

Pour créer un jeu de rôle, il faut déjà une idée. Ça semble une évidence, mais en réalité ce n’est pas toujours facile. On peut avoir envie de créer quelque chose et se retrouver face à une feuille blanche. Pas de panique, on va s’en sortir ! Où peut-on trouver des idées ? Un peu partout en réalité. Dans la vie de tous les jours, dans un jeu de rôle déjà existant ou un morceau de partie qu’on a particulièrement aimé, dans une série ou un film, un roman ou de la musique, quelque chose qui nous tient à cœur (comme une philosophie, des valeurs, des réflexions personnelles) ou tout simplement quelque chose qu’on aimerait jouer dans des parties de jeu de rôle. Notez toutes vos idées, même celles qui paraissent les plus nazes, vous ferez le tri plus tard.

Une fois ce brainstorming achevé, voyez ce que vous pouvez faire de tout ça. Pour créer un jeu, vous avez en premier lieu besoin de savoir ce qu’on joue. Quel genre de personnages ? Dans quel lieu et temporalité ? Qu’est-ce qu’ils cherchent à faire ? Par quels types de moyens vont-ils tenter d’y parvenir ? Vous pouvez aussi partir de ce qu’il se passe côté joueur·euse : Qui a le droit de raconter quoi ? Comment décide-t-on ce qu’il se passe quand un événement particulier survient ? Quand est-ce qu’on utilise du matériel (dé, carte, feuille de personnage…) ? Etc.

À partir de là, vous devriez pouvoir formuler un concept de base pour votre jeu et commencer à poser les premières briques pour rédiger un prototype.

C’est quoi une jam ?

Un bel exercice pour créer un jeu est de participer à un concours ou une jam, c’est-à-dire un défi créatif. Les jams proposent souvent un thème plus ou moins précis et si certains mettent en place un jury ou des possibilités de publier un ouvrage collectif, la plupart des ces jams n’offrent en récompense que le fait d’avoir participé et échangé avec les autres. C’est un bel entraînement de travailler avec des contraintes thématiques et temporelles et cela a permis à de nombreuses personnes de se rendre compte que l’on peut créer facilement sans avoir à se lancer dans un projet qui prendra des années. The place-to-be est sans nul doute le site itch.io dans lequel de nombreuses jams de jeu de rôle sont proposées régulièrement.

Le prototype

Définir le fonctionnement de base du jeu, en l’inventant soi-même ou en partant de règles existantes.

À partir de votre concept, vous allez pouvoir concevoir un premier prototype. Ce sera un premier jet, probablement pété de partout et brinquebalant, mais peu importe, l’important est qu’il puisse être testé. Vous pouvez utiliser une feuille de papier ou un simple carnet pour écrire vos premières règles. Personnellement, j’utilise Google Doc car il enregistre tout ce que j’écris en temps réel (ce qui évite les mauvaises manip’ du type « J’ai oublié de sauvegarder, oups ! ») mais en numérique, n’importe quel traitement de texte peut faire l’affaire.

Pour qu’un prototype soit un minimum testable, il faut déterminer quelle est la marche à suivre minimale de votre jeu, c’est-à-dire la boucle des actions (en jeu vidéo on parle de « boucle de gameplay ») qui fait tourner le jeu. Le jeu de rôle étant une conversation, une boucle consiste en un aller-retour entre les participant·e·s (ou en solo avec le matériel de jeu). Ok, ça doit sûrement vous paraître hyper abstrait dit comme ça, alors voilà un exemple simple de boucle :

“Joueuse 1 dit ce que fait son personnage.
Joueuse 2 explique ce qui se passe dans la fiction en réaction à l’action du personnage de la Joueuse 1. Joueuse 2 demande ce que fait Joueuse 1 à présent.”

Cette boucle-là est est très classique dans une dynamique entre un MJ (Meneuse de Jeu) et une Joueuse. Mais vous pouvez inventer vos propres dynamiques, en fonction de ce que vous voulez proposer dans votre jeu.

Si la perspective de créer une telle boucle de base vous fait peur, il y a une méthode imparable et qui a fait ses preuves : l’emprunter à un autre jeu déjà existant. En fait, c’est ce que font la plupart des auteur·ices de jeu de rôle : prendre un fonctionnement qu’elles apprécient ou qui correspond à leur envie pour s’en inspirer et l’incorporer dans leur jeu. L’originalité du résultat tiendra dans ce que vous en faites ensuite. Ce sera uniquement du plagiat si vous copiez tout mot pour mot sans apporter votre propre grain de sel.

Concrètement pour votre prototype je vous conseille de savoir :

Qu’est-ce qu’on joue comme personnages ? Que cherchent-ils à faire et comment essaient-ils d’y parvenir ?
Dans quel lieu et temporalité ça se passe ? Quel est le ton général ?
Qui décide de quoi dans la fiction ?
Comment résout-on les actions incertaines ?

C’est quoi un hack?

Une bonne façon de commencer à bricoler un jeu est sans nul doute de hacker un jeu existant. Il s’agit de reprendre l’essentiel ou une partie des règles d’un jeu mais de proposer une variante, par exemple dans un autre univers, dans un autre genre de fiction ou avec des règles supplémentaires pour ajouter des possibilités au jeu de base. Certaines créateur·ices mettent parfois à disposition les règles de base de leur jeu, accompagnées des conditions avec lesquelles vous pourrez partager votre hack. Vous les trouverez sous des appellations comme SRD (System Reference Document, ou en français Document de Référence du Système) ou OGL (Open Game License ; c’est le cas en particulier de Donjons&Dragons).

On sort généralement du cadre d’un hack lorsque vous commencez à mélanger différentes mécaniques issues de plusieurs jeux distincts. Quoi qu’il en soit, hacker est une excellente porte d’entrée dans la création de jeu : prenez votre jeu préféré et adaptez-le à ce que vous aimeriez y voir. Et hop, ça y est, vous êtes lancés !

Les parties tests (ou playtests)

Tôt, souvent, avec et sans vous, sans peur des échecs, pour avoir des retours constructifs et surtout se faire plaisir !

Mon conseil est de ne pas attendre trop longtemps pour lancer un premier test. L’envie est parfois grande de peaufiner un maximum son prototype, de peur de faire un gros flop. Pourtant, plus tôt vous testerez, plus tôt vous saurez si la base de votre jeu fonctionne. Et si ce n’est pas le cas, vous pourrez facilement reprendre de zéro ou jeter cette mauvaise idée à la poubelle pour reprendre autre chose de plus intéressant. Croyez-moi, vous gagnerez un temps précieux !

Si vous concevez un jeu solo, il vous suffit de tester vous-même, mais s’il s’agit d’un jeu à plusieurs, alors il vous faut trouver des personnes qui vont accepter de tester votre jeu avec vous. Heureusement, il existe un tas de communautés rôlistes (cf les ressources à la fin de cet article) dans lesquelles vous trouverez des personnes curieuses pour essayer votre prototype. Précisez-leur bien que votre jeu est en développement et que vous avez besoin de retours constructifs pour l’améliorer.

Durant le playtest, je vous conseille d’éviter de discuter de la conception du jeu. Demandez aux autres testeurs de prendre des notes et faites de même de votre côté. Vous pourrez faire vos retours et échanger à la fin du test. Si jamais quelque chose ne fonctionne vraiment pas, n’hésitez pas à faire des modifications en temps réel. Si, malgré tout, ça bloque, ce n’est pas grave : arrêtez la partie et débriefez. Les playtests ratés, ça arrive, et ça fait partie du processus de création. Mais les playtests c’est avant tout du plaisir : le plaisir de voir son idée prendre vie, échanger avec les autres et façonner le jeu pour qu’il soit encore plus intéressant à jouer !

La suite logique est une alternance entre rédaction de nouvelles règles et playtests, jusqu’à arriver à un jeu qui vous satisfait. Parfois un seul playtest peut suffire, mais plus vous en ferez et plus vous vous assurez que votre jeu tourne bien dans des configurations différentes. À ce propos, il est intéressant de faire tester votre jeu à d’autres personnes sans que vous participiez, pour vérifier que la transmission des règles fonctionne aussi sans votre présence.

À vous de jouer !

Comme je l’écrivais en introduction, je suis loin d’être exhaustif et ceci est issu de ma propre expérience. Je vous invite à vous rapprocher de communautés rôlistes et de créateur·ices de tous bords pour poser vos questions et présenter vos idées et vos prototypes. Je vous propose également une liste de ressources pour vous aider à vous lancer et avoir d’autres perspectives que la mienne. J’ai hâte de voir ce que vous allez expérimenter !

Et d’ailleurs, pour vous encourager à vous jeter à l’eau, je vous propose un défi créatif : un mois pour créer votre premier jeu de rôle. Allez, go ! itch.io/jam/mon-premier-jdr

Ressources

Les communautés :

C’est pas du jdr – Le site / Serveur Discord

Les Courants Alternatifs – Le site / Serveur Discord

L’un des quatre – Serveur Discord

Des moteurs de jeu intéressants pour se lancer :

D’autres articles pour creuser certains sujets :

Mon expérience personnelle sur la création d’un de mes jeux (Happy Together) :

https://covenether.squarespace.com/blog/2018/2/13/comment-jai-cree-happy-together

 

par Gaël Sacré (mars 2022)
Illustration : Nick Fewings – https://unsplash.com/photos/PTw_2g55U8w

 

Auteur, traducteur et journaliste dans le jeu de rôle et ailleurs. Auteur de Happy, Happy Together, Cos'île et Saga Héroïque. Fondateur d'Horizons Solarpunk et actif chez les Courants Alternatifs, C'est pas du jdr et JdR Solitaire, entre autres ! Vous pouvez me retrouver sur mon site : www.gaelsacre.com

Laisser un commentaire

Préc.

Solo But Not Alone 2

Suiv.

Mon premier JDR (Jam!)

Les derniers de Actualités

Aller au contenu principal