//

Interview de Jean-Hubert BOURDIN

condenser microphone with black background

Jean-Hubert BOURDIN a répondu au questionnaire en ligne et voici ses réponses. Il a 27 ans et publie sous le pseudo “pochorletuor”

Vous trouvez ses créations ici :

https://pochorletuor.itch.io/doom-jeu-de-role

Quand avez-vous réalisé que vous vouliez créer du contenu pour le JDR?

Depuis très longtemps, lorsque j’étais enfant, je créais déjà des petits systèmes. J’ai par la suite attaqué un très gros projet à mes 18 ans, qui manquait de maturité et que j’ai aujourd’hui laissé pour faire place à des projets de moins grande envergure mais narrativement plus intéressants à mon sens.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de le faire?

Mes parents, mes amis, qui pratiquent tous le jeu de rôle

Quelles sont vos sources d’inspiration lorsque vous créez? Pourquoi?

Plusieurs. Je suis adepte des nouvelles vagues de jeux de plateau aux systèmes plus “simples” et j’apprécie créer des mécaniques de jeu pour être efficaces, percutantes mais également tactiques et stratégiques. La musique et aussi un vecteur très important, car à mon sens, pour faire vivre une histoire de jeu de rôle, l’ambiance sonore peut créer plus de 50% de l’ambiance à la table. Donc je peux écouter des heures de musiques pour n’en prendre que quelques une afin d’illustrer une histoire.

Pouvez-vous nous présenter vos créations? où peut-on les trouver?

J’ai créé un petit jeu de rôle DooM pour m’occuper pendant le confinement (https://pochorletuor.itch.io/doom-jeu-de-role) Aujourd’hui je travaille depuis 2 ans sur un jeu “Age des Légendes” qui est un système visant à faire une campagne dans n’importe quel univers avec une notion de gestion de territoire. Le but est que ce système marche d’un univers antique à un univers pré steampunk, avec des modules à ajouter ou retirer suivant l’époque, suivant la présence de magie ou non etc. Je pense qu’il sera présentable au public d’ici moins d’un an.

Quelle est votre démarche créative? Est-ce que cela vous prend beaucoup de temps?

Je n’ai pas vraiment de démarche mais cela prend du temps !

Avez-vous des thèmes importants que vous souhaitez transmettre par vos créations?

Vu que DooM et Age des Légendes sont davantage des systèmes de jeu que des histoires, je n’ai pas encore de thèmes véritablement à présenter. Néanmoins, dans le jeu de role que j’avais notamment présenté avec mon équipe à Octogone, “L’Autre Monde”, nous traitions du rapport au corps, et de la question de la lutte des classes, puisqu’il y avait des notions de transfert de corps et un univers steampunk.

Quels conseils donneriez-vous à de jeunes créateur(ice)s qui hésiteraient à se lancer?

D’étudier plusieurs supports, à la fois narratif et gameplay. Que ce soit des films, des jeux vidéos, des jeux de plateau etc, la notion de transmédia permet au jeu de rôle de se renouveler. Après, le principal conseil que je donnerais, c’est de se lancer que si on est prêt à accepter qu’une idée que l’on pense géniale, puisse être modifiée voire supprimée pour rendre intéressant le jeu. Sinon, la chute risque d’être haute. Ainsi, pour se lancer, la seule qualité qu’il faut avoir est la remise en question. Mais dès qu’on l’a, tout devient possible !

Quels sont vos futurs projets – si vous en avez?

Je prévois après Age des légendes une campagne en deux saisons narrative. Là il y aura une histoire et un système dédié.

Comment voyez-vous évoluer les JDR dans les prochaines années?

Je pense que le jeu de rôle a déjà fait un grand virage entre l’époque ou j’étais au collège et aujourd’hui. Stranger Things, youtube, les jeux de role larousse, les escape game et twitch ont rendu le jdr populaire, et le sort de plus en plus de son aspect un peu “contre culturel”. Je pense que cette tendance va se maintenir dans la suite, et que l’on est aujourd’hui véritablement dans l’Age d’Or du jeu de rôle. De mon humble avis, je pense que les années 80/90/2000 où le jeu de rôle faisait l’objet d’une chasse aux sorcières peut difficilement être considéré comme une belle période pour ce loisir. Pourtant, ma jeunesse s’est déroulée en plein cœur de cette époque, mais je pense objectivement que c’est mieux aujourd’hui qu’avant pour une raison très simple : non seulement le jeu de rôle n’est plus traqué, mais il est vu aujourd’hui souvent avec curiosité par les néophytes.

Matthieu B

Passionné d'informatique et de jeux de rôle, aime beaucoup trop parler de lui à la 3ème personne. Publie sur C'est Pas du JDR, créateur de forthedrama.com, anime un collectif en ligne dédié au partage, l'entraide, la transmission et l'accessibilité des jeux de l'imaginaire.

2 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

 

Aller au contenu principal