//

[Compte rendu] J’ai enfin pu mener une partie de Monsterhearts!

CR Monsterhearts : Sunday Beach

Cela fait un mois que je vis au rythme de ma lecture, des podcasts et des retours sur la seconde édition de Monsterhearts qui est en cours de financement participatif chez Lapin Marteau.

Si j’ai joué occasionnellement à Monsterhearts vers 2015 / 2016 – et que je suis fan – je ne suis pourtant pas le public cible pour mener ce type de jeu.  Déjà car je ne suis pas un rôliste qui a l’habitude d’être meneur de jeu. Tout court. Et je n’ai plus animé de partie de jeux PBTA depuis 10 ans. A l’exception d’une partie de Escape From Dino Island qui est un excellent jeu, mais clairement au dessus de mon niveau de compétence.

Or j’ai eu l’occasion cette semaine d’endosser le rôle de MC à Monsterhearts. Et je me suis vraiment bien amusé. Les joueurs aussi, à tel point que nous nous lançons sur plusieurs sessions de jeu. Ce n’est pas une chose banale, ni selon moi un accident / coup de bol. Non je pense que le jeu transmet vraiment bien ses codes, routines et sous routines. Et qu’au final – pour peu qu’on soit excité à l’idée de jouer de la romance horrifique – c’est un jeu vraiment simple à mener.

Je me suis donc dit qu’un retour de partie côté meneur de jeu pourrait renseigner des personnes potentiellement intéressées par Monsterhearts.

So let’s go

Jeu testé : Monsterhearts seconde édition en français ( service presse de l’éditeur, le jeu sortira dernier semestre 2023)

MC : Matthieu Bé

Joueurs : Laurie, Alexis et Nicolas

Dispositif de jeu :

  • partie autour d’une table à 4 pieds (truc de ouf!), du coka, de la bière
  • session zéro le lundi 17/07
  • première session le mercredi 19/07
  • supports à disposition sur la table :
    • Joueurs : livrets de mues, fiche de moves x 3, fiches bristol pliées en tente pour présenter PJ
    • MC : fiche du MC (moves, principes, etc.), routine de session zéro, tables aléatoires de noms/prénoms et de lieux, carte relationnelle des PJ et PNJ, prise de note et préparation session 1
    • partagés : plan de la classe, 74 portraits d’ados (trouvés sur Pinterest), plan de la ville
    • musiques :

Session Zéro

On débute cette session zéro vers 20h15 et elle se terminera un peu avant minuit.

Pour ne rien oublier et pour éviter de parcourir le PDF sur ma liseuse, je me suis préparé une anti sèche sur mon smartphone. On va la suivre point par point tout au long de la soirée cette aide de jeu baptisée un lycée plein de monstres – session 0.

Je commence par présenter le jeu comme un jeu d’horreur sociale et personnelle, le principe de l’adolescence monstrueuse et les œuvres dont le jeu s’inspire. On fait un tour de table pour partager nos propres références et connaissances des séries et films tournant autour de la bitlit ou d’ados monstrueux.

  1. Explication du jeu :
    • ce jeu est une conversation qui est découpée en scène à la manière d’une série tv; vous jouez avec vos règles, je joue avec des règles spécifiques qui aident à donner forme à l’histoire et à lui faire prendre un tour inattendu à des moments-clé.
    • Chacun d’entre vous va créer un personnage. Celui-ci sera à la fois un adolescent et un monstre parmi plusieurs types possibles. Il n’appartient qu’à vous, et c’est un des personnages principaux de l’histoire. Votre rôle est de l’interpréter avec vos tripes et une forte envie d’en découvrir davantage. Mon rôle est différent. Je suis la maîtresse de cérémonie. On dit aussi MC. En tant que telle, je jouerai tous les personnages secondaires de cet univers. Pour la durée de la partie, je serai vos professeurs, vos parents et vos camarades de classe. Je dois également cadrer les scènes que nous allons jouer et intégrer des retournements de situation. Je n’utilise pas exactement les mêmes règles que vous, mais, en fin de compte, je suis surtout là pour m’assurer que l’histoire que s’apprêtent à vivre vos personnages soit intéressante.
    • contrairement à certains JDR, ici on se préoccupe moins de former une équipe efficace et unie pour affronter une menace, et bien plus d’aborder les difficultés liées aux relations humaines et les conflits intérieurs. Les personnages ne sont pas des adversaires les uns pour les autres, mais Monsterhearts n’en reste pas moins un jeu où ils peuvent se faire de la peine, parfois se blesser, se tromper et où ils doivent se dépêtrer des conséquences sociales de toutes ces difficultés
    • nous partageons tous 4 objectifs ( les expliquer ):
      • rendre la vie des personnages principaux intéressante
      • ne pas mettre l’histoire en cage
      • dire ce que les règles du jeu exigent
      • dire que ce que l’honnêteté exige
  2. Présentation des outils de sécurité émotionnelles
    Les joueurs sont déjà habitués à ces outils. Je dispose 4 carte X sur la table. Je rappelle son principe et présente le fondu au noir et les pauses.Les joueurs font une liste de content warning sous la forme de 3 listes : lignes, voiles et phares.
  3. Présentation des mues
    Je dispose les 10 fiches de mues au centre de la table et j’invite tout le monde à prendre à tour de rôle une fiche au hasard pour lire de manière mélodramatique le premier paragraphe de description.
    Chacun choisit ensuite sa mue. Laurie sera une Fantôme, Nicolas un Vampire et Alexis une Goule.
    Les joueurs remplissent la section Identité de leur fiche et partage ces informations à voix haute en présentant leur personnage.
  4. Créer ensemble le cadre
    Je pars des mues et fais un premier tour de table en posant des questions liées à l’environnement proche de chaque PJ. Puis on enchaîne sur un échange libre pour lancer des idées générales en faisant gaffe que tout le monde participe – les joueurs ont l’habitude, ça circule, on rebondit sur les idées et je prends note de tout ça. Puis je recadre avec un tour de table en posant des questions sur :

    • topologie des lieux
    • contexte sociopolitique
    • comment les problématiques ethniques et classes sociales se manifestent dans la culture locale
    • que font les ados dans le coin pour s’amuser
    • taille approximative de la communauté
    • industries importantesCe qui donne :
      Année : 2023, Sunday Beach
      Une station balnéaire en construction sur la côte Ouest des Etats Unis. Ancien port de pêche qui a attiré le regard des touristes et investisseurs après le tournage d’un film en 2016.
      Environ 3.000 habitants, 10 x plus l’été. Sunday Beach est traversée par une rivière, la Old Creek.
      · Une longue plage de sable· un petit port de pêche et de plaisance.· Le quartier des nouveaux riches· 1 phare

      · Des falaises balayées par les vents

      · Hôtel de luxe en construction

      · Le cœur de ville ancien, style anglais, grande rue commerçante + pub

      · Le vieux cinéma d’art et d’essai

      · Un ancien parc d’attraction encore en activité

      · Une piscine en ruine à l’extérieur de la ville

      · Friche industrielle : l’ancienne conserverie

      · Carnaval de St Pierre (culture pêcheurs )

      · Le Sunday Grill : lieu de rencontre des ados (billard, baby, etc.)

      · Le Saturday : boîte de nuit historique, ouverte même l’hiver

      · Bowling à proximité du Saturday

  5. Explication du fonctionnement des actions et des ascendants.
  6. Je passe en revue les actions de base et explique le principe de l’échelle de succès et les conditions
  7. PAUSE !
  8. On reprend avec le choix et la présentation à l’orale des actions de mues choisies par les joueurs
  9. Les joueurs se penchant sur les Histoires personnelles. On note les ascendants envers les PJ et PNJ.
  10. Moment de discussion libre où les joueurs partage des détails sur la personnalité de leur PJ et leur vieA ce stade je commence a avoir quelques PNJ dont je prend note ainsi que leurs ascendants.
    Ce qui donne : Kumiko : GOULE
    ·21 ans d’apparence, tailleur stricte blanc, aime les accessoires colorés
    · vit au dessus du cinéma depuis 10 ans chez sa tante qui l’aime
    · ne se souvient plus de ses parents
    ~ eugénisme sur les enfants, test sur l’ADN pour créer l’enfant parfait
    · veut protéger les enfants contre les abus des adultes 

     

    Athena : FANTÔME

    · 17 ans, morte il y a un an, vit toujours chez ses parents ( descendant des pêcheurs )

    · rebelle qui a souvent fuit le domicile familiale

    · traîne avec une bande de jeunes

    · espionne secrètement la vie des gens et les dessine ( dessins cachés sous son lit)

    · travaille l’été chez Alfredo le glacier

     

     

     

    Jeong : VAMPIRE

    · ressemble à un ado, né début du 20ème siècle, a vécu au Japon et en Russie

    · vit à Sunday Beach dans le quartier riche, dans une très belle villa surplombant la ville, avec sa familière qu’il fait passer pour sa mère

    · (NOM familière ?) travaille à l’hôpital de la ville proche

    · Une boucle d’oreille le protège du soleil

    · Est en ville depuis peu

  11. Créer le plan de classe
    On se rue sur les 74 portraits d’ados – 3 car les joueurs ont déjà choisit la photo de leur PJ.J’explique le principe de la salle de cours principal. Je leur demande de nommer leur prof principal(e) et de choisir la matière qu’iel enseigne. Ce sera M Hugo Pierce, prof d’histoire.
    La fiche de classe présente une classe avec 5 rangés de 3 double bureaux.
    Je demande qui est l’élève le plus populaire dans la bande et lui propose en m’adressant au personnage de choisir sa place dans la classe.Puis je demande demande au PJ qui est assis à côté de lui, devant, derrière. Pour chaque PNJ, je demande un prénom et un portrait, puis je pose une question chargée au PJ.Je passe ensuite aux 2 autres PJ.
    En tout nous avons 3 PJ + 28 PNJ. Des clans se dessinent déjà. La Fantôme est entourée d’un groupe d’amis avec qui elle zone en ville. Le Vampire est bien au centre, entouré de PNJ aussi populaires que lui. La Goule est bien au fond, entourée de deux amis et son crush.Ce qui donne :PNJ· Monsieur Pierce (Hugo) le prof d’Histoire· Troy Anderson : pompier volontaire, beach volley, a sauver la non vie de Jeong· Luke : membre du gang de Athena. A tué Athena dans un moment de fureur· Sarah : son statut social dans le lycée impressionne Jeong· Christina : crush de Jeong· Leah : BFF de Athena

    · Grace : ex d’Athena, sort maintenant avec Leah

    · Luke : a changé récemment, se pose beaucoup de question profonde

    · Rose : pom pom girl, histoire tragique dans sa famille – famille proche de celle d’Athena

    · Harry : skater dealer

    · Gloria : fille trans, Kumiko a été violente envers son père

    · Liam : veut pécho Holly, crush de Kumiko, joue de la basse

    · Holly : sait que Kumiko crush sur Liam

    · Aiko : amie de Kumiko, crush de Athena « trop propre, trop classe » selon Athena

    · Jerry : le comique de la classe, a appelé Jeong « Jun Kuk » pour le taquiner

    · Andrea : crush de Jerry, vit près de chez Jeong

    · Zoey : sort avec Aiko

    · Sofia : présidente du journal du lycée, Kumiko a voulu l’impressionner avec un #reclaimUrCity qui a été récupéré par des fachos sur twitter

    · Lindsay : la gossip girl, fille la plus populaire

    · Arthur : le comique raté, veut ressembler à Jerry

    · Jeffrey : surfeur, cool guy vient en aide à sa mère ( ce qui plaît à Kumiko )

     

    On termine la session zéro là dessus. Rdv dans 48H pour débuter la partie

    Entre temps je numérise toutes ces informations et les transmet en PDF aux joueurs.

    Je leur demande lendemain par Discord de choisir une ou deux pistes musicales pour caractériser leurs PJ que je jouerai lors de la partie au moment opportun (idée piquée à l’explication d’Ours dans Radio Rôliste sur le contenu du Tome 2 de MH ).

     

Session 1

Mes doutes

Le lendemain de la session 0, je me retrouve un peu perdu avec ce que je dois prévoir ou non pour la session 1. J’ai surtout travaillé la création des PJ et du cadre et j’ai oublié que le livre de base contient tout ce qu’il faut pour aider à lancer la partie. Heureusement Coralie et Jérôme de Lapin Marteau m’accordent beaucoup de temps pour me rassurer, me conseiller et me remettre sur les rails.

Je me plonge mardi soir dans la lecture des chapitres Animer la Partie et tout y est.

Je tombe entre temps sur 2 contenus en ligne qui me permettent de voir ce que je ne veux pas faire jouer à notre table de Monsterhearts (sans jugement sur la qualité de ces dits contenus):

  • l’AP de Time to Roll “Le camp des secrets ” : https://www.youtube.com/watch?v=weM-fKPGplk
    Le MC propose une partie en une session pour donner à voir MH. Je m’aperçois que la structure d’histoire avec 1 début, 1 développement, 1 conclusion de me convient pas. En jouant très (trop?) souvent à des jeux “tous meneurs”, j’ai pris goût à une forme plus libre façon feuilleton ou série TV. On laisse l’histoire se dérouler de manière organique sans chercher à lui donner une forme empruntée aux films ou au romans : même si on joue une seule session, je fais comprendre aux joueurs que ne doit pas s’attendre à une histoire complète et codifiée dans ses différents “chapitres”.
  • la discussion du forum CasusNo “Mais tu vas émerger sauvagement oui ?!?” dans laquelle Steve J (coucou Steve!) décrit une sorte d’impasse dans laquelle sa partie de MH l’a amené. Le MC se retrouvant à jouer presque toutes ses scènes pour 1 seul(e) PJ et à devoir mener en improvisant autant de sous histoire qu’il y a de PJ. Cette improvisation s’effectue non pas en réaction aux PJ mais de “mener mes joueurs sur des rails scénaristiques,  certes que j’improvisais”. Je connais trop bien cela pour m’être mis moi même dans ce genre de situation lors de PBTA ( Dungeon World et Espace From Dino Island notamment ) : c’est épuisant, éreintant même. Le MC ne prend aucun plaisir, finit exsangue d’idées, prend en grippe sa propre histoire, etc. Et je n’imagine même pas l’expérience pour les joueurs. Je réalise en lisant les réactions que la solution repose vraiment sur le fait de poser des questions chargées aux PJ pendant toute la durée d’une partie. Et de déléguer aux joueurs / PJ certaines prises de décisions. “Parfois, déléguez la prise de décision.” dixit le livre de règle.

Préparation

Une partie sans scénario, ça se prépare! Et là encore il suffit de lire les conseils du chapitre Animer la Partie pour comprendre de quoi il s’agit. Maintenant qu’on a joué cette première partie je peux dire “hey, bien sûr que ça suffit pour jouer !”. Mais dans les 24H qui ont suivi la session zéro, il a vraiment fallu la confiance transmise par Lapin Marteau et notamment Coralie pour que je m’en persuade 😀

Mais oui, voilà, cela suffit. 3 idées pour lancer la première scène ( disparition, fête ou bagarre ). Comme je suis gourmand je vais mixer les 3 et même ajouter une histoire de drogue là dessus 🙂

J’ai un peu de temps alors je lis encore pas mal de contenus sur internet, notamment le Reddit de Monsterhearts qui regorge de retour d’expériences. J’y dégote notamment ce sujet Guide to Leading Questions. J’en retire 2 choses :

  • les conseils de J_Strandberg sur comment poser des bonnes questions et notamment le fait de garder à l’esprit ce qui est de la responsabilité de la MC et ce qui est du ressort des joueurs. Le Don’t cross the Line de John Harper.
  • ce document que je vais traduire sous Deepl et me servir pour noter des idées supplémentaires qui feront mouche : Monsterhearts Provocative Classroom Questions

Et donc voici ce que je prépare pour la première session qui arrive dans 24H:

  • fixer le mois et la date : la ville est une station balnéaire, il s’agit de savoir si nous sommes en saison touristique, la météo, les activités etc.
  • j’ai reproduit le plan de classe sous la forme d’un schéma de relations
  • la scène 1 sera en faite 3 scènes d’exposition entremêlées qui se dérouleront avant une seconde scène plus classique au lycée. Mon objectif est :
    • de m’adresser aux PJ et non aux joueurs
    • de les voir dans leur cadre de vie et voir la banalité de leur vie tout en me montrant fan des PJ
    • créer pour chacun un imprévu en lien avec les PNJ qu’ils se sont créés afin d’établir le lien avec eux
    • éventuellement leur fait lancé les dés une fois si des actions sont déclenchées
    • de les habituer à ce que je passe rapidement d’un PJ à un autre dans le cadrage, pour laisser en suspens un lancer de dé, un suspens, etc.
    • je note :
      • Jeong : sa familière qui le fournit en poches de sang depuis l’hôpital s’est faite prendre la main dans le sac
      • Kumiko : sa tante est gravement malade depuis un moment déjà
      • Athena : sa famille invite la famille de son crush Aiko pour organiser un événement
  • Scène 2 : l’iconique scène du premier cours dans la classe principale. J’ai noté :
    • de demander qui d’entre eux 3 arrive le premier : objectif poser l’ambiance de la salle qui se remplie peu à peu et recueillir les états d’âmes du PJ
    • demander : qui est mort il y a 3 mois? Quelle a été l’histoire officielle?
    • Annoncer qu’un(e) PNJ est absente ce matin
    • Je garde sous le coude l’idée d’une nouvelle drogue qui circule en ville et qui pue l’iode ( au final ça va être utilisé dès la première journée d’école ).

Let’s go !

Je ne vais pas tout régurgiter de la fiction, mais plutôt faire un retour critique sur ce qui a fonctionné et moins bien fonctionné.

Mais déjà clairement nous avions tous la banane à la fin et on a hâte de rejouer – car oui il y aura une suite à cette histoire. On avait parlé en début de semaine de jouer quelques séances avant de voir si on pouvait facilement jouer en MC tournant ( toutes les X sessions, on change la personne qui a le rôle de MC et cette personne se crée un PJ).

Pour moi c’était glorieux. Deux semaines que je lis, mange, écoute du Monsterhearts. J’ai adoré la manière dont ce que transmet Avery Alder et Lapin Marteau dans le livre Tome 1 se met en musique de manière naturelle.

Ma mini préparation de partie m’a servit de rampe de lancement. Mais une fois les 2 premières scènes passées, je me suis contenté de l’anti-sèche destinée aux MC + de caler les musiques 🙂

La partie débute à 20h15.

La scène 1 d’exposition

Ce qui a failli ne pas marcher : il ne faut surtout pas y aller sur un mode descriptif. J’ai failli tomber dans le panneau du MC qui improvise 3 histoires différentes pour les 3 PJs. Je me suis raccroché aux branches en mettant le pied au plancher : j’ai rapidement posé des questions chargées et fais une ellipse sur la fin.

Ce qui a bien marché : Jeong a fait 2 actions (!!) ce qui a permis de mettre en pratique les règles. Les PNJ proches des PJ ont eu un impact et les PJ ont dû prendre des décisions. Exemple : Kumiko la Goule va devoir sortir un peu de sa retenu et trouver un job pour aider à payer les factures de soin de sa tante.

Ce que je changerai si c’était à refaire : proposer ça sur un format Question > Réponse > Question > Réponse, en essayant de caser une action par PJ mais sans forcer.
Vraiment il faut que je bosse le format des questions et leurs contenus. Cette scène 1 a failli durer +15 minutes ce qui est bien plus que nécessaire.

La scène 2 : la salle de classe principale

Jeong et Kumiko sont arrivés en premier ce qui les a mis en interaction.

Athena a joué des discussions à propos de l’amie disparue, ce qui lui a valu une discussion avec le prof puis une retenue le soir. Cet échange avec son prof pour parler de son avenir lui a bien remis le nez dans le fait qu’elle est en fait morte => condition traumatisée

Scène 3

Avance rapide sur la journée, je cadre une scène collective du repas de midi. Les PJ vont parler de la disparition. J’introduis l’idée “nouvelle drogue” auprès de Jeong.

Au final la partie va se terminer à 23h30.

Eléments marquants :

  • Athena va se mettre à la recherche de la disparue (Grace, son ex) avec l’aide de sa BFF. Trouve la porte de son appartement entrouverte et personne ne répond. Progresse malgré le fait que la lumière ne vient pas quand elle actionne les interrupteurs et l’appartement empeste l’iode : jet de Garder son sang froid. Elle craint de trouver : Grace et sa famille morte. Et obtient un 6-. Move de MC : Retournez leurs actions contre eux. Non seulement ils sont morts, gisant sur le sol du salon, mais on les a embroché sur des crochets de pêche
  • par l’intermédiaire d’une PNJ (Andrea), Kumiko qui s’intéresse de près à Jeong (elle l’a déjà allumé et a un ascendant sur lui) va tout faire pour essayer de se nourrir de sa peur. Ce qui arrivera lors d’une soirée privée chez Jeong où Andrea ayant trop finit par tomber dans la piscine et manquer de se noyer. Jeong ne voulant pas d’une lycéenne morte dans sa villa plonge pour la sauver et tente de la réanimer. La Goule qui s’est nourrit de la peur du Vampire s’était priceless. Et les joueurs ont adoré la succession de RP entre 2 PJ qui ont mené à ça.
  • L’Abysse va débarquer au départ par Athena qui s’y plonge et parvient à avoir des réponses à ses questions à deux reprises. Puis par le move de MC “donnez des nouvelles de l’Abysse” et une scène où tous les toilettes des filles débordent, mais seule Kumiko perçoit ça. Il y a clairement un truc qui gronde à l’horizon et ça a un rapport avec l’océan.

Nos attentes pour la prochaine session :

  • plus de sexe
  • plus d’occasion de RP entre PJ

Ce qui a bien marché :

  • enseigner le jeu de manière réactive et non en mode méthode expliquée de A à Z : on apprend en jouant
  • cadrer une scène est facile à prendre en main : un cadrage de scène est soit évident pour répondre à une attente que nous avons tous (connaître la suite ), soit je déclenche une réaction en posant une question chargée en m’adressant à un PJ et je lui demande
  • laissez les envies et idées des joueurs / PJs mener le bal, tout en rappelant les limites de leurs rôles de joueurs et ce qui était rattaché au rôle de MC ( le contrôle des PNJ, le cadrage des scènes même si il m’est arrivé de suivre une fois une scène lancée par un joueur, je l’ai reprise en main )
  • l’anti sèche du MC : tout y est, pas besoin d’en rajouter => en rajouter ça serait justement mettre l’histoire en cage. Donc génial si elle figure sur l’écran de jeu
  • rassembler les PJ via les réseaux sociaux et leur smartphone fonctionne super bien. Idem quand il s’agit de leur rappeler leurs engagements familiaux
  • dessiner la carte de la ville est un super jouet ludique pour les joueurs pendant la partie. Ils la complètent, se posent des questions, etc.
  • On a fait une pause au bout de 2 H de jeu. A la reprise, j’ai demandé aux joueurs de lire à voix haute les actions de mue qu’ils avaient choisit. Ca a été très utile pour qu’ils se le remémorent.

 

Voilà pour ces 2 premières soirées autour de Monsterhearts.

Si vous avez lu ce long résumé jusque là, j’espère que ça vous aura été utile! N’hésitez pas à me poser des questions si vous en avez !

Matthieu B

Passionné d'informatique et de jeux de rôle, aime beaucoup trop parler de lui à la 3ème personne. Publie sur C'est Pas du JDR, créateur de forthedrama.com, anime un collectif en ligne dédié au partage, l'entraide, la transmission et l'accessibilité des jeux de l'imaginaire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

 

Aller au contenu principal