RPGaDAY 2018 : viens parler jeux de rôles !

dans Blabla

Le #RPGaDay est un événement annuel qui te propose de dresser ton portrait de pratiquant de jeux de rôle en répondant chaque jour à une question. Pendant un mois.

C’est donc fait pour parler de toi, de tes pratiques, et partager à (spammer?) tes amis sur internet.

Moi j’adore le principe. Je trouve qu’on ne parle jamais assez de pourquoi on pratique et comment on pratique un loisir. Les jeux de rôles étant un loisir particulièrement créatif, nous avons tous des tonnes de choses qui nous rassemblent, nous distinguent et dont le partage nous enrichit.

Quelques liens pour en savoir plus :

 

Cette année, histoire de faire les choses bien, j’ai décidé de participer au #RPGaDay en centralisant tout sur une même page. Let’s go !

 

1. Qu’est-ce que vous aimez à propos des jeux de rôles ?

Il y a deux choses qui me font mais alors vraiment kiffer à propos des jeux de rôles.

1/ C’est le fait de partager de l’imagination et de la créativité avec des gens, des ami.e.s comme des inconnu.e.s. Mine de rien, ce n’est pas rien. C’est échanger un truc que tu sors du fond de toi, que ce soit pour jouer à la cool, comme pour jouer sur des registres plus matures.

Quand tu viens à une table de jeu de rôle, c’est pour échanger et partager un peu de qui tu es. Quelle est ta vision du monde. Qu’est ce que ça veut dire pour toi donner du fun aux autres en créant avec eux. Comment tu t’y prends et qu’est-ce que ça te laisse, à la fin ?

Une partie de jeu de rôle, ça dure chez moi quelques dizaines de minutes à 4 heures.. Et c’est à chaque fois un tel bouillonnement d’échanges,  de surprises et d’inventions entre les joueurs, qu’à chaque fois je jubile. Même quand on joue 30 minutes. Parfois ça en est presque épuisant. Mais tu vois, épuisant comme après une bonne séance de sport collectif où c’est tous bien donné. On est crevé, mais on a tous un beau sourire aux lèvres et on en reparlera pendant longtemps de ce moment.

2/ C’est la diversité des sujets qui touchent de près ou de loin les jeux de rôles. Moi qui adore par dessus tout chercher, découvrir et m’émerveiller avec de nouvelles idées, je ne sais jamais où donner de la tête.

En ce moment, ce qui m’interpelle, me touche et me questionne, ce sont les jeux qui parlent de confiance en soi et en les autres. Dont le thème central va être  l’amour et l’amitié. Des jeux qui font tout pour t’amener à prendre soi de l’autre et de toi même.

Pour moi ce sont des éléments essentiels de nos vies et des fictions qui nous nourrissent. Pouvoir en parler, échanger et s’enrichir mutuellement sur ces sujets en prenant la forme d’un jeu fun et accessible. Voilà une foutue prouesse et un sujet qui me donne envie de me bouger, d’apprendre et de partager.

2. Quelle est la première chose que vous espérez voir dans un JdR?

Celle là, elle est facile 🙂

La première chose que j’espère voir dans un jeu de rôle, c’est une procédure expliquant comment débuter une partie avec de nouveaux joueurs.

En clair :

  • Comment expliquer de quoi parle le jeu
  • Comment apprendre les mécaniques du jeu
  • Quelles questions poser aux joueurs pour vérifier que tout le monde à la table est en phase
  • Quels sont les échauffements à mener pour qu’une fois en jeu toutes les mécaniques et principes utilisés soient fluides

Et puisque tu ne me le demandes pas, je t’en parle quand même : la seconde chose que j’espère voir dans un jeu de rôle, c’est une procédure expliquant comment terminer la partie 🙂

3. Qu’est-ce qui donne à un jeu l’envie de le poursuivre sur une longue période?

Bon, il faut déjà que je te parle ce que j’appelle une “longue période” 🙂

Pour moi qui suis un joueur de session unique de 1h à 3h30 en général, c’est quoi une longue période ? Je dirai que c’est un jeu qui va amener peut être une voir deux parties supplémentaires pour vraiment creuser un ou deux arcs narratifs qui plaît à tous.

En partant de là, il est assez simple d’isoler la qualité qui fait qu’un jeu va durer plus d’une séance : c’est sa capacité à créer un maillage efficace entre les enjeux / tensions entre les personnages joueurs et leur univers.

Pour te le dire autrement : si tous les personnages joués ont d’excellentes raisons de creuser des relations, de tenir leurs obligations ou d’honorer des promesses, alors on jouera suffisamment longtemps pour voir jouer ces éléments.

Bonus : si en plus l’univers de jeu est sous la responsabilité de l’ensemble des joueurs, il y a fort à parier que cela agira comme un catalyseur 😉

4. Personnage Non Joueur le plus mémorable? 5. PNJ récurrent favoris?

Je me permet de les regrouper ces deux là 🙂

Ma réponse est assez simple : aucun !  Les PNJ sont avant tout des outils utilisés pour ajouter du fun, mettre en valeur les succès ou les échecs des Personnages Joueurs. Et de fait, dans mes parties les PNJ sont créés par tous les joueurs à la table. Ils sont souvent haut en couleur, parfois touchant ou ignobles. Mais aucun ne m’a autant marqué qu’un Personnage Joueur pour que je m’en souvienne, ou qu’il y en ai un mieux que les autres.

6. De quelle façon les joueurs peuvent-ils aider à rendre un monde plus vivant?

Rendre le “monde” qui est créé dans une partie plus “vivant”, cela passe par 2 choses selon moi :

1/ Délier les langues et l’imagination

2/ S’écouter, faire circuler les ballons, savoir rattraper au rebond

Parce qu’un “monde” devient de plus en plus réel, de plus en plus palpable non pas parce que nous arriverons à placer des savoirs encyclopédique sur un pays, une époque ou un canon esthétique.

Non. Selon moi, un “monde” devient “vivant” quand il devient palpable et qu’on commence à sentir son cœur battre. Pour cela, il faut avant tout qu’il soit partagé autour de la table, que tout le monde y contribue pour créer cette matrice de détails, d’ambiance, de sentiments, d’enjeux et de personnages. Quand cela se produit, tout d’un coup, tu te dis : waow, là nous avons une telle richesse d’idée et de créativité que “je commence à y croire”.

Bien entendu qui dit “vivant” dit parfois “cohérent”. Ou du moins cohérent dans ses intentions (car tu peux tout à fait avec de la cohérence dans ta démarche en créant un monde chaotique et foutraque). Pour ça, il faut pouvoir entendre et comprendre les propositions des autres joueurs. Il faut savoir tendre des perches et saisir celles tendus. Les perches, tu peux les tailler sur mesure pour une autre joueuse qui aime tel ou tel sujet. Des perches rangées comme des dominos : tu sais que si un joueur s’en saisi, ça sera le début d’une chaîne de conséquences inarrêtable.

7. De quelle façon un MJ peut-il rendre les enjeux plus importants?

Rends les personnels : fais en sorte qu’ils comptent vraiment pour les Personnages Joueurs ou les Joueurs.

Il faut que ça leur tordent les tripes, que ça enflamme leurs cœurs, que ça hante leur histoire.

8. Comment faire pour attirer plus de joueurs dans le hobby?

2 points :

1/ En continuant de jouer, de parler de nos pratiques, de créer des contenus sur internet qui parlent de ce qu’on aime ou n ‘aime pas.

2/ En sortant la pratique des jeux de rôles de son côté “jeu de niche” réservé à un public de connaisseuses et de connaisseurs qui passeraient tout leur temps libre à peaufiner des scénarios, écrire des background de personnage et jaser sur des règles de jeu de 500 pages.

Bref, en libérant les JDR. En montrant toute leur diversité et en abaissant le coût d’entrée dans le loisir.

Tu as joué à une partie de jeu de rôle en 30 minutes ? ça y est, tu es mordu(e) ? libre à toi après ça d’aller voir du côté d’une pratique plus exigeante et plus chronophage, mais au moins tu as pu t’investir dans un test dont la promesse était simple et ton investissement minimal.

9. De quelle façon un jeu vous a-t-il surpris?

Depuis que je me suis remis aux jeux de rôle en 2012, j’ai envie de te dire que tous les jeux que je lis me surprenne de plus en plus 🙂

Souvent, un jeu me surprend en faisant exploser une limite, une règle que je pensais coulée dans dans l’acier le plus dur.

Les jeux Propulsé par l’Apocalypse  ?  hey ! le MC est juste là pour faciliter le jeu et proposer du jeu, c’est les joueurs qui mènent le bal !

Mobile Frame Zero Firebrands ? Mec ! voici le chaînon manquant entre le jeu de carte pour l’apéro et le JDR

Final Girl : Pourquoi ne pas faire tourner le rôle du grand méchant qui tue tous les personnages ?

Prosopopée : Bim ! pas besoin de savoir écrire de la poésie et d’être chiant comme la pluie pour te transporter dans l’univers de Miyazaki.

Je peux continuer ainsi pendant de longues, longues pages 🙂

10. De quelle façon ce hobby vous a-t-il changé?

Les jeux de rôle, c’est le loisir que je pratique avec toujours autant de régularité depuis le lycée. Ex aequo avec la lecture.

Difficile de te dire du coup ce qu’il a changé pour moi : il a accompagné presque toute ma vie de post ado, jeune adulte et adulte.

Je sais qu’aujourd’hui je m’implique de plus en plus dans le fait de parler du JDR. Et du coup, je joue de plus en plus. Avec des nouvelles personnes de plus en plus. Donc si je devais te dire ce qu’il a changé chez moi : sans doute ma façon d’aller vers les autres et de m’ouvrir à eux pour créer avec eux.

11. Le nom le plus fou de personnage que vous ayez vu?

“Pouêêêt ! question suivante ?”

(on sent que l’auteur du RPGaDay étant un peu à court d’idée, tu ne trouves pas ?)

1 Comment

Laisser un commentaire